Poutine signe la fin de la paix


 Articles |  Une guerre en Europe >  Cahiers Le 22 février 2022 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

En Ukraine depuis 2014, 2 républiques pro-russes veulent se séparer de l'Ukraine. Ces républiques ne sont reconnues par aucun pays du monde. Ce 21 février, Vladimir Poutine, président de Russie, les a reconnues officiellement. C'est une provocation qui met fin aux espoirs de paix dans la région. Pour l'instant du moins.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

En Ukraine depuis 2014, c’est la guerre dans la région du Donbass à la frontière avec la Russie. Des séparatistes russes ont créé 2 républiques qui veulent se séparer de l’Ukraine. Ce que l’Ukraine ne veut pas. La Russie vient de reconnaitre officiellement ces 2 républiques. Et c’est maintenant officiellement que l’armée russe soutient les séparatistes pro-russes pro-russes pour les Russes dans les républiques. C’est un acte de provocation qui met fin aux chances de paix dans la région. Pour l’instant, du moins. Car la Russie prépare-t-elle une intervention militaire ou bien cherche-t-elle à forcer les Occidentaux Occidentaux Etats-Unis(+Canada) et les pays d’Europe de l’Ouest et l’Ukraine à trouver un accord ? Et cet accord est-il encore possible ? Cette pression et cette provocation russe est surtout un moyen pour la Russie d’éviter que l’Ukraine n’entre dans l’OTAN OTAN Organisation du traité de l’Atlantique Nord. Les Etats-Unis, plusieurs pays occidentaux ainsi que la Turquie sont membres de l’OTAN. C’est une organisation militaire qui intervient en cas d’agression d’un de ces membres . , une alliance militaire occidentale dominée par les Etats-Unis. Pour comprendre, il faut présenter un petit historique du conflit.

Pouvoir pro-occidental

En 2013, les Ukrainiens manifestent à Kiev contre le pouvoir ukrainien jugé trop proche des Russes. On appelle cela la « révolution révolution changement véritable et profond de Maïdan ». Maïdan car les manifestations ont surtout lieu sur la place Maïdan ("Liberté" en français). Le pouvoir réprime avec violence les manifestations, mais il y a finalement un changement de pouvoir en février 2014. Le nouveau pouvoir est pro-européen, pro-occidental.
Il y a des manifestations contre le nouveau pouvoir ukrainien dans plusieurs villes de l’est de l’Ukraine et surtout dans le Donbass. Le Donbass est un bassin industriel à l’extrême est du pays. Il est à la frontière avec la Russie. La plupart des habitants de la région parlent russe. Ils se sentent plus proches du monde russe que du monde européen et occidental. Certains veulent même se séparer de l’Ukraine.

Pouvoir pro-russe

Aidés par les forces de sécurité russe, les séparatistes se soulèvent contre le pouvoir ukrainien et deviennent maîtres de certaines régions. Le pouvoir ukrainien réagit. Il envoie l’armée, mais il ne peut récupérer les régions tenues par les séparatistes.
Les séparatistes organisent un référendum référendum consultation des citoyens qui doivent répondre par « oui » ou par « non » à une question posée par l’Etat . Ils créent 2 républiques dans la région du Donbass : la République populaire de Louhansk et la République populaire de Donetsk. Le pouvoir ukrainien ne reconnaît pas ces républiques et envoie l’armée. L’armée est stoppée par les séparatistes toujours appuyés par les forces russes. C’est la guerre dans la région.

Pas de paix malgré des accords

En septembre 2014, les Ukrainiens et les séparatistes signent quand même un accord pour aller vers la paix. C’est que l’on appelle les accords de Minsk. Des accords qui n’ont jamais été appliqués. Par exemple, il y avait un accord de cessez-le-feu sur la ligne de conflit de 457 km2. À l’ouest de la ligne, le territoire reste sous contrôle du pouvoir ukrainien. À l’est de la ligne, le territoire est sous contrôle des séparatistes. Le territoire contrôlé par les séparatistes n’est que de 16 000 km2, c’est seulement 3 % du territoire de l’Ukraine.
Malheureusement, les séparatistes et les Ukrainiens ne respectent pas le cessez-le-feu. Résultat ? Depuis mai 2014, c’est toujours la guerre qui a fait environ 14 000 morts, plus de 30 000 blessés et plus de 2 millions de réfugiés. Chaque camp veut étendre son territoire. Le pouvoir ukrainien pro-occidental est aidé par l’Europe et les États-Unis. Il reçoit une aide financière importante et des armes. Les séparatistes pro-russes sont aidés par la Russie. Ils reçoivent aussi une aide financière, des armes et sont soutenus par des forces militaires spéciales russes.

La Russie fait pression

En 2021, la tension monte. La Russie fait de grandes manœuvres militaires juste à la frontière de l’Ukraine. La Russie fait ainsi pression sur l’Ukraine, les Européens et les États-Unis. La Russie est fâchée que l’Ukraine se rapproche trop des Occidentaux et surtout qu’elle puisse entrer dans l’OTAN. L’OTAN est une alliance militaire dominée par les États-Unis. La Russie se sent menacée par l’OTAN.
Depuis 1999, 14 pays d’Europe de l’Est sont entrés dans l’OTAN. Comme les États-Unis et les Occidentaux ne donnent pas de réponse claire, la Russie a décidé de reconnaître les 2 républiques séparatistes à l’est de l’Ukraine. Cela détruit les espoirs de mettre fin à la guerre entre les Ukrainiens et les séparatistes pro-russes. Pour l’instant, du moins.

La guerre ou la paix ?

Pour l’avenir, on peut voir 2 possibilités. Cet acte de provocation de la Russie n’est qu’une étape vers une entrée de troupes russes dans cette région d’Ukraine. Dans ce cas, c’est l’escalade militaire. Ou bien, cet acte est une mise en garde pour clarifier la position des Occidentaux. Dans ce cas, des discussions et de nouveaux accords pourraient encore être possibles.


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, la Belgique, c’est avant tout

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2022 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de