Fatima, la langue comme union


 Articles
Le 29 août 2018 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

Fatima est une femme d’origine magrébine. Elle a une quarantaine d’années. Elle travaille comme femme de ménage pour élever seule ses deux filles. Il y a la grande : Nesrine. Nesrine a 18 ans, elle commence des études de médecine à l’université. Il y a la cadette : Souad. Souad a 15 ans, elle n’étudie pas et s’absente du lycée. Le film, c’est l’histoire de trois « femmes » : Fatima, Souad et Nesrine. C’est aussi leur histoire avec la langue. C’est pourquoi ce film, sorti en 2016, sera projeté par plusieurs associations à l’occasion de la journée de l’alphabétisation, le 8 septembre.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Fatima, la mère, est femme de ménage et s’épuise au travail. Elle porte le foulard. Nesrine, la fille ainée, est la bonne élève. Souad, la cadette, est la rebelle. Tout cela dans une banlieue banlieue territoire autour du centre d’une ville pauvre d’une grande ville française. On imagine ce que peut être le film.
On va donc voir la vie difficile de ces trois femmes. On va donc voir des scènes qui montrent des problèmes de racisme, des problèmes avec la religion, des problèmes entre deux générations. On va donc voir toutes les pressions de la société qui pèsent sur ces femmes. Oui, on le voit, mais on le voit à peine. On le voit dans de petites séquences, dans certains regards, dans quelques dialogues.

Scènes de langage

Ce que l’on voit et ce que l’on entend le plus dans le film, ce sont les scènes de langage. La mère, Fatima, comprend mal le français, le parle peu et ne sait pas le lire. À la maison, elle parle à ses filles en arabe parfois mélangé avec des mots français. Ses filles lui répondent en français, sans accent arabe, et chacune avec son langage. La grande, Nesrine, répond avec respect, avec attention, avec délicatesse. La cadette, Souad, répond avec le langage de la rue très direct et parfois grossier. Ces trois femmes ont des langages différents, et c’est pourtant ce qui les unit.

La mère a du mal à s’exprimer ce qui l’empêche de bien comprendre les problèmes scolaires de Souad. Souad, elle, s’exprime trop et trop vite avec des mots de la rue parfois poétiques, parfois grossiers. Elle est en révolte contre l’autorité : l’école, sa mère. Souad ne travaille pas à l’école, mais elle reproche à sa mère « d’être une ânesse » parce qu’elle ne sait pas lire. Elle reproche à sa mère de « n’être qu’un torchon qui nettoie la merde des autres ». Ces deux femmes se ressemblent parce qu’elles ont chacune, à leur manière, de grandes difficultés à communiquer avec les autres.

Langage mis en scène

La fille ainée, Nesrine, maitrise bien le français « normal », mais elle doit en apprendre un autre : le langage des sciences pour réussir ses études de médecine. On la voit en difficulté pour comprendre et apprendre son cours de biologie. Il y a beaucoup de mots qu’elle entend pour la première fois. C’est le cas dans une scène où le professeur parle d’embryon et du début de la vie. Cette image, comme pour nous montrer que Nesrine va naitre une seconde fois avec ce nouveau langage, ses études, son avenir de femme médecin.
Fatima suit, elle, des cours de français de base. Elle apprend à lire le français. Comme sa fille, elle apprend une autre langue. Mère et fille restent très unies, elles le restent dans l’apprentissage d’un nouveau langage. Elles sont même en communion, en « vases communicants » comme dit le médecin qui les soigne toutes les deux.

Dans le film Fatima, c’est le langage qui est mis en scène. Et c’est beau. Comme sont belles, les scènes où l’on voit, tour à tour, Nesrine, Fatima, Souad, allongées ou assises sur leur lit. Moment de repos, de calme, de retour sur soi. Le film nous raconte l’histoire de trois femmes, de leurs langages, de leurs difficultés avec une langue. Une mère et deux filles qui restent unies, malgré tout. Il y a des films simples qui sont des chefs-d’œuvre. Le film Fatima est de ceux-là.

L’association Les Grignoux a réalisé un dossier pédagogique, cliquer ici pour le télécharger

Voici 2 exercices extraits de ce dossier

Exercices Word - 14.3 ko

Corrections Word - 14.4 ko


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de