Peu d’espoir pour la démocratie


 Articles
Le 1er mars 2006 | |  1 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

pour la démocratie

C’est un des pays les plus pauvres du monde. Un nouveau président
de la république et un nouveau parlement viennent d’être élus.
Un espoir pour la démocratie à Haïti ? Peut-être, mais
un espoir très mince.

Haïti est un des pays les plus pauvres du monde. C’est un pays
où règne une terrible violence. Des gangs imposent leur loi,
sans jamais hésiter à tuer, à violer, à mutiler.
Ils ont fait de l’enlèvement une véritable industrie pour
obtenir de l’argent. La corruption est généralisée.

Dans ce climat de désespoir, 3,5 millions de Haïtiens sont allés
voter pour élire un nouveau président, 30 sénateurs et
100 députés. Ces élections avaient déjà été reportées
quatre fois. En principe, elles devraient tourner la page de 30 ans de dictature dictature pouvoir qui ne donne aucune liberté à la population
et de 20 ans de crise. Mais en principe seulement. René Préval
a été élu à la présidence du pays. Préval
a 63 ans. Il a déjà été Président et Premier
ministre. Cette élection ne règle pas tous les problèmes
loin de là.

Un pays où plus rien ne va

Haïti n’a connu que quelques années de semblant de démocratie.
En 1990, le prêtre Jean-Bertrand Aristide est élu Président.
Porté par les pauvres, il prend Préval comme Premier ministre.
Mais, moins d’un an plus tard, les militaires font un coup d’Etat
et les chassent du pouvoir. En 1994, Préval est élu Président,
avec l’appui d’Aristide. A la fin de son mandat, en 2001, c’est
Aristide qui est de nouveau élu président. Très vite,
Aristide tombe à son tour dans la corruption et la dictature. Ce sont
ses milices qui font régner l’ordre de manière violente.
Le Vatican lui retire son droit d’être prêtre.

En 2004, la
situation devient critique. Des troupes américaines interviennent avec
l’appui de la communauté internationale. Aristide s’enfuit
en Afrique du Sud. Depuis ce moment, 9 400 casques bleus de l’ONU ONU Organisation des Nations Unies, presque tous les Etats du monde sont à l’ONU, En principe, l’ONU défend le droit international, la sécurité et la paix. et
des policiers internationaux essaient de maintenir un semblant d’ordre.
Ils se déplacent en véhicules blindés. Ils sont fort armés
et ils ont déjà dû plusieurs fois utiliser leurs armes.
Mais plusieurs quartiers, les plus pauvres, échappent à tout
contrôle. Le gouvernement provisoire, choisi par l’ONU, ne s’occupe
que du plus urgent. Mais dans un proche avenir, il n’y a aucun espoir
de développement économique. La violence et la corruption bloquent
tout. Donc, la pauvreté ne fait qu’augmenter. Et il n’y
a presque plus aucun d’enseignement ni de soins de santé. Ce sont
des organisations internationales qui prennent ces deux secteurs en charge.
Du moins, les organisations qui restent encore. Car beaucoup sont parties à cause
de la violence.

Une mission presque impossible

Pour l’ONU, le nouveau gouvernement devra d’abord désarmer
la population, car il y a des armes partout. Il devra aussi reconstruire la
police qui est, elle aussi, tout à fait corrompue. Dans la pratique,
c’est comme s’il n’y avait plus de police. Enfin, il faut
alors relancer l’enseignement et l’économie. Ce sont des
problèmes presque insurmontables sans une aide internationale très
forte.

Rien, pour le moment, ne permet de croire en l’avenir. René Préval,
a appelé son parti « L’Espoir ». Mais c’est un
homme qui, lorsqu’il était Président puis Premier ministre
n’a pas réussi à lutter contre la violence, la corruption
et la pauvreté. Il dit qu’il n’est plus d’accord avec
Aristide. Mais, pour beaucoup, il n’y a pas ou peu de différence
dans sa manière de gouverner. Un signe l’indique. Juste après
les élections, des bandes proches de Préval provoquaient déjà des
violences pour exiger que leur candidat soit de suite proclamé président.

Marc Vandermeir


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Pierre Roggemans

    Le 23 février 2007 à 00:10

    Marc bonjour,

    Si tu veux un avis sur Haïti assez percutant, prends contact avec mon beau-fils Jean-Marc Berthier ANTOINE aberthai@hotmail.com

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de