Le bébé ou l’eau du bain ?


 Articles
Le 1er février 2006 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir


Karl Marx, un des pères du communisme - Photo : Belga

Fin janvier, le Conseil de l’Europe a voté un rapport qui condamne
les crimes des régimes communistes. Mais certains représentants
européens
voulaient aussi lancer des campagnes de sensibilisation contre le communisme,
interdire certains partis, modifier les manuels scolaires. Mais cela n’a pas été accepté.

Le Conseil de l’Europe est une organisation internationale basée à Strasbourg.
Il rassemble 46 Etats d’Europe. Il s’occupe de grandes questions de la société européenne.
Son but principal est de défendre les droits de l’Homme. Il a pour mission
de chercher des solutions aux problèmes de société, comme
le racisme, les inégalités, l’environnement, le sida....

Fin janvier, le Conseil de l’Europe a voté un rapport qui condamne les
crimes des régimes communistes. Certains dirigeants communistes ont
mené des politiques très autoritaires. Ils ont emprisonné,
torturé et même tué ceux qui ne pensaient pas comme eux.
Et cela aussi bien dans l’ancienne Union soviétique qu’ailleurs. Mais
le texte voté n’est pas toujours clair. C’est un peu comme si on jetait
le bébé avec l’eau du bain.

Idéologie

Ce rapport ne se borne pas en effet à faire le procès des dictateurs
qui ont détourné les idées communistes. Il condamne l’idéologie
tout entière. Or, les idées à la base du communisme sont
des idées généreuses. Des idées d’égalité entre
les hommes. Et de pouvoir du collectif. Des idées largement partagées
encore aujourd’hui par les organisations de travailleurs et les partis de gauche.
Le texte du Conseil de l’Europe va même jusqu’à mettre dans le
même sac le communisme et le fascisme. Or les idées du fascisme
et du nazisme sont déjà au départ des idées d’exclusion,
de racisme, d’élimination systématique des opposants. Les crimes
nazis étaient en quelque sorte déjà présents dans
les textes de base. Il est dangereux de comparer les deux idéologies.

Et le libéralisme ?

Le texte du rapport dit aussi que « les crimes du communisme sont le résultat
de la théorie de la lutte des classes... » La lutte des classes,
c’est la lutte ouvrière. C’est la défense des travailleurs. C’est
aussi grâce à elle que les enfants ne travaillent plus 15 heures
par jour dans les mines. C’est grâce à elle que les travailleurs
ont aujourd’hui des droits... Qu’ils ont parfois bien du mal à garder
en ces temps où les chômeurs sont nombreux...

Le monde libéral devient de plus en plus agressif. Pour imposer ses
idées, il combat toutes les idées contraires aux siennes. Les
syndicats et certains partis de gauche en Europe mettent en garde contre ces
attaques du monde ultra-libéral qui grignotent les droits chèrement
acquis.

Si on peut se féliciter que le Conseil de l’Europe condamne les dictatures,
rende hommage hommage geste de respect aux victimes, dénonce les crimes et les oppressions, il
faut cependant rester vigilant et garder l’esprit critique. De peur d’en arriver à une
nouvelle chasse aux sorcières.

Marie-Luce Scieur

 


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de