Document sans ..." />

Une Gargarine en jupe


 Articles
Le 8 octobre 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd">

Document sans titre

En 1957, Spoutnik, un engin spatial, est mis en orbite autour de la terre. C’est une première. En 1961, Gagarine est le premier homme à voyager dans l’espace. Et en 1963, les Soviétiques sont encore les premiers à envoyer une femme dans l’espace. Cette femme, Valentina Terechkova, restera 3 jours à bord d’un vaisseau spatial soviétique et fera 48 fois le tour de la terre.
Terechkova vient d’une famille modeste. Sa mère, veuve de guerre, est ouvrière dans une usine textile. Pour aider sa mère, Valentina Terechkova quitte l’école à 16 ans. Elle travaille, elle aussi, comme ouvrière. Et elle continue à suivre des cours du soir et par correspondance. A 22 ans, elle commence le parachutisme. Elle veut devenir cosmonaute et écrit aux autorités soviétiques. Elle est sélectionnée pour l’entraînement. Et elle réussit. Elle devient pilote d’avion à réaction. Et en 1963, elle est choisie pour un vol spatial. Un général de l’armée de l’air dit de Valentina : «c’est une Gagarine en jupe». A l’époque, Youri Gagarine était très populaire en Union soviétique et dans le monde : Gagarine est le 1er homme à être allé dans l’espace en 1961.
Si Valentina Terechkova est restée célèbre, c’est parce que c’est une des rares femmes à être allée dans l’espace. Ce n’est que 19 ans plus tard, en 1982, qu’une autre femme, soviétique, elle aussi, ira dans l’espace. Les Etats-Unis n’enverront leur 1ère femme en mission spatiale qu’en 1983.

L’aventure vécue par Valentina Terechkova n’est pas seulement due à sa volonté et au hasard. A l’époque, la conquête de l’espace est un formidable moyen de propagande pour les Soviétiques. En 1961, Kroutchev, dirigeant de l’URSS, aurait préféré Gagarine à un autre cosmonaute parce que Gagarine était fils de paysan. L’autre candidat sélectionné par l’Armée de l’air était fils d’instituteur, une classe moins « laborieuse ». De même, envoyer une femme dans l’espace montrait l’avancée technique et sociale de l’URSS sur les autres pays et surtout sur les Etats-Unis d’Amérique. Après le vol de Valentina Terechkova, on dit que le pouvoir soviétique a arrangé son mariage avec le cosmonaute Nikolaïev qui était un des entraîneurs de Valentina.  Les 2 époux ne se sont d’ailleurs jamais vraiment entendus et ils ont divorcé.

Après son vol de 1963, Terechkova ne volera plus malgré son désir. Elle deviendra ingénieur en aéronautique et instructeur pour d’autres cosmonautes soviétiques. Début 2007, à l’occasion de ses 70 ans, Valentina Terechkova déclarait : « Je suis prête à partir sur Mars. C’est une planète mystérieuse et merveilleuse. Et peut-être ne jamais revenir. »


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Changement d’air... Changement d’ère
Changement d’air... Changement d’ère
Le 19 mai 2017
Emmanuel Macron est le nouveau président de la République française. A 39 ans, il est le plus...
La langue française dans le monde
La langue française dans le monde
Le 23 mars 2017
Selon l’Organisation internationale de la Francophonie, il y a 274 millions de francophones dans...
Visages, villages et beau langage
Visages, villages et beau langage
Le 13 juillet 2017
Une vieille cinéaste punk qui perd la vue et un jeune photographe aux lunettes noires vont à la...
Des attentats à Bruxelles, coeur de l’Europe
Des attentats à Bruxelles, coeur de l’Europe
Le 26 mars 2016
Mardi 22 mars à 8 h, des attentats terroristes ont frappé deux endroits de Bruxelles : l’aéroport...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.

Avec le soutien de