Portugal, l’avortement au Parlement


 Articles
Le 12 février 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dimanche 11 février, les Portugais devaient choisir de dépénaliser ou non l’avortement. 59,3% ont voté oui et 40,7% ont voté non. Mais les votants n’étaient pas assez nombreux : 43,6% seulement des électeurs ont participé. Or il faut au minimum 50%. Le référendum référendum consultation des citoyens qui doivent répondre par « oui » ou par « non » à une question posée par l’Etat n’est donc pas valable. La dépénalisation de l’avortement sera discutée au Parlement. Avec l’Irlande, la Pologne et Malte, le Portugal est un des pays de l’Union européenne où la justice est la plus dure en matière d’avortement. L’avortement n’est autorisé que dans certains cas : si la mère a été violée, si elle est en danger de mort ou encore si le fœtus a une malformation grave.

Chaque année, mille femmes portugaises avortent ainsi légalement. Mais entre 20.000 et 40.000 autres avortent clandestinement. Ces femmes risquent leur vie et jusqu’à 3 ans de prison. En 1998, il y avait eu un premier référendum. Le « non » l’avait emporté de justesse avec 50,07% des voix. Et plus de 68% des électeurs portugais n’étaient pas allés voter. Lors de la campagne sur le référendum de dimanche dernier, les idées des pour et des contre étaient les idées habituelles. Ceux qui sont pour la dépénalisation défendent le droit de la femme à disposer de son corps. Ceux qui refusent tout changement de la loi considèrent que le fœtus est une personne. Ils défendent le droit à la vie et le respect de la religion. Le Portugal est un pays catholique. Plus de 90% des Portugais sont catholiques. Or, l’Eglise a dit qu’elle était contre la dépénalisation. Les partis de droite comme le parti chrétien-démocrate sont contre la dépénalisation. Le Parti social-démocrate, centre droit, a laissé le libre choix à ses électeurs. Le parti socialiste au pouvoir, le parti communiste et le bloc de gauche ont, eux, fait campagne pour la dépénalisation. Ils proposent donc maintenant un débat entre députés pour arriver, enfin, au vote d’une loi.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, les femmes subissent plus de violences que les hommes

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de