Le Liban dans la tourmente


 Articles
Le 27 novembre 2006 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Depuis deux ans, six responsables politiques ont été assassinés au Liban. Le Liban est de plus en plus déstabilisé. C’est surtout la majorité antisyrienne qui est visée. Mardi passé, c’est le ministre de l’industrie, Pierre Gemayel qui a été abattu dans sa voiture par plusieurs individus. Pierre Gemayel a été assassiné le jour où le Conseil de sécurité de l’ONU ONU Organisation des Nations unies, presque tous les Etats du monde sont à l’ONU. L’ONU a été créée pour défendre le droit international, la sécurité et la paix. décidait de créer un tribunal international pour juger les assassins de l’ancien premier ministre Rafic Hariri assassiné à Beyrouth en février 2005. A qui profite ces crimes ? On soupçonne la Syrie d’être mêlée à ces attentats. En effet, la Syrie a perdu beaucoup de son pouvoir au Liban. Si le Liban est déstabilisé, la Syrie pourrait y retrouver son influence perdue. 

En effet, le premier ministre Rafic Hariri avait mis fin, quelques mois avant son assassinat, à trente ans d’influence syrienne sur le Liban.

Au Liban, les incertitudes politiques sont nombreuses. L’actuel gouvernement est fragile. Il est dirigé par une alliance entre chrétiens et musulmans sunnites. La majorité politique pense que c’est la Syrie qui est derrière l’attentat. Par contre, pour l’opposition politique, l’assassinat de Gemayel vise à déstabiliser son action. En effet, les assassinats sabotent le travail du gouvernement. Et l’opposition politique au Liban réclame le départ du gouvernement. Si elle continue, on pensera qu’elle est d’accord avec les assassinats. Au départ, les assassinats visent à affaiblir le camp antisyrien. Mais dans les faits, ils ont donc plutôt tendance à le renforcer.

Ce dernier assassinat augmente encore les tensions entre chrétiens et musulmans chiites du Hezbollah, alliés Alliés Les pays qui se sont mis ensemble pour combattre l’Allemagne des Syriens. Les courants intégristes se durcissent. Un pays déstabilisé, c’est une bonne occasion pour les Syriens de retrouver leur influence au Liban. La plupart des Libanais eux craignent une nouvelle guerre civile dans leur pays, il suffirait d’une étincelle !

Nicolas Simon

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Selon vous, les inégalités entre les pays du Nord et du Sud de la planète viennent surtout de :

Clôture du précédent sondage "Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de