Le Bangladesh ravagé par un cyclone


Le 19 novembre 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Jeudi 15 novembre, le cyclone Sidr s’est abattu sur la côte sud du Bangladesh. Les vents de ce cyclone ont provoqué des dégâts énormes. Et des milliers de personnes ont été tuées.


Photo : Belga

Difficile de savoir combien de personnes sont mortes au Bangladesh à cause du cyclone Sidr. Le nombre de victimes augmente d’heure en heure. Selon le Croissant-rouge du Bangladesh, le bilan total pourrait dépasser les 10 000 morts. Les sauveteurs s’attendent à trouver des milliers de cadavres, plusieurs jours après la catastrophe, quand ils arriveront dans les îles les plus reculées qu’ils n’ont pas encore pu atteindre.

A l’heure actuelle, ce qui est sûr, c’est que Sidr est le cyclone le plus meurtrier que ce pays ait connu depuis 1991. Cette année-là, 143 000 personnes avaient été tuées.

Qu’est-ce qu’un cyclone ?

Un cyclone est une tempête d’une extrême violence. Un cyclone est généralement accompagné de fortes pluies. Il se déplace rapidement (plus de 120km/h) en tournant sur lui-même. Ce type de tempête touche surtout les régions chaudes.
Selon la région, où la tempête se produit, elle porte un nom différent :

  • c’est un typhon dans le pacifique Nord (souvent proche du Japon). Les vents violents provoquent souvent des raz de marée.
  • c’est un cyclone tropical dans le Pacifique Sud-Ouest proche des régions des tropiques.
  • c’est un ouragan dans la zone Pacifique Sud-Ouest : les Antilles, le Golfe du Mexique, la Californie et la Floride.

Difficile de secourir les milliers de blessés

Les vents du cyclone Sidr ont dépassé les 250 km/h. Sidr a complètement balayé des dizaines de milliers de maisons en pisé, en bambou ou en paille. A cause des dégâts du cyclone, les déplacements sont difficiles. Les routes sont inondées. Et il faut parfois couper les arbres couchés en travers des routes pour pouvoir avancer. Les secouristes avancent donc très lentement. Plus le temps passe, moins on espère retrouver des victimes vivantes. Il y a sûrement des milliers de blessés et si on ne les soigne pas rapidement, ils finiront par mourir de leurs blessures.

Risque de famine et d’épidémies

Au moins 900 000 familles sont dans le besoin. C’est-à-dire près sept millions de personnes. Ces millions de survivants risquent de mourir s’ils ne reçoivent pas très vite, eau, nourriture et soins médicaux.

Il y a d’abord la faim et la soif. La plupart des troupeaux de bovins ont été ravagés par le cyclone. Il ne reste plus que quelques vaches et bœufs, malades qui ne tarderont pas à mourir par manque d’eau et de nourriture. La récolte de riz devait commencer bientôt mais les cultures ont été détruites par l’eau salée. C’est une véritable catastrophe : le riz est l’aliment de base au Bangladesh. Les puits d’eau potable ont également été détruits. Le pays se retrouve donc sans nourriture et sans eau.

Il faut ajouter à cela, les risques importants d’épidémies. En effet, des milliers de cadavres en décomposition flottent encore sur les cours d’eau. Des milliers d’autres attendent, dans les villages, d’être enterrés. Plus le temps passe, plus ils risquent de contaminer les survivants. Les rescapés du cyclone risquent donc de mourir de faim ou de maladies si l’aide internationale ne s’organise pas très vite.

L’aide internationale

Les autorités du Bangladesh n’ont pas tardé à intervenir. Elles ont envoyé des tonnes de nourritures et de médicaments par hélicoptère. Mais cela ne suffit pas. Des millions de personnes sont sans abri. Et moins de 1% de ces personnes ont été secourus. Le Bangladesh a donc fait appel à la solidarité internationale pour tenter de sauver un maximum de personnes. Cet appel a été entendu par la plupart des pays. L’Allemagne, la France, les Pays-Bas, la Suisse, l’Espagne ou encore les Etats-Unis ont déjà promis de débloquer des millions d’euros. De son coté, Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies a indiqué que plusieurs millions de dollars étaient également disponibles pour aider les sinistrés. Au total, la communauté internationale a déjà promis une aide d’environ 15 millions de dollars. Mais comme la catastrophe est très grave, on ne peut pas dire si cette somme sera suffisante.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Selon vous, les inégalités entre les pays du Nord et du Sud de la planète viennent surtout de :

Clôture du précédent sondage "Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de