Sauver la qualité de vie en ville


 Cahiers  Chaud devant
Le 1er mars 2008 | |  1 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Chaque année, les embouteillages en ville coûtent des dizaines de milliards d’euros à la société. Donc à vous et moi. « Mais, moi, je n’ai pas de voiture, donc ça ne me coûte rien », direz-vous peut-être. Erreur. Car le transport routier- par camion et par voiture - ce ne sont pas uniquement les coûts directs.


Photo : Flémal

Les coûts directs, c’est tout ce que paie directement l’automobiliste : le carburant, les frais d’entretien, l’assurance, la taxe, etc. C’est déjà énorme. Surtout depuis que les prix du pétrole ont très fort augmenté...

Mais, à cela, il faut ajouter les coûts indirects des « bouchons ». Ces coûts indirects, c’est ce que nous payons tous, que nous ayons une voiture ou pas. Ce sont les heures de travail perdues, les accidents, l’intervention des services de secours et de soins, la construction des routes et des parkings, la pollution avec toutes ses conséquences entre autres sur la santé.

Toutes les villes essaient de diminuer cette énorme facture. Elles essaient de consommer moins d’énergie, de diminuer la pollution et le réchauffement climatique. Dans toutes les villes, d’énormes efforts sont faits - ou sont encore à faire - pour proposer des transports en commun efficaces et confortables. Car pour que nous laissions notre voiture au garage, il faut près de chez nous des bus, des trams, des trains qui nous amènent vite et bien là où nous voulons aller. Et à un prix correct.

Dans les villes, même si le bus restera inévitable, l’avenir est surtout au tram. Le tram n’est pas polluant et transporte plus de personnes. En plus, s’il circule en site réservé, il est rapide : il n’est jamais coincé dans la circulation.

Enfin, on sait que la plupart des déplacements en ville sont très courts. Ils sont entre 2 et 5 kms. Autrement dit, on peut aussi très bien faire ces déplacements à pied ou à vélo. C’est pour cela que de plus en plus de villes, comme Paris et Bruxelles, mettent des vélos gratuitement (ou presque) à la disposition de ceux qui le désirent. Une manière de nous aider à changer nos habitudes. Et de rendre un peu le sourire à la qualité de vie en ville.

 ?Un exemple : Londres

Le maire de Londres, Ken Livingstone, a pris de nouvelles mesures pour limiter la pollution. En 2003, il a instauré le péage pour entrer dans la ville. Récemment, il a créé une zone à faibles émissions polluantes, qui couvre presque tout le territoire londonien. Maintenant, il augmente la taxe d’entrée dans le centre ville pour les véhicules polluants. La taxe actuelle de 8 livres par jour passe à 25 livres (environ 33 €) pour les voitures qui émettent plus de 225g de CO2 au Km. Les véhicules moins polluants (moins de 120g au Km) ne paient pas de taxe. L’argent récolté sert à améliorer les transports publics et des pistes cyclables.

Marc Vandermeir


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • jacobs micheline

    Le 5 avril 2008 à 09:54

    Toutes ces dispositions devraient ^etre applicable à Bruxelles ,j ai pris le métro à londres ,Oh my god ,cela a été pour moi un exploit ,il faut dire que je suis clostro et que la foule m oppresse ,j en ai des tocs à faire soigner
    Je rêve du joli tramway chocolat avec un conducteur et du pointeur des lilas à l arrière avec sa casquette et sa grosse sacoche et toutes les pièces de monnaie dedant,il avait l air de rien mais il surveillait les passagers d un oeil discret et rassurant

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Le 14 octobre, ce sont les élections communales. Pour vous, les élections, c’est :

Clôture du précédent sondage "Vous pensez que Mai 68", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de