Marine Le Pen, derrière ses chats


 Articles |  Président, résident de la République >  Cahiers Le 22 avril 2022 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : Lydia Magnoni

Marine Le Pen affronte au deuxième tour de l’élection Emmanuel Macron. Ce n’est pas la première fois. Mais elle semble mieux placée qu’il y a 5 ans et pourrait devenir Présidente de la France. Car la candidate du RN, parti d’extrême droite a adouci son image jusqu’à faire oublier ses idées d’extrême droite à beaucoup d’électeurs. Et pourtant quand on relit le programme de celle qui se présente entourée de ses chats, on peut dire que Marine Le Pen n’a pas changé…

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Marine Le Pen est née le 5 août 1968 à Neuilly sur Seine dans une famille très riche… et très raciste. Marine est la fille de Jean-Marie Le Pen, le président du FN. Celui-ci a été accusé et jugé pour racisme, provocation à la haine, à la discrimination discrimination le fait de traiter différemment (le plus souvent plus mal) une personne ou un groupe par rapport aux autres personnes ou au reste de la collectivité. et à la violence raciale, injures publiques ou violences.
Marine Le Pen a donc baigné depuis son enfance, dans des idées de rejet des étrangers, dans un climat raciste et antisémite. Dans cette famille, on ne pouvait pas regarder la série télévisée Holocauste Holocauste avec un H majuscule, c’est le nom que l’on donne à la tentative d’extermination des Juifs par les nazis ( entre 5 et 6 millions de morts). qui raconte l’histoire des camps de concentration nazis. Et on appelait Adolf Hitler « Tonton Dolfi ».
A 18 ans , Marine a adhéré au parti de son père. Elle est présidente du FN depuis 2011 et même si elle a pris ses distances avec son père, le programme qu’elle défend aujourd’hui n’a pas changé sur le fond. Notamment ses positions de rejet des étrangers.

Elle veut violer légalement les droits des étrangers

La première mesure que Marine Le Pen prendra si elle devient présidente, c’est d’organiser un référendum référendum consultation des citoyens qui doivent répondre par « oui » ou par « non » à une question posée par l’Etat autour du projet de loi sur l’immigration et l’identité, déjà écrit.
Dans ce projet, elle veut arrêter ce qu’elle appelle « l’immigration incontrôlée ». Elle veut par exemple, stopper le regroupement familial qui permet à un étranger qui vit légalement dans le pays de faire venir sa famille. Elle prévoit une priorité nationale, pour le logement social et pour l’emploi. Il n’y aurait plus d’aides sociales pour les étrangers, s’ils n’ont pas 5 ans de travail déclaré. Et elle supprimerait le titre de séjour aux étrangers au chômage depuis un an. Marine Le Pen veut aussi supprimer le droit du sol. Les enfants nés en France de parents étrangers obtiendraient ainsi plus difficilement la nationalité française.
Marine veut aussi« lutter contre l’islamisme ». Pour Marine Le Pen : « Le voile est un uniforme imposé par les islamistes. » Elle veut donc interdire le voile dans l’espace public. Une mesure qui n’est appliquée dans aucun pays occidental.
Les journalistes Ivanne Trippenbach et Franck Johannès du journal Le Monde disent que le projet de Marine Le Pen « écorche droits fondamentaux et libertés individuelles, sans lesquels la démocratie n’est que le pouvoir du plus grand nombre et non le respect de tous. » Son programme s’attaque aux valeurs fondamentales et officielles de la France : liberté, égalité, fraternité.
« Ce que Marine Le Pen propose, c’est une sorte de coup d’Etat ! » affirme le constitutionnaliste Dominique Rousseau. Elle promet de "respecter" la loi et la Constitution, mais dans les faits, elle voudrait changer l’une et l’autre, sans passer par la voie démocratique.
Deux dirigeants de syndicats français importants, Laurent Berger et Philippe Martinez rappellent que « le projet politique de Marine Le Pen et de son parti le Rassemblement national représente un danger pour tous les travailleurs ».

Elle pense que la crise climatique n’est pas une priorité

Le programme de la candidate d’extrême droite sur l’écologie se limite à de grandes déclarations. Pour les spécialistes, elle ne fera rien pour l’écologie. Au sein du RN, peu de personnes s’y connaissent en écologie. « En outre, il existe un fort rejet de l’écologie chez certains militants militants personnes qui s’engagent et qui agissent pour défendre une idée, une cause. d’extrême droite. Ils comparent les écologistes à des "pastèques" : vert à l’extérieur, rouge [communiste] à l’intérieur" » déclare Stéphane François, professeur de science politique à l’université de Mons et spécialiste de l’extrême droite. Ainsi, pour Marine Le Pen, la crise climatique n’est pas la priorité. En 2012, elle déclarait : « Ce ne sont pas les travaux du Giec GIEC Abréviation de Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat qui peuvent établir avec certitude que l’homme est la cause du changement climatique. » Elle dit pourtant qu’elle veut abandonner le plus possible d’énergies fossiles. Mais pour y arriver, elle mise surtout sur le nucléaire. Elle a par exemple le projet de supprimer certains parcs d’éoliennes.

Elle est proche de la Russie et de Poutine

Il n’y a pas si longtemps, Marine Le Pen ne cachait pas son admiration pour Donald Trump et Vladimir Poutine. Elle a, par exemple, été une des premières responsables politiques européennes à reconnaître l’annexion de la Crimée par les Russes.
Aujourd’hui, depuis que Poutine a attaqué l’Ukraine, Marine Le Pen a voudrait bien faire oublier ses amitiés avec lui. Mais dans la guerre en Ukraine, ses liens avec la Russie vont certainement influencer ses positions. Elle a déclaré qu’elle voulait un « rapprochement stratégique entre l’OTAN OTAN Organisation du traité de l’Atlantique Nord. Les Etats-Unis, plusieurs pays occidentaux ainsi que la Turquie sont membres de l’OTAN. C’est une organisation militaire qui intervient en cas d’agression d’un de ces membres . et la Russie », « dès que la guerre russo-ukrainienne sera achevée et aura été réglée par un traité de paix ». Marine Le Pen considère donc à priori la Russie comme un allié de l’après-guerre.

Elle est proche de régimes liberticides

Marine Le Pen a aussi des liens privilégiés avec les dirigeants très autoritaires de Hongrie et de Pologne. Pour cette campagne présidentielle de 2022, Marine Le Pen a obtenu un prêt de 10,6 millions d’euros auprès d’une banque hongroise, proche du dirigeant politique hongrois Viktor Orban.
Ce qui est inquiétant c’est que ces dirigeants de Hongrie ou de Pologne remettent en cause l’avortement, les droits des femmes, des homosexuels, la liberté de la presse. Orban est accusé par l’Union européenne de violation de l’Etat de droit, d’entraves à la liberté d’expression et de corruption.
« Marine Le Pen est une femme, mais elle ne défend pas les droits des femmes » écrivent 170 personnalités féministes dans une tribune publiée le 21 avril. Pour ces féministes, Marine Le Pen dit « défendre les plus fragiles, comme les mères célibataires, mais elle exclut, "avec sa préférence nationale", des milliers de femmes qui vivent aujourd’hui en France. » Elles disent aussi : « Marine Le Pen se veut émancipée, mais son programme réduit les femmes à la politique familiale et à la natalité. »

Elle a des positions intenables sur l’Europe

Le discours antieuropéen de Marine s’est adouci depuis 2017. A l’époque, elle voulait sortir la France de l’euro et de l’Union européenne. Aujourd’hui, Marine Le Pen propose de limiter la libre circulation des marchandises et des personnes à l’intérieur de l’UE. Elle propose aussi de limiter la contribution financière de la France à l’UE. Elle veut enfin que le droit constitutionnel français l’emporte sur le droit européen.
Mais ces positions sont impossibles à tenir dans les faits : un pays membre de l’UE ne peut en effet pas changer seul des décisions prises à 27.
Dans un journal italien le Corriere della Sera, on peut lire sur Marine Le Pen : « Sa proposition de réforme de l’Union européenne est en fait l’abolition de l’Union européenne. C’est la fin de la libre circulation, c’est le refus de la dette commune, le rejet de l’armée européenne, de la diplomatie européenne, de la fiscalité européenne. C’est l’idée que les Français sont meilleurs que le reste de l’humanité. »

Elle n’est pas une démocrate

Pour comprendre la démocratie selon Marine Le Pen, on peut s’intéresser à la façon dont elle traite les journalistes qui ne sont pas d’accord avec elle. Certains ne peuvent pas assister à ses conférences de presse. On peut aussi voir la manière dont fonctionne son parti, le Rassemblement national. Marine Le Pen y impose sa ligne. Les opposants sont poussés dehors. Il n’y a pas de vrais débats internes. Le Rassemblement national n’a pas la culture de l’opposition ou de l’alternance. Marine Le Pen au pouvoir abimerait durablement la démocratie française. Car, sous la Ve République, un président a beaucoup de pouvoirs. Le rêve de Marine Le Pen serait un cauchemar pour la démocratie.
Lire aussi notre article Tous les pouvoirs au président


Auteur : Lydia Magnoni
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, la Belgique, c’est avant tout

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2022 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de