Un ruban blanc contre les violences


 Articles
Le 26 novembre 2007 | |  2 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Du 25 novembre au 6 décembre, la campagne « ruban blanc » informe et sensibilise sur les violences au sein de la famille. Un couple sur cinq est concerné. Ce sont presque toujours les femmes qui sont victimes de ces violences. Les hommes battus ne représentent que 1% de l’ensemble des violences conjugales…

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, 70% des femmes assassinées l’ont été par leur compagnon. Aux Etats-Unis, une femme est battue par son mari toutes les 15 secondes. En Belgique, presque 7 femmes sur 10 sont ou ont été victimes de violences physiques ou sexuelles. Et presque une fois sur deux, c’est leur partenaire qui commet ces violences. Depuis 2006, le Ministère de la Justice a lancé un plan contre les violences dans le couple appelé « tolérance zéro ». Les violences dans le couple sont plus durement punies. Mais on sait que les lois et les règlements ne suffisent pas pour lutter contre ces violences. Il faut aussi changer les mentalités, informer et sensibiliser. C’est pour cela que la campagne « ruban blanc » est organisée jusqu’au 6 décembre.

L’origine de la campagne

25 novembre 1960. Ce jour-là, 3 femmes, 3 sœurs, sont assassinées en République dominicaine, pays des îles Caraïbes près de Cuba et d’Haïti. Ces 3 femmes s’appelaient Patricia, Minerva et Maria Teresa Mirabal. Elles étaient des opposantes politiques au régime du dictateur Trujillo. C’est le dictateur Trujillo qui a donné l’ordre de les tuer. Les soeurs Mirabal sont devenues le symbole symbole Personne ou chose qui représente bien un sentiment, une idée, qui sert d’exemple de la résistance d’un peuple et de la lutte des femmes en Amérique latine. En 1981, c’est la première rencontre d’associations féministes d’Amérique latine et des Caraïbes. Beaucoup de femmes y dénoncent les violences qui leur sont faites. Des violences faites par des Etats pour des raisons politiques. Mais aussi des violences faites par des hommes de la famille ou hors du cercle de la famille. Les femmes d’Amérique latine et des Caraïbes choisissent le 25 novembre comme jour de lutte contre les violences faites aux femmes. En 1999, l’Organisation des Nations unies reprend cette date comme Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

6 décembre 1989. Ce jour-là, à l’Université de Montréal au Canada, un homme tue 14 étudiantes de l’Ecole polytechnique au cri de « Je hais les féministes ». Des hommes canadiens ont alors créé la campagne « ruban blanc » contre les violences subies par les femmes.

La Campagne

La campagne est partie du Québec, du Canada, et se déroule maintenant aussi en Europe. Cette campagne a lieu du 25 novembre au 6 décembre. Durant ces quelques jours, les hommes sont invités à porter un ruban blanc.

Le ruban blanc est un symbole. Il signifie pour l’homme qui le porte que :

  • il ne sera jamais violent envers une femme
  • il ne fermera pas les yeux sur les violences faites aux femmes par d’autres
  • il ne cherchera pas d’excuse aux agresseurs de femmes
  • il ne se dira jamais : « les femmes l’ont bien cherché »
  • il essayera de convaincre les hommes violents de se faire aider pour changer leur comportement.

En Belgique, des associations de femmes, des mutuelles, de nombreuses organisations font la campagne « ruban blanc ». Les pouvoirs publics participent aussi à la campagne. Le ruban blanc est distribué dans des boîtes de nuit, des gares, des cinémas, sur les marchés et les places…

Un agenda et toute une série d’informations sont aussi disponibles sur http://www.reseauviolences.be/
La Direction de l’Egalité des chances du Ministère de la Communauté française (Belgique) vient de présenter

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • blanche

    Le 22 avril 2012 à 09:10

    Et quelle couleur pour la violence morale et intellectuellllllle ?
    TRANSPARENT.

    Répondre à ce message

  • Carlos

    Le 22 avril 2012 à 03:36

    Bonadjourje suis Alsaadcien et cela fait moult anne9es que l’e9ducation religieuse n’existe plus dans les etabadlisseadments peiblquus …Votre briladlante interadvenante d’une puisadsance soporiadfique hors du comadmun (12 min pour expliadquer l’existence du conadcoraddat en Alsace Loradraine dont on ne voit pas bien le rapadport avec les signes religieux ostenadtaadtoires ) a t elle de9je0 franchi les vosadges ??aba0Il y a des absences tres paradlantes dans le disadcours de la laicadite9 a0bb dit elle .…dans le sien aussi dirons nous !!

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Le 14 octobre, ce sont les élections communales. Pour vous, les élections, c’est :

Clôture du précédent sondage "Vous pensez que Mai 68", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de