Des élections avant les élections


Le 18 septembre 2018 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : Lydia Magnoni

Il y a quelque temps , on votait à la FUNOC FUNOC Formation pour l’université ouverte de Charleroi . Des élections organisées par les stagiaires d’Objectif Ville, un groupe en formation emmené par Isabelle, sa formatrice. L’Essentiel a participé à ces élections. Nous avons voulu en savoir plus et avons rencontré Isabelle Albasini, qui était à l’origine du projet.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

L’Essentiel : Bonjour Isabelle. Tu es formatrice à la FUNOC FUNOC Formation pour l’université ouverte de Charleroi , tu as créé et tu animes Radio Alpha et tu encadres, depuis 2016, des jeunes infra-scolarisés (âgés de 18 à 24 ans) dans le projet « Objectif-ville ». Peux-tu nous en dire un peu plus de ce projet ?

Isabelle Albasini : . La formation Objectif Ville poursuit un double objectif : un travail collectif et interactif autour d’une thématique et un coaching individuel de mise en projet. Cette formation est financée par le FSE. ( Fonds Social européen). Elle est menée en partenariat avec Lire et écrire Charleroi Sud-Hainaut. La Funoc encadre les jeunes de Charleroi et LEECSH ceux de Châtelet.
Dans ma pratique professionnelle, je me suis rendu compte que les jeunes ne connaissaient pas les dispositifs qui pouvaient les aider dans leurs démarches d’insertion formative, sociale, citoyenne ou personnelle. D’où l’idée de les remettre en mouvement afin de découvrir ces dispositifs.

E :   Récemment, tu as organisé avec ce groupe Objectif Ville, de fausses élections. Pourquoi ce projet ? Comment ce projet a-t-il germé ?
I. A : J’ai mené ce projet autour des élections parce que les jeunes que j’encadre n’ont jamais voté. C’était donc l’occasion idéale pour leur parler des élections d’octobre 2018.

E : Et comment ce projet a-t-il germé ?

I. A : Le projet a démarré par une question inscrite au tableau : que se passera-t-il en octobre 2018 ? Aucun jeune n’a relié la date aux élections communales.
Par la suite, du brainstorming réalisé en groupe, il est ressorti que les jeunes ont peur d’aller voter, qu’ils ne savent pas comment faire, pour qui voter, pourquoi, à quoi ça sert, etc.
C’est ainsi que le groupe a choisi de travailler autour de la thématique des élections communales d’octobre 2018.

E : Tu peux nous en dire plus sur les étapes de ce projet ?

I. A : Progressivement, les idées arrivent : et si on expliquait comment voter ? Et si on réalisait de fausses élections sur le modèle des vraies ? Et si on interviewait des responsables politiques ?

Après avoir effectué de nombreuses recherches sur Internet, les jeunes ont rassemblé de nombreux supports dont ils se sont approprié le contenu et qui ont servi de base à leur travail.
Le projet s’est articulé en trois parties : le vote, les fausses élections et les interviews de responsables politiques.

Pour le vote, j’ai préparé un cours théorique sur la bonne manière de voter. Ensuite, le groupe a cherché des illustrations sur Internet (silhouettes de femmes et d’hommes, une école, un isoloir, une urne, des faux bulletins de vote, etc..). Ils ont ainsi mis en images toutes les étapes du vote expliquées dans le cours théorique. Et lors des Portes Ouvertes de l’institution, les jeunes ont expliqué aux visiteurs la manière de voter.

E : Et comment ont été mises en place les « vraies fausses élections » ?
I. A : Après l’intervention de Thierry Verhoeven, j’ai formé 3 équipes et ai distribué quelques une des valeurs des partis démocratiques. J’ai attribué un nom à chacune des équipes : coeur, carreau et pique. Je leur ai demandé de créer un faux parti avec des valeurs, un slogan slogan phrase courte et frappante pour défendre une idée, une opinion. et quelques images. L’équipe coeur a trouvé « avec les coeurs, que du bonheur », l’équipe carreau Le parti carreau pour les Carolos Carolos carolo : mot familier pour dire de Charleroi ou habitant de Charleroi  », Le parti pique « La meilleure équipe ce sont les piques ». Chaque parti a collé ses affiches dans les bâtiments de la FUNOC.
Ensuite, le groupe a imprimé de fausses cartes d’identité et de fausses convocations.

Nous avons choisi 4 groupes en formation à la FUNOC et quelques VIP et leur avons distribué les documents.
Les jeunes ont préparé le réfectoire comme un local de vote : chaises, urne, isoloirs, crayon rouge, faux bulletins de vote,etc... Et chaque jeune a occupé un poste : président de bureau, assesseur, secrétaire, etc… Et à la date convenue, les citoyens sont venus voter.
L’après-midi, ce fut le dépouillement. Le groupe a comptabilisé le nombre de bons votes et écarté les mauvais et a affiché les résultats qui ont permis la désignation du bourgmestre de la FUNOC.

E : Et comment as-tu fait pour interviewer des responsables politiques ?

I. A : Nous avons listé tous les échevins de la ville de Charleroi et les jeunes ont choisi d’envoyer un mail à 3 représentants politiques : Paul Magnette parce que c’est le bourgmestre, Julie Patte et Mohamed Fekrioui parce les jeunes se sentaient proches des compétences de l’enseignement et de la petite enfance.
Ils ont tous les trois accepté nos demandes d’interviews. Le groupe s’est informé sur chacun d’entre eux, afin de réaliser des questionnaires pertinents. Après avoir fixé un rendez-vous, nous sommes allés les interviewer. Le résultat se trouve sur la carte interactive du site Objectif-ville.funoc.be
Chaque jeune a participé à chaque étape de chacun de ces projets. L’un est plus performant à l’oral, l’autre à l’écrit. Celui-ci a préparé les affiches, celui-là a distribué les invitations. Chacun s’est mobilisé à son niveau de compétences. Cela les a entraînés à collaborer et travailler en équipe. Au final, les jeunes sont fiers du résultat obtenu. C’est une expérience valorisante qui a boosté leur motivation.

E : Quelles ont été les principales difficultés ? Qu’est-ce qui a aidé ?

I. A : Au début, ils mélangeaient un peu tout ou avaient une vision très partielle des partis politiques.
Je voulais que la présentation des partis et des valeurs politiques soient faites par un professionnel. C’est pourquoi j’ai fait appel à Thierry Verhoeven ( ndlr : le secrétaire de rédaction de L’Essentiel). Après cette animation, les jeunes ont réalisé un « Who’s Who » de la politique communale carolo Carolo mot familier pour dire : de Charleroi ou habitant de Charleroi .

E : Quelles ont été les principaux bénéfices de l’activité ?

I.A. : Ces activités autour du vote ont permis de les mettre en contact avec la réalité. Ils ont participé à tout et en faisant, ils ont appris. Rencontrer et parler avec des personnalités politiques (Julie Patte, Paul Magnette et Mohamed Fekrioui) a aussi très valorisant pour eux.

E : Comment les participants ont-ils réagi à ce projet ? avant ? pendant ? après ?
I.A. : Je crois qu’ils ont tous été très contents de participer à cette expérience parce que chacun a eu sa place dans le projet.

E : Qu’est-ce que cela leur a apporté ?
I.A. : Je crois qu’ils ont compris l’importance d’aller voter, la façon de bien voter. Ils se sont aussi rendu compte que, au-delà des clichés que l’on a parfois sur les personnalités politiques, celles qu’ils ont rencontrées s’investissent à fond dans leur travail.

E : Et si c’était à refaire ?
I.A. : Si j’avais eu plus de temps, j’aurais complété la thématique en organisant avec eux un speed dating avec des représentants politiques.

En savoir plus sur le projet Objectif Ville


Une émission de Radio Funoc et un texte sur le thème des fausses élections organisées à la FUNOC

Une émission de Radio funoc et un texte sur le thème Comment voter le 14 octobre 2018 ?

Sur le site Objectif ville, la carte sur les élections communales avec les
interviews de Julie Patte, Paul Magnette et Mohamed Fekrioui


Sur la page FB objectif-ville


La présentation des faux partis



Le jour des fausses élections

Les explications sur le vote données aux visiteurs lors des portes ouvertes de la FUNOC


Auteur : Lydia Magnoni
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Selon vous, les inégalités entre les pays du Nord et du Sud de la planète viennent surtout de :

Clôture du précédent sondage "Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de