Les pauvres ont-ils droit à la vie privée ?


 Cahiers  Entre misère et colère
Le 22 janvier 2016 |  Thierry Verhoeven |  1 messages

Etre pauvre, ce n’est pas seulement se priver de choses matérielles. Etre pauvre, c’est aussi parfois ne pas avoir autant de droit à la vie privée que les autres. Le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté veut faire bouger les pouvoirs publics sur ce sujet. Il récolte des témoignages et propose un questionnaire auquel on peut répondre en restant anonyme.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté fait une enquête sur la déprivation matérielle et sur la déprivation de la vie privée.

La déprivation est un mot qui vient de l’anglais. La déprivation, c’est le fait de perdre ou de se priver de quelque chose dont on a besoin. Etre pauvre, c’est devoir se priver de biens matériels. C’est la déprivation matérielle.
Etre pauvre, c’est souvent ne pas avoir les mêmes droits à la vie privée que les autres. C’est la déprivation de la vie privée.

Quand on est pauvre, il faut parfois déballer sa vie à un travailleur social, ne pas avoir de relation amoureuse de peur de perdre une aide sociale, être humilié, perdre son indépendance, etc.

L’ONEm   et les services sociaux contrôlent de plus en plus la vie privée des personnes.
Ce contrôle touche beaucoup de secteurs de la sécurité sociale, de l’aide sociale et même de l’accès au travail : chômage, maladie, invalidité, CPAS  , etc. Par exemple, le CPAS peut imposer aux personnes aidées de faire leurs courses dans certains magasins ou de supprimer certains produits pour dépenser moins.

C’est pour dénoncer toutes ces déprivations que le RWLP   a fait un questionnaire en deux parties.

Dans la première partie, il y a des questions sur la déprivation matérielle. C’est-à-dire sur les choses dont on doit se priver parce que l’on n’a pas assez d’argent.
Dans la deuxième partie, il y a des questions sur la déprivation de la vie privée. C’est-à-dire sur les choses que l’on vit ou sur ce que l’on doit raconter de sa vie personnelle, intime, simplement parce qu’on est pauvre.

Sur base des réponses au questionnaire, le RWLP va interpeller les pouvoirs publics pour leur montrer les effets des contrôles de plus en plus nombreux et de plus en plus sévères.

Le questionnaire est à compléter pour le 15 mars si possible et à renvoyer au :
RWLP, 12 rue Marie-Henriette 5000 Namur – ou par mail bureau@rwlp.be

PDF - 350.9 ko

Le texte d’explication du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté

Word - 281 ko

Pour visiter le site du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, cliquez ici


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Travail détaché, une tâche pour l’Europe
Travail détaché, une tâche pour l’Europe
Le 6 décembre 2015
Ils sont 1,5 million en Europe. Ce sont les travailleurs détachés. Leur patron les envoie...
L’ONEm s’invite chez les chômeurs
L’ONEm s’invite chez les chômeurs
Le 9 décembre 2015
En Belgique, une nouvelle loi prévoit que des inspecteurs pourront se présenter sans prévenir au...
1er mai, la lutte et la fête
1er mai, la lutte et la fête
Le 12 décembre 2015
Le 1er mai, c’est la fête du travail.et surtout des travailleurs. Le 1er mai est très important...
Allocation de chômage et allocation d’insertion : les différences
Allocation de chômage et allocation d’insertion : les différences
Le 23 février 2016
Entre janvier et août 2015, l’ONEm a supprimé les allocations d’insertion à 25 040 personnes....

Vos commentaires

  • Hadjour

    Le 15 février 2016 à 15:31

    L’état rend de plus en plus les gens pauvres avec les sanctions
    du chômage, du CPAS   alors qu’il n’y a pas de travail.

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.

Avec le soutien de