Tableau noir et vie en rose

Thierry Verhoeven

 Articles
Le 12 septembre 2016 |  Thierry Verhoeven

On dit d’une personne qu’elle est analphabète quand elle ne peut ni lire ni écrire en le comprenant un texte simple et court lié à sa vie quotidienne. Il y aurait au moins 750 millions d’analphabètes sur la planète. Depuis 50 ans, le 8 septembre est la journée internationale pour l’alphabétisation. Chaque année, ce jour-là, partout dans le monde, des personnes, des associations, des institutions manifestent pour ce droit fondamental.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Ce 8 septembre 2016, c’était le 50e anniversaire de la journée internationale pour l’alphabétisation. Un peu partout dans le monde, des personnes, des associations, des organisations, des pouvoirs publics en tous genres « fêtent » cette journée. Une journée internationale montre que l’alphabétisation est un droit humain, fondamental  , universel. L’alphabétisation permet une vie meilleure pour les personnes et les familles et une société meilleure parce plus juste. Mais mettons des guillemets à « fêter ». Car aujourd’hui en Belgique, le tableau est plutôt noir.

Au moins 1 adulte sur 10 est analphabète. Rien que pour la partie francophone du pays, il y a plus de 16 500 personnes en formation d’alphabétisation. Ces apprenants en alphabétisation n’ont pas la vie facile. Les associations qui travaillent sur le terrain non plus. On en a parlé à Charleroi lors d’une matinée de réflexion organisée par Lire et Ecrire. Des apprenants en alphabétisation « belges » et « étrangers », des formateurs, des directeurs d’associations, des universitaires ont discuté des réalités de l’alpha aujourd’hui. Des débats et un appel aux politiques pour ne pas se contenter des constats. Lors de cette matinée, les unes, les uns et les autres ont dit à peu près ceci…

Le tableau noir

Les pouvoirs publics obligent tous les demandeuses et demandeurs d’emploi à respecter de plus en plus de règles. Ils ont de plus en plus de devoirs et ils ont de moins en moins de droits. Ils doivent entre autres s’engager à se former, à chercher de l’emploi, à signer des contrats d’insertion socioprofessionnelle. Des contrats qui imposent des contraintes parfois absurdes. La personne demandeuse d’emploi ou de formation n’a pas le choix face aux grosses administrations comme l’ONEm  , le FOREm ou le CPAS  . Elle est de plus en plus contrôlée, menacée de sanctions et inondée de paperasses.
Pour la personne analphabète, la situation est pire encore. Car comment peut-elle s’y retrouver face à tous ces formulaires et ces documents écrits qu’elle doit remplir ? Elle arrive à suivre une formation, elle en sort motivée. Mais quelle chance a-t-elle de trouver un emploi ? On sait qu’il n’y a pas d’emplois pour toutes et tous aujourd’hui. Et encore moins pour les personnes peu qualifiées…

Pourquoi ? Parce qu’il y a un mensonge d’État : il n’y a pas d’emploi pour tous, encore moins pour les peu qualifiés, mais on fait « comme si ». Alors on demande à la personne demandeuse d’emploi de se bouger, de « s’activer », de se former, de chercher un emploi. C’est la condition pour recevoir ce qui est pourtant souvent une allocation ou une aide sociale minimum qui permet à peine de vivre. Les administrations en tous genres contrôlent de plus en plus et punissent : moins d’allocations ou plus du tout d’allocations ! Les administrations disent qu’elles veulent rendre la personne « responsable. » En réalité, elles rendent la personne « coupable ». Alors qu’elle n’est pas coupable. Elle n’est pas coupable si l’école ne lui a pas appris les langages fondamentaux : la lecture, l’écriture, des mathématiques de base. Elle n’est pas coupable si les accidents de la vie l’ont empêché d’apprendre. Alors qu’elle veut se former, elle n’est pas coupable si les associations qui font de l’alphabétisation n’ont pas assez de moyens. Elle n’est pas coupable s’il n’y a pas assez d’emplois. Elle n’est pas coupable si les associations qui font de l’alphabétisation n’ont pas assez de moyens. Alors que faire ?

Pour une vie en rose

Affirmer et revendiquer  . Affirmer ? Oui en disant que les associations qui font de l’alphabétisation dépensent de plus en plus de temps et d’énergie à faire des rapports pour justifier leur travail auprès des pouvoirs qui leur donnent des subsides. Du temps et de l’énergie qu’ils pourraient dépenser sur le terrain. Oui en disant que ces associations préparent à l’insertion socioprofessionnelle, mais n’oublient pas de former leurs apprenants à exercer leurs droits de citoyen, à favoriser leur émancipation sociale. Oui en disant que les pouvoirs publics doivent faire plus et mieux.

C’est écrit : « la formation est un droit pour tous ». En réalité, pour beaucoup et particulièrement pour les personnes peu qualifiées, ce n’est pas vrai. Il n’y a pas assez de lieux d’alphabétisation. Il n’y a pas assez de crèches pour le parent qui ne sait pas faire garder son enfant. Il faut plus temps à l’apprenant pour faire son parcours, pour avoir la liberté de choix et plus de temps aux associations pour l’accompagner.
Revendiquer ? Oui en reprenant ce qui est dit dans le paragraphe précédent et en le transformant en demandes. Facile à dire ? Peut-être, mais par exemple, cette proposition simple : pourquoi ne pas consacrer une partie des moyens mis dans les administrations pour contrôler de plus en plus les peu qualifiés dans la formation en alphabétisation et dans un vrai accompagnement ? Autre proposition simple : réduire collectivement le temps de travail. Travailler 35 ou 32 heures par semaine pour créer de l’emploi, pour permettre aux travailleurs qui le veulent de se former pour mieux s’épanouir dans leur travail, dans leurs loisirs, dans leur vie. On peut rêver...

Voilà, c’est un peu tout ça qui s’est dit, ce 8 septembre, à Charleroi. Un débat, un dialogue entre universitaires, responsables d’associations, formateurs en alphabétisation, en insertion socioprofessionnelle et apprenants en alphabétisation. Une modeste, mais belle leçon de démocratie pour toutes et tous, analphabètes ou non. Et avec sa nouvelle campagne « Rosa, la vie en rose », Lire et Ecrire croit en l’utopie.

La campagne de Lire et écrire

La vidéo de la campagne. Dans cette vidéo, Lire et Ecrire montre le parcours d’une jeune femme qui veut se former et faire un métier qui lui plaît. Un rêve qui pourrait un jour devenir réalité ?


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

La rentrée de Dorothy
La rentrée de Dorothy
Le 15 septembre 2017
Même si on apprend partout et tout au long de sa vie, entrer à l’école ou en formation est toujours...
La France divisée
La France divisée
Le 19 mai 2017
Après un processus électoral qui a duré des mois, la France a un nouveau Président : Emmanuel...
Fidel Castro, mort d’un symbole
Fidel Castro, mort d’un symbole
Le 28 novembre 2016
Fidel Castro vient de mourir à l’âge de 90 ans. Fidel Castro a dirigé Cuba de 1959 à 2006. Il a...
Frères migrants, parmi nous, vivez !
Frères migrants, parmi nous, vivez !
Le 28 août 2017
Frères migrants est une déclaration poétique. On ne peut pas la résumer. Le mieux est d’en citer...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de