Document sans ..." />

50 ans pour Spoutnik


 Articles
Le 8 octobre 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd">

Document sans titre

Le 4 octobre 1957, il y a tout juste 50 ans, des ingénieurs soviétiques réussissaient l’exploit de mettre sur orbite le premier satellite artificiel. Son nom: Spoutnik. Sa mission: tourner autour de la terre et lancer un signal qui pourra être capté. Avec Spoutnik, la conquête de l’espace commençait.

Un demi-siècle plus tard, on a fait beaucoup de progrès dans cette aventure de l’espace. Les satellites font partie de notre quotidien. L'Homme a marché sur la Lune. On a envoyé des sondes sur Mars, Vénus et même Saturne…

Mais il y a cinquante ans, le lancement de Spoutnik était un événement. Imaginez : en pleine guerre froide, les Soviétiques ont réussi à être les premiers dans l’espace et à dépasser les Américains. A cette époque, l’espace était un enjeu stratégique.

Le père de Spoutnik est Serguei Korolev. C’est lui qui a persuadé les autorités de Moscou de l'autoriser à transformer un missile en fusée. Son but est d’envoyer un satellite autour de la Terre. Korolev savait que les Américains avaient le même projet. Il savait aussi que le premier pays qui atteindrait l'espace aurait longtemps l’avantage sur son concurrent. L'espace, c'est un lieu idéal pour observer sans être vu, sans pouvoir être atteint.

Les ingénieurs soviétiques avaient commencé à travailler au programme Spoutnik en janvier 1956. Ils voulaient absolument réussir avant les Américains. Ils travaillaient nuit et jour. Et au matin du 4 octobre 1957, une fusée de 280 tonnes s'envole de la base soviétique secrète de Baikonour, au Kazakhstan. Il est 22 heures, 28 minutes et 34 secondes, heure de Moscou. Cinq minutes et 14,5 secondes plus tard, la fusée libère sa cargaison, à 28 000 km/h. Elle lance, sur orbite, le premier satellite artificiel de la Terre: Spoutnik. Lorsque le satellite achève son premier tour et revient vers Baikonour, les ingénieurs captent les signaux diffusés par l'engin. C'est la joie dans la salle de contrôle. Oleg Ivanovski se souvient encore aujourd'hui de ce 4 octobre 1957. "L'essentiel était de capter son "bip-bip" 90 minutes après le lancement, se rappelle-t-il. J'ai eu le privilège d'être le premier à entendre ces signaux. On avait réussi l'exploit de donner une lune artificielle à notre planète". Le "bip-bip" du Spoutnik marque le début de la conquête spatiale. C’est donc un moment d'Histoire qui s’est joué ce jour-là.

Ce n'est qu'au début de l'année suivante, que les Etats-Unis vont réussir à lancer avec succès leur premier satellite, Explorer-1. Les Soviétiques seront aussi les premiers à réussir en avril 1961, un premier vol habité, avec Youri Gagarine. Il faudra attendre douze ans pour que les Américains reprennent l’avantage. Le 21 juillet 1969, le jour où Neil Armstrong a marché sur la lune.

Info:
L’Euro Space Center organise à partir du vendredi 19 octobre 2007, une expo « Spoutnik, le début de l'ère spatiale »
Réalisée à l'occasion du 50ème anniversaire de Spoutnik, l'exposition est principalement composée de photos d'archive illustrant les grandes étapes de l'exploration spatiale russe: de la création de Spoutnik à la coopération russo-européenne. Elle comprend également des films et des objets: maquettes, pièces d'époque correspondant à chacune des étapes. L’expo durera jusqu’en mars.
Contact : téléphone (061/65.01.34) ou  info@eurospacecenter.be

http://www.esa.int/esaCP/SEMP3WNTB7F_Belgium_fr_0.html
http://www.esa.int/SPECIALS/50_years_of_space/


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de