Au bonheur des consommateurs


 Cahiers  Le prix fort
Le 1er janvier 2008 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Les périodes de soldes, les braderies, les « jours fous », tout est fait pour que nous achetions. Notre système économique, appelé capitaliste, fabrique des produits qui répondent à nos besoins. Mais ce système nous fabrique aussi. Il fait de nous des consommateurs pour ses produits.

Aujourd’hui, il est presque impossible d’échapper aux publicités des grands magasins. Dans un roman de 1883, Au bonheur des dames, l’écrivain français Emile Zola décrit déjà cette « machine à vendre ».

Le grand magasin a commencé à se développer, il y a environ 150 ans. A l’époque, le système économique commence à produire de plus en plus de marchandises. Ces marchandises, il faut les vendre. Les villes grandissent. Les petites boutiques ne suffisent plus. C’est l’idée du grand magasin. A Paris, le Bon marché est le symbole de cette nouvelle manière de vendre. En 1852, le Bon Marché faisait un chiffre d’affaires de 500 000 francs avec 12 employés. En 1877, le même magasin fait 72 millions de francs avec 1 788 employés. Dans un roman de l’époque, Au Bonheur des Dames, Emile Zola raconte l’histoire d’un grand magasin. On y voit les transformations de la société, les nouvelles techniques de vente, la concurrence entre magasins. Il est amusant de voir qu’aujourd’hui, la « machine à vendre » fonctionne encore comme à l’époque. Ce sont décidément toujours les vieux trucs qui marchent...

Séduire les enfants

Au Delhaize, par exemple, il y a de petits caddies pour que les enfants puissent suivre, en parfait petit consommateur, leurs parents qui font leurs courses. Dans le Bonheur des Dames, Zola écrit déjà : « il (le directeur du grand magasin) créait des rayons pour petits garçons et fillettes, arrêtait les mamans au passage, en offrant aux bébés des images et des ballons. Un trait de génie que cette prime des ballons, distribuée à chaque acheteuse, des ballons rouges, à la fine peau de caoutchouc, portant en grosses lettres le nom du magasin, et qui, tenus au bout d’un fil, voyageant en l’air, promenaient par les rues une réclame vivante !... »

Faire de la publicité

Nos boîtes aux lettres sont inondées de publicités de grands magasins. Il y a aussi l’achat par correspondance que l’on peut faire à La Redoute ou aux 3 Suisses. Et déjà, dans Zola : « La grande puissance était surtout la publicité. Le directeur en arrivait à dépenser par an trois cent mille francs de catalogues, d’annonces et d’affiches. Pour sa mise en vente des nouveautés d’été, il avait lancé deux cent mille catalogues, dont cinquante mille à l’étranger, traduits dans toutes les langues. Maintenant, il les faisait illustrer de gravures, il les accompagnait même d’échantillons, collés sur les feuilles. C’était un débordement d’étalages, le Bonheur des Dames sautait aux yeux du monde entier, envahissait les murailles, les journaux,... ».

Compétition à tout prix pour le profit

Dans le roman, Zola décrit aussi les conditions de vie des employés de l’époque. Il y a déjà des système de primes et d’intéressement aux bénéfices pour les travailleurs : « Tous d’ailleurs, dans le rayon, depuis le débutant rêvant de passer vendeur, jusqu’au premier convoitant la situation d’intéressé, tous n’avaient qu’une idée fixe, déloger le camarade au-dessus de soi pour monter d’un échelon, le manger s’il devenait un obstacle ; et cette lutte des appétits, cette poussée des uns sur les autres, était comme le bon fonctionnement même de la machine, ce qui enrageait et allumait cette flambée du succès dont Paris s’étonnait. » Le monde du travail était déjà un lieu de compétition, imposé par la concurrence entre les entreprises. Le système a sa belle vitrine, il y a aussi les dégâts humains et sociaux qu’il provoque.

Thierry Verhoeven

Info :
Livre : Au Bonheur des Dames, Emile Zola, collection Folio


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de