Un pacte, vraiment ?


 Articles
Le 1er décembre 2005 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Depuis quelques mois, le gouvernement et les partenaires
sociaux
négocient
le « pacte de solidarité entre générations ».
Il ne s’agit pas seulement de décider de l’âge futur
de la pension. Mais de réorganiser la vie des salariés. Le Gouvernement
semble aujourd’hui avoir tranché.

Un pacte c’est un accord entre plusieurs parties. C’est un contrat
signé par ceux qui l’ont rédigé. Le résultat
d’un consensus. Or, ici, le gouvernement impose le plan sans avoir obtenu
de consensus. Peut-on alors encore parler de pacte ?

La vice-première ministre Laurette Onkelinx passe beaucoup de temps
sur nos antennes de radio et de TV pour convaincre la population des bienfaits
des mesures décidées.

Du côté des partenaires sociaux

Les patrons approuvent les décisions actuelles du gouvernement mais
annoncent déjà qu’il va falloir ensuite s’attaquer à d’autres
questions comme la flexibilité et la compétitivité.

Les syndicats, quant à eux, ont refusé le pacte en front
commun
.

Ils estiment que celui-ci est insuffisant, que la politique sociale et fiscale
est inéquitable. Ils critiquent les employeurs qui ne prennent aucun
engagement en faveur de l’emploi et reçoivent pourtant beaucoup
d’avantages financiers. Ils pensent aussi que les mesures pour favoriser
l’emploi des jeunes sont insuffisantes. Ils réclament des améliorations
en matière de prépensions car les nouvelles mesures sont trop
dures surtout pour les femmes. Ils réclament aussi plus de souplesse
pour les travailleurs qui ont exercé un métier pénible.
Et par-dessus tout, ils demandent que le gouvernement réfléchisse à des
solutions pour refinancer la sécurité sociale. Ils semblent décidés à ne
pas se laisser faire et ont décidé de nouvelles actions.

Laurette Onkelinx continue à affirmer que des ouvertures restent possibles.

Le Gouvernement prévoit des possibilités de négociations négociations discussions pour arriver à un accord
entre patrons et syndicats, mais uniquement dans un cadre strict. Les syndicats
veulent pouvoir négocier directement et sans limites en fonction de
chaque secteur économique.

Sécurité sociale en danger

Bien au-delà de la question des pensions, c’est toute la question
de la pérennité de la sécurité sociale qui est
posée. C’est un des fondements de notre société.

La sécurité sociale est basée sur la solidarité,
c’est-à-dire que chacun participe selon ses moyens et bénéficie
selon ses besoins. Il s’agit bien ici de solidarité. Et cela à une époque
où le capitalisme (chacun pour soi et que le plus fort gagne) tente
de s’imposer comme loi universelle

Avec le vieillissement de la population, il faut repenser le financement
des pensions et des soins de santé sur plusieurs générations.
Pour cela, il faut renouveler les sources du financement de la sécurité sociale.
Pour que chacun puisse trouver sa place en fonction de son âge et de
ses besoins, il faut repenser la qualité de l’emploi. Enfin, il
faut faire de l’allongement de la vie une bonne plutôt qu’une
mauvaise nouvelle...

La solidarité, c’est ce qui fait la richesse de nos pays... pas
la richesse économique mais la richesse humaine. Mais pour la préserver
et avec elle la Sécurité sociale, le seul moyen est un consensus,
un pacte, un vrai... Il y a urgence...

Marie-Luce Scieur


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Le 14 octobre, ce sont les élections communales. Pour vous, les élections, c’est :

Clôture du précédent sondage "Vous pensez que Mai 68", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de