Se mobiliser pour les sans-papiers ?


 Articles |  Trouver porte close >  Cahiers Le 17 janvier 2022 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

En Belgique, des associations ont lancé une pétition pour une loi plus juste sur la régularisation des personnes sans-papiers. Cette pétition s’appelle "In my name", "En mon nom" en français. Ce n'est pas la première fois que des gens se mobilisent pour les droits des personnes sans-papiers. Dans le passé, il y a eu des régularisations collectives grâce à des actions et des manifestations.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Aujourd’hui, la pétition "In my name", exige une loi plus claire et plus juste sur la régularisation des sans-papiers en Belgique. Dans le passé, des gens se sont déjà mobilisés pour défendre les droits des sans-papiers. Et ce n’est pas inutile. Ces actions ont abouti à des régularisations dans l’histoire récente de Belgique.

1974

Il y a eu la régularisation de 1974. A l’époque, c’est le début d’une grande crise économique. Le gouvernement décide de ne plus accepter des immigrés venus pour travailler en Belgique. On a quand même régularisé 18 000 personnes, surtout des Turcs et des Marocains qui étaient déjà en Belgique.

2000

En janvier 2000, la Belgique autorise les sans-papiers à déposer une première demande ou une nouvelle demande de régularisation pour pouvoir vivre légalement dans le pays. Sur 36 662 demandes de régularisation représentant 50 000 personnes, environ 80% ont été acceptées. Le gouvernement avait annoncé cette campagne de régularisation comme exceptionnelle car il avait été un peu obligé de la faire. En effet, une grande partie de la population et beaucoup d’associations réclamaient une régularisation des sans-papiers. Il y avait eu en 1999, la mort d’une jeune nigériane Samira Adamu. Elle est morte étouffée par des gendarmes parce qu’elle ne voulait pas être renvoyée dans son pays. Les sans-papiers faisaient aussi l’actualité en France : ils se réfugiaient dans des églises, ils faisaient la grève de la faim.

2009

Depuis 2000, il y a eu d’autres régularisations, mais les conditions sont de plus en plus sévères. Il reste donc beaucoup de sans-papiers. De nouveaux groupes se créent pour défendre les droits des sans-papiers. Plusieurs dizaines d’associations créent un collectif Sans-papiers Belgique en 2009.

2015

En 2015, la "Plateforme Citoyenne de soutien aux réfugiés" se crée suite au campement de réfugiés dans le parc Maximilien à Bruxelles. Il y a eu aussi plusieurs manifestations pour une régularisation des sans-papiers et pour un meilleur accueil des réfugiés. Il y maintenant le mouvement « In my name » qui demande une nouvelle loi plus claire pour régulariser les sans-papiers.

Lire notre article En mon nom

Pour signer la pétition In my name pour une proposition de loi citoyenne-Régularisation. C’est sur le site du Parlement fédéral belge (la Chambre), cliquer ici


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, la Belgique, c’est avant tout

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2022 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de