La Palestine sous perfusion


 Articles
Le 1er juin 2006 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

En janvier de cette année, les pays occidentaux Occidentaux Etats-Unis, Canada et pays d’Europe de l’Ouest avaient stoppé leurs
aides à la Palestine, après l’arrivée au pouvoir
du Hamas. Depuis début mai, les Etats-Unis, la Russie, l’Union
européenne et l’ONU ONU Organisation des Nations Unies, presque tous les Etats du monde sont à l’ONU, En principe, l’ONU défend le droit international, la sécurité et la paix. ont décidé d’un « mécanisme
temporaire » d’aide à la population palestinienne. Pour éviter
une catastrophe humanitaire.

La situation semble insoluble. En janvier, le Hamas a gagné les élections
et est arrivé au pouvoir en Palestine. Or, ce parti refuse de reconnaître
l’existence de l’Etat d’Israël. Avec le Hamas, il sera
difficile de trouver un accord. Ce parti refuse même de trouver un intérêt
aux accords d’Oslo. Ces accords devaient permettre aux Palestiniens de
vivre en bonne entente avec les Israéliens. Le Hamas jure la perte de
l’Etat israélien par tous les moyens et ne s’en cache pas.
Les occidentaux considèrent ce parti comme un mouvement terroriste dangereux.
Après l’arrivée du Hamas au pouvoir, les Etats-Unis et
l’Union Européenne ont coupé le robinet d’aides financières
et alimentaires pour la Palestine. Mais doit-on pour autant laisser la population
palestinienne dans une situation proche du chaos ?

La quadrature du cercle !

A Ramallah, en Cisjordanie, l’hôpital public crie au secours d’urgence.
La pharmacie se vide et ne se remplit plus. La situation devient de plus en
plus précaire précaire fragile, qui n’est pas sûr, pas stable , pour ne pas dire alarmante. « Il nous
manque aujourd’hui (9 mai) une trentaine de produits, notamment des seringues,
des canules, certains antibiotiques et des médicaments pour les dialyses »,
témoigne Oussama Al-Far, responsable de la pharmacie de l’hôpital.
Le stock de produits est bien entamé et des opérations chirurgicales
doivent être annulées. Dans un autre domaine, les 160 000 fonctionnaires fonctionnaires personnes qui travaillent pour l’Etat
de l’Autorité palestinienne n’ont plus été payés !
Autre exemple du chaos général. L’université d’Al-Qods,
dans la banlieue banlieue territoire autour du centre d’une ville est de Jérusalem. Elle a son budget dans le rouge.
Ses comptes sont presque vides. Le ministère n’a plus les moyens
de reverser les montants prévus. C’est pour l’université,
une perte de plusieurs millions d’euros. Dès lors comment fonctionner
normalement ? Les responsables pensent à réduire le temps de travail
pour diminuer les salaires. S’ils recherchent des fonds à l’étranger,
leurs demandes sont bloquées par les Américains. La stratégie stratégie Façon de faire pour arriver à un but
des Etats-Unis est relativement simple. Il s’agit de laisser pourrir
la situation. De cette façon, le Hamas ne sera plus pris au sérieux
et se fera renverser lors de prochaines élections.

Point de rupture

Comment doit réagir l’occident Occident les pays à l’Ouest et surtout l’Union européenne
première pourvoyeuse de fonds en Palestine ? Comment gérer une
population qui vit dans la misère, les frustrations de toutes sortes
et le blocus économique depuis des années ? Selon
le directeur de Médecins sans frontières, Pierre Salignon, « La
situation devient explosive dans les territoires palestiniens dans un contexte
de fragilité extrême et de blocus économique ».
Bien sûr, ce n’est pas neuf. Les intifadas ont fait des victimes
dans les deux camps. Mais aujourd’hui, la situation est plus tendue que
jamais. Les Israéliens continuent à construire un mur de séparation
dans les Territoires. Les Palestiniens sont au bord de l’asphyxie économique
et financière. La politique américaine a récemment décidé d’adoucir
sa politique d’aide budgétaire. Mais il est difficile de
savoir comment on va sortir de la situation actuelle. Les murs, quels qu’ils
soient, n’ont jamais apporté la paix entre les hommes !

Nicolas Simon


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Le 14 octobre, ce sont les élections communales. Pour vous, les élections, c’est :

Clôture du précédent sondage "Vous pensez que Mai 68", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de