Pauvreté, encore et toujours...


 Articles
Le 16 octobre 2017 |  Céline Teret

Le 17 octobre, c’est la Journée mondiale du refus de la misère. Comme chaque année, lors de cette journée, on rappelle que la pauvreté touche encore beaucoup trop de personnes, en Belgique et ailleurs. Chez nous, des associations se mobilisent au quotidien. « On nous rend transparents, mais nous résistons tous les jours à la misère », souligne par exemple l’association Luttes Solidarités Travail dans sa dernière campagne.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Partout dans le monde, encore trop de gens vivent dans la pauvreté. En Belgique, Il y a 15,5% de la population qui sont considérés comme vraiment pauvres : ces personnes n’ont pas assez d’argent pour payer leur logement, leur nourriture, leurs factures et toute une série de dépenses de le vie de tous les jours. Et il y a en plus des personnes qui ne sont pas « vraiment » pauvres mais presque. D’après d’autres statistiques européennes, c’est 20,7% de la population en Belgique qui vit un risque de pauvreté ou d’exclusion sociale. Soit 1 personne sur 5. Et dans ces statistiques, on ne compte pas les personnes sans abri ou les étrangers sans-papiers, pourtant aussi touchés par la misère...

Ce 17 octobre 2017, c’est la 30e édition de la Journée mondiale de refus de la misère. Cette journée est organisée pour rappeler tous les ans que la pauvreté est encore trop présente.

Transparents, inexistants

Derrière les chiffres de la pauvreté, il y a des êtres humains. Et ces êtres humains sont souvent rendus invisibles, dénonce l’association belge Luttes Solidarités Travail (LST) au travers de sa campagne intitulée « Transparents ».

Cette association souligne : « Nous constatons et dénonçons une série de législations qui rendent les pauvres transparents, invisibles, inexistants. » L’association prend pour exemple les mesures répressives que certaines communes prennent pour chasser les mendiants des rues et places (Charleroi, Liège, Gand, Anvers ou Namur).

Sous prétexte de maintenir l’ordre public, on cache la pauvreté, mais on n’apporte pas de solutions... Un autre exemple encore, dénoncé par LST :
« L’activation des chômeurs qui en principe doit remettre des gens au travail conduit bien plus souvent à la suspension ou la suppression de chômage, enfonçant ainsi davantage de nombreuses familles dans la misère. »

Les chiffres du chômage baissent mais une partie de la population n’est pas reprise dans les statistiques alors qu’elle est sans emploi. Une fois de plus, la pauvreté est masquée, et rien n’est fait ou presque pour sortir les gens de la pauvretéon n’y apporte pas de réelles solutions...

Transparents, mis à nu

La campagne de LST veut aussi dénoncer une autre forme de transparence : la « mise à nu » que l’on impose aux personnes vivant dans la pauvreté. L’association explique que : « Pour les plus pauvres, tous les faits et gestes doivent être connus et répertoriés soigneusement dans les rapports sociaux, dans les dossiers de demandes d’un logement, d’une aide sociale, pour justifier la composition du ménage, obtenir une bourse d’étude… Tout oubli dans ce qu’il faut mettre au jour sera considéré comme une tentative de fraude. »

Pour dénoncer cette situation, LST a créé des personnages « transparents ». Ce sont les symboles   de toutes les personnes obligées de vivre en dévoilant toute leur vie. Grâce à la participation d’autres associations, de citoyens et d’institutions, ces personnages sont placés dans différents endroits : des écoles, des mutuelles, des lieux de travail, ainsi que dans l’espace public et à l’occasion d’événements. Le 17 octobre, LST adressera ses questions et réflexions au Parlement wallon à Namur sur « ces législations qui rendent les plus fragilisés inexistants, invisibles, clandestins. »

Différentes mobilisations

Le 17 octobre, d’autres associations se mobiliseront en Belgique. Parmi elles, ATD Quart Monde propose à Bruxelles « On a une trop bonne idée », un événement pour mettre en avant les différentes alternatives créées notamment par des personnes vivant la pauvreté pour contribuer à un monde plus juste. A Bruxelles, toujours, une marche organisée par la Fédération des Services Sociaux avec de nombreux partenaires permettra de rappeler les situations de pauvreté que la ville veut cacher ou ne veut pas voir : sans abri, mendicité, squats... A La Louvière, un rassemblement de citoyens aura lieu autour de la Dalle du refus de la misère. Et bien d’autres événements encore.

Mais le 17 octobre n’est qu’une date. Un jour dans l’année qui met en lumière la pauvreté et les personnes qui sont confrontées à la misère. Pourtant, lutter contre la pauvreté est un combat de tous les jours...

Plus d’infos sur la journée

Plus d’infos sur la campagne « Transparents »

Pour voir toutes les activités qui auront lieu en Belgique ce 17 octobre 

Et si on vous démontrait qu’une société plus juste, ça se construit avec tous et toutes et surtout avec les personnes les plus exclues ? Face aux violences de la pauvreté, les personnes qui la vivent développent des formes de résistance. Ils sont des acteurs indispensables pour penser le monde de demain.
Et vous, c’est quoi vos bonnes idées ? Le 17 octobre, nous serons 24 organisations, néerlandophones et francophones, à vous rencontrer pour partager nos expériences et réfléchir avec vous, le tout au milieu d’animations, de spectacles et de concerts !
On a une trop bonne idée (site ATD)
où ?
salle Saint-Michel (rue Père Eudore Devroye, 2, 1040 Bruxelles), de 18h à 22h
2017.belg@atd-quartmonde.be
02/650.08.76 ou 0492/78.85.05

À l’initiative d’ATD Quart Monde, avec Luttes Solidarités Travail, La Ligue des Droits de l’Homme, Dynamo International, Woningen 123 Logements, le Réseau Solidarité, Caritas, le Pivot, L’Îlot, La Strada, Infirmiers de rue, Le Maître Mot, Le Collectif des Morts de la rue, Dynamo amo, le Courant d’air, La Rochelle, le Front commun des SDF, Betonne Jeugd, het Netwerk Tegen Armoede, Samenlevingsopbouw Brussel, Nasci vzw, De Vrolijke Kring, Kwiedam CAW Middenkust et La Ruelle.

Pour aller plus loin

Les pauvres aussi ont droit à la vie privée

notre cahier Entre misère et colère

Proclamée par l’Organisation des Nations Unies, la Journée mondiale du refus de la misère, aussi appelée Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, a lieu tous les 17 octobre, depuis 1987. Pour en savoir plus (re)découvrez cet article du Journal Essentiel datant de la 20ème édition

Statistiques du ministère belge de l’Economie sur la pauvreté

Statistiques du Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale 


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, un adulte sur dix ne maitrise pas ou mal la langue :

Clôture du précédent sondage "Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de