Victoire démocrate, défaite de Bush


 Articles
Le 13 novembre 2006 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le 7 novembre, aux Etats-Unis, le parti démocrate a, très clairement, remporté les élections de la Chambre et du Sénat. Le président Bush, membre du parti républicain, était fort critiqué pour la guerre en Irak mais aussi pour les affaires intérieures américaines. Cela a beaucoup joué dans l’élection. Une cohabitation mouvementée des 2 partis s’annonce jusqu’aux élections présidentielles de 2008.

bush
Photo : Belga

Le 7 novembre, 200 millions d’Américains étaient appelés à voter pour trois grandes élections. Ils devaient renouveler les 435 députés à la Chambre des représentants, élire 33 des 100 sénateurs et choisir 36 des 50 gouverneurs des Etats-Unis. Pour chaque vote, la réponse a été la même : les démocrates l’emportent. A la Chambre, les démocrates ont 229 sièges (ils en avaient 201). Ils ont donc la majorité. Cela n’était plus arrivé depuis 1994.

Aussi au Sénat

Les démocrates gagnent aussi au Sénat : 51 sièges contre 49 sièges aux républicains. En fait, les démocrates ont 49 sièges mais 2 sénateurs indépendants sont proches du parti démocrate. Le parti démocrate a donc aussi la majorité au Sénat. Pour l’élection des gouverneurs, la victoire démocrate se confirme aussi. Avant le 7 novembre, les républicains contrôlaient 28 des 50 Etats. Ils n’en contrôlent plus aujourd’hui que 22. L’élection des gouverneurs n’a pas d’importance réelle au-delà de l’Etat fédéré. Elle n’a pas de conséquence directe sur la vie politique à Washington. Mais elle est un symbole symbole Personne ou chose qui représente bien un sentiment, une idée, qui sert d’exemple .

Message clair

Le message est clair. La politique de George W. Bush et des républicains est remise en cause. A cause de la situation en Irak, disent tous les commentateurs. La victoire militaire très rapide de 2003 est loin. Dans l’esprit de nombreux électeurs, ce sont les cadavres de soldats américains qui comptent : plus de 2800 depuis le début de la guerre. Et aussi la guerre civile qui détruit ce pays. Beaucoup de démocrates proposent d’ailleurs que les troupes américaines se retirent progressivement d’Irak. Cela pourrait devenir une réalité.

La politique des républicains à l’intérieur du pays est elle aussi fort critiquée. Beaucoup d’Américains ont l’impression que les républicains gèrent les Etats-Unis comme s’il s’agissait de leur propriété personnelle. Et le parti républicain n’a pas l’air de se soucier des plus démunis. L’exemple de l’ouragan Katrina, qui a détruit, il y a un peu plus d’un an, une partie de la Louisiane est toujours dans les esprits. Surtout chez les électeurs hispanophones. Ils auraient voté démocrate à plus de 70%.
Après cette victoire démocrate, les deux dernières années de la présidence de George W. Bush devraient être mouvementées.

Olivier Brouet

Première victime de la défaite républicaine : Donald Rumsfeld. Le secrétaire d’Etat a démissionné le 8 novembre. C’est un premier geste de George W. Bush pour plaire aux démocrates. Reste à voir s’il ne s’agit pas d’une simple manœuvre pour distraire l’attention.
Le frère du président Bush, Jeb Bush, n’est plus gouverneur. Arrivé à la fin de 2 mandats comme gouverneur de Floride, un des Etats les plus importants, il passe le pouvoir à un autre républicain, Charlie Christ.

Côté démocrate, une grande gagnante est Nancy Pelosi. Cette démocrate de 66 ans, devient la première femme à présider la Chambre des Représentants. Ce poste est le troisième en ordre d’importance aux Etats-Unis, juste derrière celui de vice-président et, bien sûr, celui de président. Opposée à la guerre en Irak depuis le début, Nancy Pelosi dit aussi qu’elle veut augmenter le salaire minimum et mieux financer l’éducation. Elle symbolise un « virage à gauche » du parti démocrate. Elle s’opposera certainement sans arrêt à la politique du locataire de la Maison Blanche.

Une autre femme, Hillary Clinton a confirmé sa popularité. Elle a été réélue triomphalement sénatrice de l’Etat de New York. C’est une candidate démocrate possible aux élections présidentielles de 2008.

Côté républicain, Arnold Schwarzenegger, « Terminator », est réélu comme gouverneur de Californie, un des Etats importants de la vie politique américaine. Il est l’une des personnalités les plus en vue des républicains. Mais lui ne pourra sans doute pas être un candidat républicain pour la présidence. Schwarzenegger est né en Autriche. Et seules les personnes nées sur le sol américain peuvent être candidats à la présidence. Sauf si on change la Constitution américaine, mais c’est très long et très compliqué.

 


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Le 14 octobre, ce sont les élections communales. Pour vous, les élections, c’est :

Clôture du précédent sondage "Vous pensez que Mai 68", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de