Un tournant dans la guerre


 Articles
Le 11 décembre 2006 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

On le savait. Mais le rapport Baker le confirme : la guerre américaine en Irak est un échec. Suite à ce rapport, Bush a dû déclarer : « ça va mal en Irak. » Il a lancé la guerre en Irak. Il est aujourd’hui obligé de revoir sa politique. Mais le président américain dit qu’il croit encore que la victoire est possible. Comment va-t-il s’en sortir ?


Photo : Belga

Le rapport Baker est sorti le 6 décembre. James Baker est un ancien secrétaire d’Etat (ministre des Affaires étrangères) américain. Il est membre du parti républicain comme Bush et il est un proche du président. James Baker a fait ce rapport avec un groupe de personnalités des deux grands partis politiques, le parti démocrate et le parti républicain. A la sortie du rapport, le président Bush est apparu bien isolé. Ce rapport demande en effet un changement complet de la politique américaine en Irak.

Le rapport constate que ce qui s’est fait jusqu’à présent est un échec. Et que cela a des conséquences graves au niveau international : les menaces terroristes s’aggravent, les extrémismes montent. Le rapport fait des propositions. L’une des plus spectaculaires est celle de retirer les troupes américaines combattantes d’ici 2008. Les soldats américains qui resteraient serviraient uniquement à former l’armée irakienne.

Mais toujours selon le rapport Baker, un retrait trop rapide des troupes américaines risquerait de provoquer, en Irak, encore plus de violences entre les tendances musulmanes et entre les ethnies. Et cela créerait aussi un grand danger pour toute la région. Même l’économie mondiale pourrait être atteinte. Ce rapport estime aussi que le gouvernement irakien est incapable actuellement de mener une réelle politique de paix. Du coup, le groupe de travail dit qu’il faut radicalement changer la politique américaine en Irak. Et même, qu’il faut sanctionner le gouvernement irakien s’il ne progresse pas.

Réaction de Bush

Le président Bush a déjà refusé certaines propositions du rapport Baker. Mais il a dit qu’il allait étudier ce rapport en détail. Même s’il affirme encore croire en la victoire, Bush reconnaît qu’il doit changer de politique. Cette nouvelle politique devrait être annoncée avant Noël. Toutes les possibilités sont à l’étude.

Mais le président américain Georges W Bush l’a dit samedi : les Etats-Unis ne retireront pas leurs troupes d’Irak trop vite. Mais il admet qu’il faut changer de politique. Car les Etats-Unis sont coincés. Ils sont en Irak comme ils l’ont été au Vietnam : dans un véritable bourbier dont ils n’arrivent pas à se sortir.

Bush est donc obligé de revoir sa politique en Irak. Et pas seulement à cause du rapport Baker. Il y a plusieurs autres raisons. Et d’abord, des raisons électorales. Une grande majorité de la population américaine est contre la guerre en Irak. Bush et son parti, les Républicains risquent donc de perdre les prochaines élections présidentielles prévues en 2008. En novembre déjà, les Républicains ont été battus par le parti démocrate aux élections du parlement américain. Le Président n’a donc plus la majorité au Parlement.
Bush est aussi obligé de revoir sa politique à cause des importantes pertes humaines en Irak. C’est toujours la guerre civile dans ce pays. Il n’y a jamais eu autant d’attentats et ces attentats n’ont jamais tué autant de civils. Car c’est surtout la population qui paie cet horrible « prix du sang ». Les Américains et les Britanniques sont intervenus en Irak pour renverser le dictateur Saddam Hussein. Or aujourd’hui, on pense que cette intervention a fait plus de victimes civiles que le régime de Saddam Hussein.

De plus, les troupes américaines ne contrôlent plus qu’une partie de l’Irak. Le gouvernement et l’armée irakienne ne sont pas capables pour l’instant de prendre le relais des Américains. Des responsables du gouvernement et de l’armée américaine reconnaissent que cette guerre a été mal pensée. Et que les risques ont été mal évalués. Les Etats-Unis sont coincés et doivent trouver d’autres solutions, d’urgence. Et tout cela ne concerne pas que l’Irak. Car le rapport Baker insiste aussi sur le fait que, pour essayer de ramener la paix en Irak et diminuer la tension internationale, il faut faire participer la Syrie et l’Iran. Ces pays entretiennent en effet la tension en Irak. Il faut aussi relancer le processus de paix entre Israël et les Palestiniens. Bush est-il capable de réussir toutes ces choses ? Beaucoup pensent que non…

Marc Vandermeir


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, les femmes subissent plus de violences que les hommes

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de