Le droit du travail détricoté ?


 Articles
Le 1er avril 2006 | |  4 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Depuis le mois dernier, les étudiants et lycéens
manifestent en France contre une nouvelle loi sur le contrat de travail des
jeunes. C’est
le fameux CPE (Contrat Première Embauche). Pour les syndicats étudiants
et les syndicats des travailleurs, le CPE diminue les droits sociaux des travailleurs.
Le CPE pose un problème
plus général à nos sociétés : il faut s’adapter à l’économie
mais pas à n’importe quel prix.


Photo : Belga

Le CPE permet aux entreprises d’engager des jeunes en premier emploi, avec
la possibilité de les licencier pendant deux ans, sans aucune explication.
Cela revient ainsi à faire une période d’essai de deux ans.
Cette loi a été préparée puis votée sans aucune
négociation sociale. Depuis le mois dernier, les syndicats et les étudiants
français se sont fortement mobilisés contre cette loi Beaucoup
d’universités et de lycées étaient en grève.
Il y a eu des manifestations dans toute la France. Des grèves et des manifestations
pour le retrait du CPE avant toute négociation avec le gouvernement. Mais
le mouvement des jeunes français dépasse la lutte contre le CPE.

Droit du travail

C’est, plus généralement, le droit du travail qui est concerné.
Parce que ce nouveau système, comme d’autres qui existent déjà en
France, est une attaque du contrat d’emploi à durée indéterminée,
qui protège le plus le travailleur. La manière dont de Villepin
a fait passer le CPE le montre bien. Il n’a eu aucune discussion, avant,
avec les syndicats et les mouvements étudiants. Sans aucun doute parce
qu’il était convaincu que son idée était bonne. Mais
aussi parce qu’il a cru qu’il n’y aurait pas de fortes réactions.
Parce que, un peu partout dans nos pays, les syndicats n’ont plus la puissance
qu’ils avaient lorsque l’économie allait mieux et lorsqu’ils
avaient beaucoup de membres.

Si les syndicats sont plus faibles et si le droit du travail est attaqué par
certains gouvernements et les patrons, c’est à cause de la situation économique
et de la concurrence concurrence compétition entre entreprises pour être le plus rentable et gagner des marchés . La situation économique des pays européens
n’est pas bonne. Il y a eu plusieurs crises graves en une trentaine d’années.
Beaucoup d’entreprises ont fermé ou licencié du personnel.
En plus, à cause de la mondialisation, la concurrence est très
forte avec des pays où la main d’œuvre est beaucoup moins chère.
Et où, très souvent, il n’y a aucun droit social ou presque.
Donc, les produits qui viennent de là-bas sont beaucoup moins chers que
ceux qui sont faits ici. Alors, nos entreprises ferment ou restructurent. Ou
délocalisent en s’installant dans ces pays.

Droits sociaux

En même temps, les patrons et certains milieux politiques disent que, pour
pouvoir maintenir de l’emploi ici, il faut diminuer les salaires. Et accepter
beaucoup plus de flexibilité flexibilité Souplesse d’organisation pour adapter l’entreprise aux évolutions du marché. A cause de la flexibilité, les salariés ont souvent de moins bonnes conditions de travail et moins de protection. . La flexibilité, ce n’est pas
seulement des horaires adaptés, mais surtout des conditions de travail
plus difficiles et des possibilités de licenciement plus faciles. Il n’y
a plus assez d’emplois pour tout le monde. Notre société est
devenue très individualiste, sans solidarité. Donc, beaucoup de
gens ne se syndiquent plus et pensent d’abord à leur emploi à eux.
Les autres viennent après. Et les syndicats ont forcément moins
de pouvoir dans un monde où il faut bien agir en fonction de la concurrence.

En Belgique, le droit du travail est encore assez bien protégé.
Mais on sait aussi, par exemple, que les patrons essaient sans arrêt d’obtenir
la fin de l’indexation automatique des salaires. Sans y réussir
jusqu’à présent. Il faut aussi trouver un certain équilibre,
très difficile. Car on ne peut pas faire comme si le monde n’avait
pas changé. Il faut s’adapter à ces changements. Mais en
défendant des droits sociaux qui donnent encore des garanties aux travailleurs.

Marc Vandermeir


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • bouandel ahmed (sourd)

    Le 12 août 2006 à 02:42

    Demande d’emploi
    Bonjour madame, monsieur à tout
    J’ai l’honneur de venir par la présente vous demander de bien vouloir me renseigner quant à la possibilité de trouver un emploi au sein de votre établissement.
    Je suis jeune Algérien âge de 22 ans travaillant depuis deux années dans une structure de jeunesses (en spécialité d’informatique), possédant aussi un certificat de montage vidéo.
    Je tiens a attirer votre attention sur que je suis sourd-muet. (Je recherche de travaille avec sourds en France et Europe).
    En attendant une réponse que j’espère favorable veuillez agréer ,mes salutations les meilleures.
    Merci
    Contact :
    Mr MR Mouvement Réformateur  : bouandel Ahmed
    Portable (sms) : +21354590732
    E-mail : ahmed_vie85@hotmail.fr

    Répondre à ce message

  • bouandel ahmed

    Le 12 août 2006 à 02:36

    Demande d’emploi
    Bonjour madame, monsieur à tout
    J’ai l’honneur de venir par la présente vous demander de bien vouloir me renseigner quant à la possibilité de trouver un emploi au sein de votre établissement.
    Je suis jeune Algérien âge de 22 ans travaillant depuis deux années dans une structure de jeunesses (en spécialité d’informatique), possédant aussi un certificat de montage vidéo.
    Je tiens a attirer votre attention sur que je suis sourd-muet. (Je recherche de travaille avec sourds en France et Europe).
    En attendant une réponse que j’espère favorable veuillez agréer ,mes salutations les meilleures.
    Merci
    Contact :
    Mr MR Mouvement Réformateur  : bouandel Ahmed
    Portable (sms) : +21354590732
    E-mail : ahmed_vie85@hotmail.fr

    Répondre à ce message

  • Juan

    Le 1er mai 2006 à 11:50

    Que veut-dire " Contrat Première Embauche " ?

    En raccourci : avec ce contrat,mon patron m’engage et " PEUT " ( à ne pas confondre avec DOIT ) mettre fin, dans les 2 ans, à ce contrat sans motif ou explication.

    Vous êtes patron, un jeune se présente et vous l’engagez sous CPE :

    1°cas, il s’avère que le jeune ne correspond pas au profil recherché ( manque de : qualifications, ardeur ardeur dynamisme, grande activité au travail, ponctualité,...)

    2°cas, le jeune correspond à ce que vous recherchiez ( profil inversé du 1°cas )

    Pourquoi garderiez-vous le 1° et pourquoi licencieriez-vous le 2° ?

    Il faut s’y faire, rentrer dans une boîte à 16 ans et en sortir prépensionné à 56 ( c’est FINI ! )

    Un exemple ( belge ) : de nombreux "jeunes" rentrent à l’armée comme volontaires sous contrat de 2 ans. Après quelques semaines d’instruction, on "tombe" malade et on tient le coup jusqu’à la fin du contrat. Nous les appellons les " WIN for LIVE" ( pour 2 ans ).

    La seule partie du CPE qui pourrait me choquer est le fait que le patron ne soit pas tenu de donner le motif du licenciement !!! Par peur de parler vrai, peut-être ?

    Répondre à ce message

  • Charlot-roi

    Le 1er mai 2006 à 10:56

    Les droits sont fondamentaux. Ils constituent un étalon pour les lois et plus les lois calquent leur contenu sur les droits, meilleures elles seront. Les droits inaliénables sont appelés ainsi car ils sont la substance de l’individu, une description de sa réalité invisible, spirituelle.
    C’est une tentation que d’étendre la puissance de ces droits intrinsèques à certaines activités qui, en fait, ne relèvent pas de la description de la personne. L’homme a des droits, oui ; mais il a aussi des devoirs. Que le travail soit indispensable au bien-être d’un individu, cela est évident. Mais cela fait-il du travail un droit substantiel, inaliénable, comme sa liberté de pensée ? Droit inaliénable et devoir fondamental fondamental très important, de base ne sont pas égaux. Un élément essentiel au bien-être n’est pas forcément un droit. Le travail comme devoir est une garantie de prise en main individuelle, de dynamisme économique, de créativité et de stabilité. Le communisme, champion du travail-droit, a précipité des nations géantes dans la misère économique.
    Oui, les droits chimériques doivent être détricotés.

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de