Deux palmes et un enfant pour les frères Dardenne


Le 1er juin 2005 | |  12 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

et un enfant pour les frères Dardenne

Les frères Dardenne viennent de décrocher, pour la deuxième
fois, la Palme d’or à Cannes. Ils avaient obtenu une première
Palme en 1999 avec « Rosetta » (et le prix d’interprétation
pour Emilie Dequenne) et en 2002, la Palme du meilleur acteur pour Olivier Gourmet
dans « Le Fils ».


Photo : Belga

Les frères Dardenne font un cinéma ancré dans la réalité sociale.
Très peu de réalisateurs ont été récompensés
par deux Palmes d’or à Cannes : Emir Kusturica, Bille August, Francis
Ford Coppola et Shohei Imamura. En Belgique, cette Palme a été accueillie
par une belle explosion de joie. Il y a de quoi être fier, non ? Imprégnés
des luttes ouvrières et des combats sociaux, les frères Dardenne
viennent chercher à Cannes ce que la Communauté française
a bien du mal à leur donner. Chez nous, le budget du Centre du Cinéma
et de l’Art visuel représente environ 16 millions d’euros.
La Commission de sélection des films a, en tout et pour tout, 8,5 millions à proposer
(et c’est un million de plus que l’an dernier !).

Malgré le
manque de moyens, Luc et Jean-Pierre progressent vaille que vaille. Leur dernier
film, c’est une force extraordinaire, de la solidarité, de l’amitié,
de l’amour et de l’émotion jusqu’au bout des ongles.
Forme épurée, cadrage serré, mise en scène extrêmement
précise, « l’enfant » nous livre la rue et le quotidien,
réaliste et blafard, de nos jeunes, hommes et femmes-enfants. Ce film
documentaire ouvrira peut-être les yeux aux belles blondes des salons.
Il a bouleversé Cannes et son très beau parterre de célébrités.

Une histoire
de tous les jours

Où vouliez-vous que l’histoire de « l’enfant » commence,
si ce n’est dans la rue. Une rue de Seraing, un soir comme les autres.
Une jeune mère pousse un landau... Et les frères Dardenne passent
par là. Et voici l’histoire de Bruno, 20 ans, et Sonia, 18 ans,
un jeune couple qui vient d’avoir un bébé. La petite famille
vit de l’allocation sociale perçue par Sonia et des vols commis commis du verbe commettre, c’est faire quelque chose contre la loi : voler, tuer,...
par Bruno. Pour vivre cette histoire, il suffit de sortir dans la rue et de
prendre le temps de voir et de regarder un peu. Ils sont, comme des milliers
de jeunes Liégeois, Wallons, Belges, Européens.

Tout ce qui les
intéresse, c’est manger, boire et acheter ce dont ils ont envie.
Le passé et l’avenir ne les intéresse pas beaucoup. Le
présent est déjà bien assez lourd à porter. Bruno
et Sonia sont des misérables au sens où l’entendait Hugo.
Jeune couple un peu perdu, mais qui s’offre de grands bonheurs de petites
choses. Ils claquent leur argent à louer une belle bagnole pour une
petite virée. Ou pour acheter un landau de compét’ à leur
Jimmy chéri... Jusqu’au jour où Bruno veut vendre son bébé à des
marchands d’adoption comme on fourgue un scooter volé. Quand Sonia
découvre le mauvais plan, elle réagit à son échelle
de petite maman : « ma main dans sa gueule ! »

Attention, bébé tourne

Les impératifs du tournage et ceux de la vie d’un bébé ne
font pas toujours bon ménage... La petite annonce recherchait « Un
enfant de type européen, ayant 6 semaines à l’époque
du tournage, de septembre à décembre 2004, n’étant
pas le premier de la famille afin que les parents soient plus détendus
et vivant aux environs de Seraing. ». Dans « L’enfant »,
les frères Dardenne ont engagé 23 bébés différents
pour jouer le rôle de Jimmy. Pour ce qui concerne les autres comédiens,
Luc et Jean-Pierre ont procédé comme auparavant, par petite annonce,
dans la région liégeoise. Ils ont pris le temps de voir et revoir
celles et ceux qui figureraient à l’affiche. Ils n’ont pas
forcément tenu compte d’une formation ou d’une expérience
cinématographique. C’est ainsi que Déborah François
et Jérémy Renier ont été sélectionnés.
Jérémy a 24 ans ; il sera bientôt papa... Il a déjà joué dans
un précédent film des frères Dardenne : « La promesse ».

L’enfant, troisième volet

On peut voir « L’enfant » comme un prolongement de « Rosetta » et
du « Fils », comme le troisième volet d’une trilogie sur
des jeunes qui vivent dans la marginalité. Mais, malgré les larmes
et les rudesses de la rue, malgré la misère aujourd’hui encore
plus mise au grand jour, « L’enfant » porte l’espoir celui
que vous mettrez demain dans votre regard sur la vie qui va... ou la vie qui
vient.

Catherine Tellier


Le journal de Luc Dardenne vient de paraître aux Editions du Seuil.
Il s’intitule « Au dos de nos images 1991-2005 ». C’est
le quotidien des deux frères, les réflexions notées au
jour le jour, les scénarii de « Le Fils » et de « L’Enfant ».
Au fil des pages, sous la plume de Luc, c’est une belle trame qui se
dessine. Celle de réflexions communes aux deux frères, mais aussi
leurs objectifs humains, sociaux et artistiques. Le livre découvre l’envers
du décor et le long chemin de l’idée à l’image.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • un simple élève

    Le 21 septembre 2005 à 18:25

    Messieurs,
    Nous sommes allez, mercredi dernier, voir votre nouveau film, avec ma classe d’art d’ex.
    Il est vrai que à première vue, ce n’est pas un film qui m’aurait attiré, mais, après le visionage, des sentiments étrange me sont parvenu, et oui, j’ai bien aimé se film.
    Donc, il ne me reste plus qu’a vous féliciter, à vous dire bravo, et vous souhaité bonne continuation même si je sais que l’avenir du cinéma en Belgique n’est pas glorifique.

    Répondre à ce message

  • Fabienne

    Le 18 septembre 2005 à 20:09

    Messieurs,
    Je n’aime pas l’histoire de votre dernier film "l enfant"...qui a fait un tabac pour vous à Cannes...
    Je me sens concerné par cette histoire car mon fils
    de 20 ans vient d’avoir un enfant,en juin dernier..non,il ne l’a pas vendu lui...il a pris un appartement avec la maman(une fille modeste),mon fils travaille dans le bâtiment et il a fait des heures sup
    pour la naissance du bébé,avec tout ce que coûte...
    tout cela...je n’ai même pas pu l’aider,moi sa mère..
    Alors votre histoire et votre césar,je m’en moque...
    Vous

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Le succès des écologistes aux élections, c’est une vraie prise de conscience pour l’environnement :

Clôture du précédent sondage "Sondage ", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2019 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de