La Belgique tourne depuis un an sans gouvernement fédéral


 Articles
Le 4 mai 2011 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le 26 avril 2010, le Roi acceptait la démission du gouvernement d’Yves Leterme. Plus d’un an après cette démission, c’est toujours le gouvernement démissionnaire qui dirige le pays.


Photo : Belga

La crise politique n’en finit pas en Belgique. Cela fait maintenant plus d’un an que le pays fonctionne sans gouvernement fédéral élu. Depuis la démission du gouvernement fédéral présidé par Yves Leterme, les Belges ont pourtant voté le 13 juin 2010. Mais depuis ces élections, les partis élus n’ont pas réussi à trouver un accord pour former un gouvernement.

En cause : les tensions communautaires entre la Flandre, Bruxelles et la Wallonie. Il s’agit de redistribuer les responsabilités entre les différentes Régions et Communautés du pays. Cela prend du temps de trouver un compromis compromis décision après une discussion où chacun a fait un effort pour trouver un accord équilibré. Et certains partis ne veulent pas d’accord de gouvernement sans ce compromis. Les négociations négociations discussions pour arriver à un accord se poursuivent dans la plus grande discrétion.

Si on a beaucoup parlé des causes de cette longue crise, on parle assez peu du travail qui continue dans le pays. Car même sans gouvernement, la Belgique tourne.

Affaires courantes

Même sans gouvernement fédéral élu, il y a un pilote, ou plutôt des pilotes dans l’avion Belgique.
Tout d’abord, il y a toujours le gouvernement Leterme II en affaires courantes. Et ce gouvernement, même en affaires courantes ne s’est pas croisé les bras. En juillet 2010, deux semaines après les élections, la Belgique héritait pour six mois de la Présidence de l’Union européenne.

On avait peur qu’à cause de la crise politique, la Belgique ne puisse pas assumer correctement sa présidence. Mais finalement, tout s’est passé au mieux. Tous les eurodéputés ont même félicité la Présidence belge pour le travail accompli pendant ces six mois. Certains ont même dit qu’à cause de la crise, les Ministres avaient été plus disponibles pour les affaires européennes.

En mars 2011, le gouvernement en affaires courantes a voté le budget du pays pour 2011. Un budget difficile car l’Union européenne exige que le déficit déficit ce qui manque pour qu’un budget soit en équilibre public ne dépasse pas 3,7% de déficit. Et ce budget a fait mieux. Le gouvernement a même réussi à prolonger les mesures anti-crise.
Enfin, le gouvernement en affaires courantes a voté l’envoi de soldats belges en Lybie. Et plus récemment, le Premier ministre en affaires courantes Yves Leterme et la ministre de l’Intérieur ministre de l'Intérieur responsable de la police, de la sécurité des personnes et des biens. Annemie Turtelboom se sont réunis pour organiser la sécurité du pays après la mort d’Oussama Ben Laden, le numéro un de l’organisation terroriste al-Qaida.

Pourtant, le gouvernement fédéral en affaires courantes ne peut pas tout faire. Par exemple, il ne peut pas décider d’investissements financiers importants, ni de grandes réformes. Cela pose des problèmes notamment dans le domaine de la justice.

Les Régions et Communautés

Si la Belgique n’a pas de gouvernement fédéral depuis un an, elle a quand même d’autres gouvernements élus qui ne sont pas démissionnaires et qui travaillent normalement. En effet, la Belgique est composée d’entités fédérées : les Régions et Communautés.

Par exemple, la région wallonne a adopté son plan Marshall 2.vert. Ce plan prévoit que 30% de l’énergie produite en 2016 soit de l’énergie verte.

La région wallonne a aussi décidé de consacrer 600 millions d’euros pour les routes et 900 millions d’euros pour le logement social.

Lydia Magnoni


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de