Mort d’un vieil homme indigne


 Articles
Le 19 février 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Maurice Papon est mort ce 17 février. Il avait 96 ans. Maurice Papon avait été condamné pour son rôle dans la déportation des Juifs pendant la guerre 40-45. Maurice Papon était un haut fonctionnaire français. Il avait commencé sa carrière en 1935 au Ministère de l’intérieur. Pendant la guerre, sous le gouvernement de Vichy, il était secrétaire général de la Préfecture de la Gironde. Il était le bras droit du préfet et s’occupait des questions juives. Il était chargé de faire la liste des juifs de la Région, de les arrêter et d’organiser leur déportation vers le camp de Drancy en Seine et Marne. A la libération, il a été inquiété un moment. Mais il a présenté un faux certificat de résistance. Et il a donc repris tranquillement le poste qu’il occupait pendant l’occupation. Sa fonction a juste changé de nom. Maurice Papon est devenu « directeur de cabinet du commissaire de la République de Bordeaux ». Pendant des années, Papon a fait une belle carrière. Il a été préfet de Corse puis de Constantine en Algérie. Puis il est nommé préfet de police de la Ville de Paris. En 1961, il reçoit même la légion d’honneur du président de l’époque, le général de Gaulle.
Pendant la guerre d’Algérie, le 17 octobre 1961, le FLN organise à Paris une manifestation avec femmes et enfants. Papon alors à la tête de la police fait réprimer durement cette manifestation. 11.730 Algériens sont arrêtés.

Et surtout, les jours suivants, on découvre des dizaines de corps d’Algériens dans les rues de Paris. Et aussi dans la Seine, où ils ont été jetés par des policiers. Mais Papon s’arrangera pour étouffer le scandale. Alors que Valéry Giscard d’Estaing est président, Papon deviendra ministre du budget dans le gouvernement de Raymond Barre.

Mais en mai 1981, « Le Canard enchaîné » publie un article sur les activités de Papon pendant la guerre. En 1983, Papon est poursuivi pour crimes contre l’humanité. Et en 1995, il est jugé devant la Cour d’assises. Il est accusé d’avoir organisé huit convois de Juifs vers les camps d’extermination. Au cours du procès de Papon, des milliers de documents sont montrés. Des dizaines de personnes témoignent. En 1998, les juges établissent que Papon savait dès le début qu’il envoyait des Juifs à la mort. Maurice Papon est condamné pour complicité de crimes contre l’humanité à 10 ans de prison. Il est privé de ses droits civiques, civils et de famille. On lui retire aussi le droit de porter sa légion d’honneur. Quatre ans plus tard, il est remis en liberté pour raisons de santé.

Depuis cette époque, il vivait dans sa maison familiale. Il se montrait peu en public. Papon ne s’est jamais reconnu coupable. Il n’a pas accepté que la justice lui retire sa légion d’honneur. Et il voulait être enterré avec cette distinction. Son avocat a annoncé qu’il ferait tout pour respecter cette volonté. Les hommes politiques français sont divisés sur la question.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Selon vous, les inégalités entre les pays du Nord et du Sud de la planète viennent surtout de :

Clôture du précédent sondage "Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de