Crédit revolving ou revolver ?


 Cahiers  Le prix fort
Le 1er janvier 2008 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le crédit revolving ou crédit renouvelable est très à la mode de nos jours. On l’appelle aussi réserve d’argent ou crédit permanent.

credit
Photo : Flémal

C’est une sorte d’emprunt à long terme. Le client décide d’une somme d’argent maximum qu’il peut emprunter. Il utilise cet argent à ce qu’il veut, sans devoir se justifier auprès de la banque. Il rembourse quand bon lui semble tout ou une partie de son emprunt. Dès qu’il a remboursé une partie, il peut aussitôt réemprunter pour atteindre de nouveau le montant maximum fixé au départ. C’est une sorte de « puits sans fond ».

On peut avoir un crédit revolving parfois sans s’en rendre bien compte. En achetant un objet à crédit dans un magasin par exemple. Ainsi, certaines publicités séduisantes comme « Achetez cette caméra avec un crédit gratuit » peuvent cacher un contrat de crédit revolving. Le crédit revolving peut être très pratique, mais attention aux pièges !

Taux   d’intérêt élevé

Le crédit revolving ne coûte rien tant que vous ne l’utilisez pas. Mais dès que vous empruntez, vous remboursez des intérêts plus élevés que dans d’autres types de prêts. Et ces intérêts sont adaptés en fonction du taux en vigueur. Si vous ne remboursez rien, les intérêts s’accumulent. Et à un moment, la banque réclame le remboursement.

Fichés

Il y a un autre piège au crédit revolving. Pour les banques, c’est comme si vous aviez emprunté toute la somme de votre crédit revolving. Par exemple, si vous voulez avoir un prêt hypothécaire pour acheter une maison, la banque calculera le montant qu’elle peut vous accorder en fonction de vos revenus et de vos prêts déjà en cours. Si vous avez une carte de crédit revolving en service, la banque estimera que vous êtes déjà endetté pour la somme maximum de la carte, même si vous n’avez pris aucun argent.

Le plus gros risque du crédit revolving est le surendettement. C’est tentant d’acheter certains produits à crédit, surtout quand on ne peut pas faire autrement. Et dès qu’on a remboursé une petite partie de la somme, on a tendance à utiliser à nouveau la carte. Ou pire, on prend un nouveau crédit revolving plus élevé pour rembourser. On se surendette et les intérêts s’accumulent.

Marie-Luce Scieur


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, un adulte sur dix ne maitrise pas ou mal la langue :

Clôture du précédent sondage "Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de