Une fête, pas une défaite


 Articles
Le 8 décembre 2008 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le 10 décembre 1948, les pays membres des Nations Unies votaient la Déclaration universelle des droits de l’homme. Dans cette Déclaration, il y a 30 articles. Ces trente articles fondent la dignité dignité Respect pour un être humain humaine. A condition qu’ils soient respectés… 60 ans après, l’actualité nous montre tous les jours que les droits de l’homme restent un combat dans beaucoup de pays du monde. Et même dans les pays les plus démocratiques.

Le 10 décembre 1948, 48 pays votaient la Déclaration universelle des droits de l’homme. 48 pays sur les 56 pays membres de l’ONU ONU Organisation des Nations Unies, presque tous les Etats du monde sont à l’ONU, En principe, l’ONU défend le droit international, la sécurité et la paix. . L’Afrique du Sud ne la signe pas à cause du droit à l’égalité sans distinction de race ou de naissance. En Afrique du Sud, c’est l’apartheid apartheid politique qui met à part une partie de la population parce qu’elle est jugée différente . Les Noirs sont majoritaires dans le pays mais ils n’ont aucun droit. L’Arabie Saoudite ne la signe pas à cause de l’égalité homme-femme prévue par la Déclaration. D’autres pays s’abstiennent aussi comme l’Union soviétique, la Pologne ou la Yougoslavie. Ce sont des pays à régime socialiste. Ils contestent la vision « universelle » présentée par la Déclaration des Nations unies.

Un espoir après la guerre

Il faut dire qu’à l’époque, le monde apparaît divisé en deux. D’un côté, les Occidentaux Occidentaux Etats-Unis, Canada et pays d’Europe de l’Ouest avec l’Europe de l’Ouest et surtout les Etats-Unis. De l’autre côté, les pays socialistes avec surtout l’Union soviétique. Beaucoup de pays d’Asie et d’Afrique ne sont pas encore indépendants. Certains dirigeants reprochaient alors à la Déclaration universelle des droits de l’homme d’être trop « occidentale ». Et c’est vrai que la Déclaration s’est construite sur la Charte de l’Atlantique. Le président américain Roosevelt et le 1er ministre britannique Winston Churchill avaient signé cette Charte de l’Atlantique en 1941, pendant la 2e guerre mondiale. La Déclaration universelle des droits de l’homme est adoptée en 1948. C’est-à-dire 3 ans après la fin de la 2e guerre mondiale. Après cette guerre effroyable marquée par la barbarie nazie, la Déclaration est un espoir. Mais elle est aussi, à l’époque, un instrument de lutte politique contre les régimes socialistes qui donnaient plus d’importance aux droits des peuples qu’aux droits de l’homme.

Un outil de libération

Pourtant à bien la lire, la Déclaration est un formidable outil de libération pour les êtres humains. Tous les êtres humains. Depuis 1948, les libertés et les droits ont progressé dans le monde. Evidemment, on le sait, beaucoup reste à faire. Et on le savait déjà en 1948. La Déclaration universelle des droits de l’homme se présente comme un « idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations. » A regarder de trop loin aller notre monde, on pourrait se dire que cette Déclaration ne sert à rien. A y regarder de près, cette Déclaration sert bien des combats et des débats pour les libertés. 

Liens

L’ONU 
 Le texte de la Déclaration
Connaissez vos droits avec un Coin des enfants amusant et intéressant 
Haut Commissariat aux droits de l’homme des Nations Unies
Droits de l’enfant : Unicef et Unicef Belgique
Cour européenne des droits de l’homme


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Le 14 octobre, ce sont les élections communales. Pour vous, les élections, c’est :

Clôture du précédent sondage "Vous pensez que Mai 68", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de