Gratuite l’école ?


 Cahiers  Comment ça va, l’école ?
Le 1er septembre 2008 | |  1 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

"L’accès à l’enseignement est gratuit jusqu’à la fin de l’obligation scolaire" nous dit l’Article 24 de la Constitution Belge.


Photo : Flémal

L’accès à l’enseignement est gratuit ? Cela ne veut pas dire que l’école ne coûte rien mais ça veut dire que l’Etat (la Communauté Française dans notre cas) paie les frais principaux. C’est donc grâce aux impôts que la Communauté Française va payer les salaires des enseignants et du personnel, les achats et entretiens des bâtiments, le chauffage, l’eau, le matériel, etc… En clair, cela veut dire qu’aucune école maternelle, primaire ou secondaire n’a le droit de demander une somme d’argent pour inscrire un élève. Par contre, les écoles de l’enseignement supérieur peuvent demander un droit d’inscription ou minerval. Cependant, la Communauté Française prévoit une série de situations où l’école peut réclamer aux parents une participation aux frais. Par exemple, les frais de piscine, d’excursion, de voyages, de photocopies, de manuels scolaires et de matériel particulier dans le secondaire.

A vos porte-monnaie

Et oui, la rentrée, c’est parfois un nouveau cartable, un plumier, un compas, un stylo, etc… Et les magasins ne manquent pas d’idées pour vous présenter les produits branchés. Et quand la mode s’en mêle, le portefeuille trinque. Pour les élèves du secondaire, c’est aussi souvent une liste de livres et de fardes et cahiers en tout genre pour satisfaire les demandes de chaque enseignant. Et même si parfois ces commandes ne sont pas toujours très logiques, quel parent oserait contredire le nouveau professeur de son cher petit ?

Même quand l’école intervient sur les fournitures de bases, d’autres frais s’ajoutent à la liste. Le prof de gym exige des baskets uniquement réservés à son cours et un tee-shirt au sigle de l’école. Pour le prof de natation, il faut un bonnet jaune. Le prof de français demande qu’on s’abonne à la revue Machin. Il faut un pinceau n° 0 pour le cours de Madame Durant, mais au premier octobre, Mr   Dupont ayant finalement repris le cours, il demandera un pinceau n° 2…

Des frais toute l’année

Aller à l’école c’est aussi passer la journée hors de la maison. Il faut se déplacer. Et à moins d’habiter à deux pas, ça coûte ! Abonnement de bus, essence à mettre dans la voiture, … Vous avez vu le prix à la pompe ?

Durant ce temps passé en dehors de la maison, il faut aussi manger. Certaines écoles proposent des repas, des en-cas, des boissons… C’est rarement gratuit. Mais on peut toujours fournir un pique-nique. Les usines agro-alimentaires ont pensé à tout : biscuits emballés séparément, berlingots, petites bouteilles, salades de fruits, … Les tentations sont grandes… et coûteuses.

Rares sont les parents qui ont des horaires qui collent à ceux de leurs enfants. Il faudra donc souvent envisager l’étude ou la garderie. Les coûts varient très fort d’un établissement à l’autre. De 30 cents par jour et par famille à 2,5 euros de l’heure par enfant !

Si votre bambin doit faire face à quelques difficultés d’apprentissage, il faudra peut-être envisager l’aide d’un logopède, d’un prof particulier. Cela peut coûter jusqu’à 25 euros de l’heure.

L’école… et le monde

L’école ouvre sur le Monde. C’est une bonne chose ! Mais le monde est grand et rien n’est gratuit. Voyages, excusions, visites de musées…

L’école fait découvrir le sport et l’art ! C’est tant mieux ! Coût habituel du déplacement à la piscine : 2 euros par séance et par enfant. Coût moyen de l’intervention d’un prof de musique ou de dessin dans le fondamental   : 1 euro la séance et par enfant.

L’école est un lieu de socialisation et d’échanges. On y rassemblera donc les familles afin de leur faire voir ce que leurs enfants y ont appris. Pour rendre leur visite agréable, on leur proposera à boire et à manger et pourquoi pas une tombola ?

Les fêtes sont l’occasion de récolter de l’argent pour la « caisse de l’école ». Imaginez les frais si vous avez vos enfants dans plusieurs écoles différentes.

Et puis nos bambins entrent dans la vie active. Ils se font des amis et font la fête. Goûter d’anniversaires pour les petits, boums pour les grands ! Normal, ils se socialisent ! Un cadeau par-ci, un gâteau par-là… Et plus ils sont sociables et plus ça coûte cher !

Un réel souci pour les familles

Le coût de l’école pose la question du principe démocratique de notre société et de l’enseignement. Notre enseignement pose le principe de l’égalité des chances. C’est-à-dire que l’école doit veiller à ce que chacun puisse bénéficier des mêmes moyens sans tenir compte de son origine sociale. Il ne s’agit pas de rejeter tout ce que l’école propose. Mais le coût de l’école est un réel problème pour beaucoup de familles. Et encore plus depuis la forte diminution du pouvoir d’achat. Toutes les écoles ne demandent pas la même participation financière aux parents. Il existe de grandes différences d’une école à l’autre. Des familles en difficulté financière vont s’empêcher de fréquenter certaines écoles. Le gouvernement a pris des mesures pour empêcher les écoles de sélectionner les élèves à l’inscription. Mais le risque est que certaines écoles, en salant la note, trouvent un nouveau moyen pour faire un tri dans leur public. Comment dans ce cas l’école peut-elle donner les mêmes chances à tous les élèves ?


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • longle gregory

    Le 13 novembre 2008 à 13:06

    si vous dite que l ecole et gratuite pandent la periode scolaire primaire pour quoi allor que les famille avec peux de resource doive payer tout les affaire scolaire avent la rentrer

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, un adulte sur dix ne maitrise pas ou mal la langue :

Clôture du précédent sondage "Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de