Sommet Russie-Europe sous tensions


 Articles
Le 15 mai 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Tous les 6 mois, les dirigeants russes et de l’Union européenne se réunissent. Ils discutent des coopérations entre la Fédération de Russie et les pays de l’Union européenne. Cette coopération est officielle depuis 1997. Elle était inimaginable du temps de l’Union soviétique.

Dans ces sommets, on parle avant tout de pétrole et de gaz. L’Union européenne dépend énormément de la Russie pour son énergie. Environ 15% du pétrole et 19% du gaz utilisés dans l’Union européenne viennent de Russie. Mais d’autres questions politiques et économiques sont aussi à l’ordre du jour de ces sommets.
Un sommet doit avoir lieu à Samara, au bord de la Volga, les 17 et 18 mai. Les dirigeants russes et de l’Union doivent principalement discuter de l’entrée de la Russie dans l’Organisation mondiale du commerce. L’Union européenne va-t-elle soutenir la candidature de la Russie dans cette organisation ? Les relations entre la Russie et l’Union ne sont pas très bonnes ces derniers temps. Le dernier exemple de désaccord ? L’histoire d’un monument à la gloire des soldats soviétiques en Estonie. L’Estonie, membre de l’Union européenne depuis 2004, faisait partie de l’Union soviétique. Cet Etat balte vient de déplacer, début mai, un monument à la gloire des soldats soviétiques. Le monument était dans le centre de la capitale, Talinn. On l’a déplacé dans un cimetière militaire à l’extérieur de la ville. Pour les Estoniens, ce monument symbolise surtout la période où ils étaient dominés par l’Union soviétique. Pour les Russes et pour 30% d’Estoniens russophones (sur 1,3 million d’habitants), le monument symbolise les sacrifices énormes du peuple russe et de l’Armée rouge pendant la guerre. Les Estoniens russophones ont été choqués par ce déplacement du monument. Ils ont manifesté à Talinn. Et, en Russie, à Moscou, un mouvement de jeunes proche du président russe Poutine a manifesté violemment devant l’ambassade d’Estonie et ont même fait le siège des bâtiments. La Commission européenne a protesté auprès des autorités russes. L’OTAN et les Etats-Unis aussi. Le gouvernement d’Estonie a fait des gestes de bonne volonté vers la Russie. Et le calme est revenu.

Mais cet épisode montre les tensions entre la Russie et des pays voisins. La plupart des pays d’Europe de l’Est qui étaient sous domination de l’Union soviétique sont aujourd’hui membres de l’Union européenne. Cela ne dérange pas encore trop la Russie. Mais la plupart de ces pays sont aussi membres de l’organisation militaire de l’OTAN, dominée par les Etats-Unis. Cela gêne un peu plus les Russes. Après les attentats du 11 septembre 2001, la Russie n’a pas gêné la politique américaine au nom de la guerre contre le terrorisme. Depuis quelques années, on voit que la Russie veut retrouver une place importante sur le plan international : dans ses relations avec les pays proches, d’Europe de l’Est et d’Asie, mais aussi dans le monde.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de