343 mamans des cités lancent un appel


 Articles
Le 12 mars 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

A l’occasion de la Journée Internationale des femmes, 343 femmes ont lancé un appel dans la presse française. Ces femmes, ce sont des mamans qui vivent dans des cités, dans des quartiers dits « difficiles ». Leur appel est court, net et précis. Elles rappellent d’abord que les responsables politiques les ont appelées au secours, pendant les émeutes des banlieues de novembre 2005. Elles disent, par exemple : « c’est à nous, mamans des quartiers, que vous avez demandé d’expliquer à nos enfants que la violence ne réglerait jamais les problèmes du chômage, de l’exclusion et du racisme. »  Elles s’invitent aujourd’hui dans la campagne électorale à la présidence de la République. Elles lancent : « Mais avez-vous oublié, mesdames et messieurs les politiques, qu’avant d’être des mères, nous étions des femmes ? » Les 343 mamans veulent plus de transports publics pour « sortir des ghettos où les seuls endroits de rencontres sont des cafés réservés aux hommes ». Elles veulent plus de garderies pour ne pas être toujours enfermées dans leur cité et dans leur vie familiale. Elles dénoncent les violences sexistes dont elles sont victimes. Elles veulent aussi avoir un vrai droit à la culture et à l’apprentissage du français. C’est ainsi en étant émancipées, libérées, qu’elles pourront jouer leur rôle de citoyenne et de mère. Ces 343 mamans ont été réunies par le mouvement Ni Putes Ni Soumises. En 2003, Ni Putes Ni Soumises avait fait une grande marche des femmes à travers la France pour dénoncer les violences et la pauvreté qui touchent les femmes des cités. L’appel des 343 mamans des cités veut aussi être un hommage hommage geste de respect à l’appel des « 343 salopes » de 1971. C’est ainsi que l’on avait appelé les femmes, qui avaient signé un manifeste pour le droit à l’avortement. En 1971, la loi française punissait les femmes qui se faisaient avorter. 343 femmes, parmi lesquelles on retrouvait beaucoup de personnalités, avaient signé un appel qui dénonçait cette injustice. L’appel des 343 « salopes » avait attiré l’attention de la société française et fait avancer la dépénalisation de l’avortement.

Voir le site : http://www.niputesnisoumises.com


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de