Difficiles facilités


 Articles
Le 12 novembre 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

En 1962, de part et d’autre de la nouvelle frontière linguistique, vivaient des habitants qui ne parlaient pas la langue officielle de la région dans laquelle ils allaient se retrouver. C’est pour résoudre ce problème que les facilités ont été créées.

Par exemple, beaucoup des habitants d’Enghien ou encore de Mouscron parlent flamand . Mais après 63, ils sont en Wallonie. Et c’est l’inverse à Fourons ou encore à Renaix. On a donc mis en place un fonctionnement particulier pour ces communes. Les habitants qui parlent une autre langue que celle de leur région ont, par exemple, le droit de recevoir leurs papiers administratifs dans leur langue, d’aller à l’école et d’être jugés devant les tribunaux dans leur langue. On a appelé ces communes : communes à facilités. On en trouve tout le long de la frontière linguistique, dans les trois Communautés : en Flandre, en Wallonie et dans la partie germanophone du pays. Mais celles qui ont fait le plus parler d’elles sont celles qui sont situées en Flandre. On se souvient, dans les années 70, des promeneurs flamingants du VMO et du TAK, deux groupes d’extrémistes extrémistes personnes qui ont des positions extrêmes, très dures, sans tolérance flamingants. Ils semaient le désordre à Fourons. Aujourd’hui, si la scission de BHV fait peur, c’est à cause des six communes flamandes à facilités pour les francophones, situées autour de Bruxelles. Les Flamands voudraient supprimer les facilités. En 1963, quand la frontière linguistique a été créée, les Flamands considéraient ces facilités comme des mesures provisoires qui devaient permettre aux minorités linguistiques de s’intégrer. En 1988, les facilités ont pourtant été "bétonnées" dans la Constitution. Mais en 1997, la circulaire Peeters a limité le principe des facilités : les habitants francophones des communes à facilités ne peuvent pas déclarer une fois pour toutes, qu’ils parlent français. Ils doivent demander, à chaque fois, une traduction en français des documents administratifs qui les concernent.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de