Après la Birmanie, la Chine


 Articles
Le 19 mai 2008 | |  3 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Lundi 12 mai, la Chine a été frappée par un violent tremblement de terre. Un tremblement de terre de force 7,9 sur l’échelle de Richter. Et l’échelle de Richter va seulement jusqu’à 9. On a senti la secousse jusqu’à Bangkok en Thaïlande, à 1.900 km de distance. La province province une des divisions géographiques et administratives du pays du Sichuan au centre-ouest du pays a été la plus touchée. Mais le tremblement de terre a aussi fait des dégâts dans les régions voisines. Ce lundi, c’était le premier des 3 jours de deuil national pour rendre hommage hommage geste de respect aux nombreuses victimes.

Plus de 80 millions de personnes vivent dans la province du Sichuan. Cette province s’étend sur 485.000 km2. C’est une des régions les plus agricoles de Chine. Elle est aussi connue pour son poivre. Elle serait le pays natal des pandas géants. C’est une région à risque de tremblement de terre. Mais celui de lundi dernier est le plus fort, en Chine, depuis 30 ans. Et depuis lundi, il y a eu plus de 1 180 répliques répliques parties d’un dialogue , des tremblements de terre provoqués par le premier séisme. Cela gêne évidemment l’action des secours.

Un bilan très lourd

Le bilan de la catastrophe est actuellement de 30.000 morts et de plus de 200.000 blessés. Mais le gouvernement chinois estime que le bilan définitif pourrait être de plus de 50.000 morts. Un mouvement de générosité s’est organisé dans toute la Chine pour récolter de l’argent. Le gouvernement chinois et les autorités locales organisent aussi les secours. 130.000 soldats chinois sont sur place. Ils dégagent les routes, parachutent des vivres et amènent de l’eau dans les régions sinistrées. Des spécialistes sont venus sur place du Japon, de Russie, de Singapour et de Corée du sud. Ils essayent, avec l’aide de chiens renifleurs, de retrouver des survivants coincés sous les décombres.

Suite au tremblement de terre, 4,8 millions de personnes sont sans abri. Certaines ont été relogées dans des abris provisoires. Beaucoup ont quitté leurs villages détruits pour aller dans les villes. Il y a un grand risque de maladies et d’épidémies : la nourriture et l’eau sont polluées. Il n’y a plus d’installations sanitaires.

Des conséquences économiques

Le tremblement de terre a aussi provoqué des fissures dans plusieurs barrages, nombreux dans la région. Des populations ont été évacuées par mesure de prévention. En plus des conséquences économiques pour la région, le tremblement de terre aura des effets négatifs sur l’économie et la population chinoise. Beaucoup du gaz chinois vient de la province du Sichuan. Cette province produit beaucoup de riz et de porc. Les prix des produits alimentaires vont sans doute encore augmenter. Et ils sont déjà très chers.

La Chine s’ouvre à l’aide internationale

L’Agence officielle Chine Nouvelle a annoncé que 216.000 bâtiments ont été détruits par le tremblement de terre dans la province du Sichuan. Parmi ces bâtiments, près de 7.000 étaient des écoles. Au moment du tremblement de terre, les élèves étaient à l’école. Beaucoup d’enfants et d’enseignants ont été tués. La population chinoise est donc très émue et fait des reproches au gouvernement. Beaucoup de bâtiments détruits par le tremblement de terre étaient vieux. Et ils n’étaient sans doute pas construits selon toutes les règles de sécurité. Le gouvernement chinois a annoncé qu’il y aurait une enquête pour savoir si les écoles avaient été construites en respectant les règles de sécurité.

Dès le début du séisme, le gouvernement chinois a surpris par sa volonté d’ouverture et de transparence. Il n’a pas minimisé les choses. Il a tout de suite parlé de « désastre majeur ». Mais il a quand même attendu quelques jours avant d’accepter l’aide d’experts étrangers pour secourir les victimes...

Quelques jours avant le tremblement de terre en Chine, un tremblement de terre avait secoué la Birmanie. Là, les militaires au pouvoir veulent que toutes les aides passent par eux. Les autorités chinoises, elles, ouvrent leur pays à l’aide internationale. Elles veulent ainsi montrer qu’elles se préoccupent de la population, à l’inverse des autorités birmanes.

A l’approche des Jeux Olympiques, le gouvernement chinois a tout intérêt à faire oublier les violences qui ont eu lieu au Tibet.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Elisabhet

    Le 11 mars 2009 à 18:40

    ses super cool se site on aprend plein de chose

    Répondre à ce message

  • Thierry

    Le 2 juin 2008 à 07:18

    C’est vrai, en Birmanie, c’était un typhon (appelé aussi cyclone)et non un tremblement de terre. Ceci dit, c’est l’attitude différente de 2 gouvernements face à une catastrophe qui est comparée.

    Répondre à ce message

  • MM

    Le 31 mai 2008 à 21:10

    Erreur !!! Ce netait pas un tremblement de terre en Birmanie qqjours avant le seisme en chine...

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, les femmes subissent plus de violences que les hommes

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de