Histoire d’une fuite annoncée


 Articles
Le 1er avril 2006 | |  4 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Fehriye Erdal a disparu la veille de son jugement. Cette militante
turque d’extrême
gauche vivait en Belgique. Elle était accusée d’avoir participé à un
assassinat en Turquie. Elle était surveillée 24 heures sur 24 par
les services secrets belges. Cette affaire pose à nouveau des questions
sur nos systèmes de police et de justice.


Fehriye Erdal a disparu sans laisser de traces - Photo : Belga

La fuite de Fehriye Erdal ressemble à un film d’espionnage américain.
Mais c’est arrivé en Belgique. Fehriye Erdal a 29 ans. Cela fait
déjà 10 ans qu’elle est membre du DHKP-C. La jeune femme
est accusée de complicité dans le meurtre d’un homme d’affaires
turc et de deux de ses employés, à Istanbul en 1996. Pour sauver
sa vie, elle a fui la Turquie. Finalement, elle a été arrêtée
en Belgique. Depuis 2000, elle vit à Bruxelles sous haute surveillance.
Trente-deux hommes et 4 voitures de la Sûreté de l’Etat la
surveillent 24 heures sur 24. La veille de son jugement, le 27 février,
elle échappe à la surveillance des agents. La Sûreté perd
sa trace.

Comment est-elle parvenue à s’échapper ? Pourquoi la Sûreté ne
l’a-t-elle pas arrêtée ? Et surtout, pourquoi avoir attendu
le lendemain pour donner l’alerte ?

Réponses officielles

Le soir du 27, la Sûreté n’a pas arrêté Erdal
tout simplement parce qu’elle n’en avait pas le droit. Les hommes
de la Sûreté ne sont pas des officiers de police. Ils ne pouvaient
donc pas intervenir. Par contre, on ne comprend toujours pas pourquoi ils n’étaient
pas accompagnés de policiers. La police pouvait, elle, intervenir pour
empêcher la fuite d’Erdal. On ne comprend pas non plus pourquoi la
Sûreté n’a pas immédiatement prévenu les policiers
de toute la Belgique. Une fois de plus, les systèmes de police et de justice
belge sont mis en cause.

Laurette Onkelinx, ministre de la Justice, et Patrick Dewael, ministre de
l’Intérieur,
ont tenté d’éclaircir les circonstances de cette évasion.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que leurs explications ont aggravé la
situation. Ils ont déclaré qu’ils se doutaient que Fehriye
Erdal tenterait de s’enfuir. Les deux ministres ont dit aussi qu’ils
avaient déjà pensé à une collaboration entre la Sûreté de
l’Etat et les services de police pour éviter cette fuite. Mais les
deux services n’étaient apparemment pas d’accord sur la manière
de surveiller Fehriye Erdal.

Agitation politique

Evidemment, c’est l’indignation dans les partis de l’opposition.
Certains ont même exigé que les deux ministres démissionnent.
Ils estiment que ceux-ci sont responsables de cette évasion. Ils l’avaient
prévue mais ils n’ont rien fait pour l’en empêcher.
Pour se défendre, les deux ministres répètent qu’en
Belgique toute personne est considérée comme innocente avant son
jugement. Seul, un tribunal peut juger une personne coupable. Fehriye Erdal s’est
enfuie le 27 février. Elle n’était pas encore condamnée
par le Tribunal de Bruges. Le jugement n’a eu lieu que le lendemain, le
28 février. Le 27 donc, la justice n’avait aucune raison de priver
Erdal de sa liberté.

Toute cette histoire a une fois de plus remis en question le fonctionnement
du système belge. On multiplie les services mais ils ne communiquent pas
entre eux. Depuis plusieurs années, on attend un système plus simple.
Certains pensent, par exemple, que la Sûreté devrait être
un service de police. L’affaire Erdal pose aussi des questions sur les
systèmes de police et de justice belge. Après l’affaire Cools,
les tueurs du Brabant wallon, l’affaire Dutroux , il y a maintenant l’affaire
Erdal. Ironie du sort, Fehriye Erdal a fait appel du jugement qui la condamnait à 4
ans de prison. C’est son avocat qui a déposé cet appel puisqu’on
est toujours sans nouvelles de Fehriye Erdal…

Carmela Morici


Chronologie

20 février 2006
Le procès de Fehriye Erdal s’ouvre le 20 février à Bruges.
Erdal et dix autres membres du DHKP-C sont accusés de participation à une
association terroriste. Fehriye Erdal vit à Bruxelles depuis 2000 sous
haute surveillance. La Sûreté de l’Etat la surveille 24
heures sur 24.

27 février
Vers 19 heures, Fehriye Erdal monte dans une voiture conduite par l’un
de ses complices. Trois voitures de la Sûreté de l’Etat
la prennent en filature. Ils sont semés au bout de quelques minutes.
Fehriye Erdal parvient à s’échapper La Sûreté prévient
alors toutes les polices des 19 communes de Bruxelles mais elle ne donne pas
l’alerte générale à tout le pays.

28 février
Le tribunal de Bruges condamne Erdal à 4 ans de prison ferme et à 2
500€ d’amende. Plus de 12 heures après sa disparition, la
Sûreté donne enfin l’alerte générale.

1er mars
Alors qu’on n’a toujours pas la moindre trace de Fehriye Erdal,
la Turquie réclame pour la troisième fois son extradition. La
pression sur les épaules de nos ministres augmente encore un peu plus.

14 mars
Les ministres de la Justice et de l’Intérieur tentent d’expliquer
l’échec de la police et des services secrets.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • le loup gris

    Le 12 décembre 2007 à 22:06

    le gouvernement belge a laisser s’enfuir fehriye erdal, mais d’une maniere ou de l’autre notre gouvernement turc le coincera, elle sera condamné a perpétuite

    Répondre à ce message

  • melek

    Le 14 mars 2007 à 14:54

    Heureusement que c’est pas votre mère, votre fille ou une de vos proches que Fehriye Erdal a assassiné...

    Je l’espère pas, mais je crois que les familles des victimes ont le droit de vouloir qu’une criminelle purge le crime qu’elle a commis  ...

    Il n’y a plus de justice...en Europe... Les Etats font de la politique au dos des autres pays...

    Répondre à ce message

  • Benoit

    Le 14 mai 2006 à 22:13

    S’il est probablement vrai que le gouvernement belge est complice de cette "évasion", il me semble, au vu des différents éléments de cette affaire, occultés sur ce site web ("l’actualité simple comme bonjour"sic) que l’implication d’Erdal dans les crimes terroristes est loin d’etre évidente.
    Condamnée à mort par contumace en Turquie, le jugement qui devait avoir lieu en Belgique n’aurait pas signifié autre chose pour elle que la mort.
    Je lui souhaite en tout cas de couler des jours heureux là où elle se trouve.

    Répondre à ce message

  • Fatih

    Le 4 mai 2006 à 00:38

    Ceci est un vrai fiasko, l’état belge la laissé partir
    sans meme essayé. C’est un vrai coup monté par l’état belge et cette terroriste.

    En attendant l’extradition du meurtrier de Joe, je crois que les ministres belges devraient se poser quelques questions.

    L’état turc avait lui aussi demandé l’extradition de Fehriye Erdal, pas de réponse...

    Je crois que la Pologne y réfléchit aussi a cette extradition et d’ailleurs pourquoi ?

    C’est triste pour ce jeune garçon qui a perdu la vie, mais encore une fois les services de sécurités...
    sont le grand débat.

    La Belgique est une terre d’acceuil pour de nombreux terrosistes.

    Ne me dites pas que 32 hommes de la sureté de l’état n’ont rien pu faire.... vous plaisantez là ......

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, un adulte sur dix ne maitrise pas ou mal la langue :

Clôture du précédent sondage "Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de