Un policier derrière chaque élève ?


 Articles
Le 11 décembre 2006 | |  1 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

PLP 41, vous connaissez ? Non ce n’est pas le nom d’un nouveau parti, ni d’un nouveau syndicat. Encore moins d’un nouveau médicament. C’est le nom d’une circulaire signée Patrick Dewael, notre Ministre de l’Intérieur (VLD). Cette circulaire concerne l’école. Elle a été publiée le 7 juillet, en pleines vacances scolaires. Elle aurait pu passer inaperçue. Les enseignants l’ont découvert à la veille de Saint Nicolas. Et ils ne sont pas contents du tout du cadeau. La circulaire du Ministre de l’Intérieur prévoit en effet une plus étroite collaboration entre l’école et la police. L’idée est de mieux lutter contre la violence dans les écoles. Selon la PLP 41, les chefs d’écoles peuvent donner à la police des informations sur les jeunes « en décrochage scolaire », ou sur ceux qui ont « un style de vie ou une vision déviante ». L’école pourrait ainsi informer la police sur les absences des jeunes à l’école. Ou encore sur leur comportement en classe.

Les enseignants sont d’accord pour lutter contre la violence dans les écoles. Pourtant, ils pensent que collaborer plus étroitement avec la police n’est pas le bon moyen. Les syndicats d’enseignants et les organisations d’aide à la jeunesse se sont regroupés dans une plate forme nommée : « L’école mariée de force à la police ». Ils veulent que la circulaire PLP 41 soit retirée. Ils pensent qu’il ne faut pas confondre délinquant et élève en décrochage. Pour lutter contre la violence à l’école, ils proposent : du personnel éducatif en plus, des équipes sociales, des PMS renforcés. Ils disent aussi que cette circulaire fait sortir l’école de son rôle d’éducateur. Qu’elle fait de l’école une annexe du commissariat de police.

Marie Arena, Ministre de l’enseignement calme le jeu. Pour elle, la circulaire n’est qu’une possibilité de plus offerte aux directeurs d’école. Et que les collaborations avec des organismes de prévention continuent. Elle affirme aussi que chacun –police et école- restera dans son rôle. Et que si ce n’est pas le cas, elle interviendra.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Jérôme

    Le 28 décembre 2006 à 22:55

    Certaines écoles sont de vrais repères de bandits et de délinquants en tous genres ! Ce n’est pas faute d’avoir essayé de faire dans le " social " ! Remédiations, cours de rattrapage, écoles à discrimination discrimination discrimination positive, abolition progressive des devoirs à domicile,...pour quel résultat ? Un constat d’échec total !!!

    Et si...on réemployait ce qui marchait si bien dans le temps ( pas si éloigné, en fait )
    - respect de l’enseignant
    - expulsion en cas de comportement non approprié
    - devoirs, interros,...de manière régulière

    Le nivellement par le bas sert les intérêts d’une certaine classe politique qui est donc peu encline à favoriser toute forme d’élitisme ! Il n’est donc pas étonnant de voir le ministère de l’éducation en communauté française toujours dans les mains du seul PS !!!

    J’avais cru comprendre que l’enseignement idéal était celui qui permettait à toutes et tous de s’épanouir individuellement !
    Nous sommes tous différents, ne pas admettre cette évidence est une forme de " négationnisme " !

    Le mal est si profond que je ne vois pas d’autre solution que le recours à l’autorité ! Mais je doute fort que tous les parents ( et surtout les démissionnaires ) acceptent de troubler psychologiquement leurs si gentils petits...délinquants !

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de