C’est grave, Docteur Google ?


 Cahiers  Lumière sur Internet
Le 1er mars 2007 | |  2 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Que celui qui écrit le glossaire me pardonne d’avance mais bon je n’ai pas trouvé d’autres mots pour le dire : je suis légèrement hypocondriaque avec une tendance épicurienne. En d’autres mots, je crois avoir plus de cancers que je n’ai d’organes dans mon corps. Mais ça ne m’empêche pas de me jeter sur un bon repas gras et arrosé pour fêter le vingtième contrôle médical totalement négatif.

Comme disait l’autre, je suis épicurien le soir et hypochondriaque le matin...

Tout ça pour dire que, pour des gens comme moi, Internet est une formidable machine à se terroriser. A côté, le bon vieux Larousse Médical ressemble à un conte pour enfants.

Avec les moteurs de recherche, c’est très facile. Vous tapez le nom d’un symptôme et, hop, il y a toute une série de sites qui vous expliquent votre maladie. Il y a bien sûr, les sites dits de « vulgarisation » : on vous explique avec des mots simples les maladies, leurs symptômes, leur traitement. C’est un peu « L’Essentiel », version médicale, quoi.

Mais bon pour des malades de la maladie comme moi, c’est pas assez détaillé et puis c’est trop gentil. C’est à peine si on meurt sur ces sites.

Moi, je préfère aller sur les sites des facultés de médecine ou des sociétés de spécialistes. On y trouve des cours pour étudiants en médecine. On peut même télécharger l’explication du professeur Tartempion qui répond à une interview sur le cancer du colon colon personne qui a quitté son pays pour aller exploiter une terre ailleurs, y faire du commerce ou de la prostate, mes dadas.

C’est difficile à suivre, on y parle de coma, d’hémorragie... Et qu’est-ce ça fait du bien quand on ferme le PC. On respire.

Attention, si je fais volontiers mon diagnostic « en ligne », je ne sombre jamais dans l’automédication. Je fais toujours confirmer mon diagnostic par un confrère, heu pardon, mon médecin.

Mais un médecin n’apprécie généralement pas que vous lui parliez de votre maladie grâce à vos lectures sur Internet.

Moi, j’emploie une autre tactique. Je laisse venir le médecin avec son diagnostic. Si son diagnostic ne me rassure pas, je prends mon air de faux-cul et je me moque de ce collègue qui est sur Internet à longueur de journée et qui m’a dit que je souffrais peut-être de ... Très lâche mais malin, non ?

Ma femme me le disait encore mardi soir après mon feuilleton préféré : je mériterais de tomber un jour sur le très désagréable Docteur House.

Roger

Glossaire
hypocondriaque : personne toujours inquiète pour sa santé, qui s’imagine des maladies
épicurien : le fait de ne penser qu’au plaisir
symptôme : signe visible d’une maladie
dada : sujet préféré, sur lequel on revient toujours
diagnostic : avis médical sur l’état de santé d’une personne
automédication : le fait de se soigner soi-même
Docteur House : personnage d’une série télévisée américaine ; ce médecin brillant méprise les malades qui viennent le consulter pour des bobos sans importance


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • dupont

    Le 16 avril 2012 à 18:17

    je connais une dame âgée un peu indigne qui quand elle a envie de faire un petit tour ,elle appelle le médecin,elle vit dans un home où on ne sort pas les surâgés trop dépendants.Elle en a mare de la TV et de la vue parking.
    DC,elle appelle le dr ,elle dit avoir mal là et là et ZOU ,2 visites à l’hôpital en ambulance ,elle fait du tourisme hospitalier ,elle voit du monde ,elle est promenée et entourée de deux body guard ambulanciers,elle passe un pt scan ,une petit examen par ci par là et le soir quand elle rentre dans sa chambre toute contente d’avoir vu des jeunes plus malades qu’elle ,cela la rassure.Vive la moutoutou la moutoutou la moutouelle !
    Ensuite ,elle attend les résultats de ses examens dont elle se fout comme de l’an quarante,elle sait qu’elle n’a rien à perdre et ainsi le Dr viendra la voir deux fois plus ,cela lui fait encore une petite visite et quelqu’un à qui parler car il faut bien le dire les visites deviennent rares car elle a enterré presque toute la famille et le personnel n’a pas vraiment le temps surtout qu’elle est comme je vous l’ai déjà dit juste un petit peu indigne.
    En maison de "retrait",le personnel change souvent ,alors quand une petite nouvelle arrive ,la petite dame indigne se frotte les mains et se demande comment elle va arriver à la faire tourner autour de son doigt en espérant l’épuiser si elle ne répond pas à ses critères.
    C’est difficile de vieillir si longtemps. Voilà ce qui arrive quand on ne respecte pas les personnes âgées.

    Répondre à ce message

  • Jacobs

    Le 26 janvier 2008 à 08:51

    je suis la spécialiste de la prostate ,mon papa a subit une biopsie prostatique et houps septicémie clostridium ,hops plus d intestin ,il est rentré debout il est sorti handicapé à plus de 80 %
    il paraît que c est une suite logique ,c est de ma faute ,j avais qu à le surveillér alors je surveille et là , c est pire encore ,j ai surveillé pendant deux ans les humiliations ,la maltraitance et le harcèlement qu on pratique sur un homme avec un handicap dérangeant ,il y a du boulot et en plus faut surveiller les comptes car là ,ils sont très bien organisés ,jamais d erreur en ma faveur et on s étonne que les hôpitaux sont en faillittes mais on ne s étonne pas que les hmes privés ne le sont pas
    Saviez vous qu une garantie locative n est pas bloquée à la banque ,ils font travailler votre argent ,où vont les intérêts ??1400 euros x400 chambre !et je parle pas des chambres doubles.
    Kiné retirée par mensonges mais comprise dans le prix ?
    équipement de stomie peu utilisé et pourtant la mutuelle rembourse tout !
    Bain pas donné ,économie d eau !
    Et vive le commerce ,les vieux ont bon dos
    Sans oublier du personnel bon marché juste ce qui faut pour être en ordre ,ils sont respectables ces gens là ,ils ont fait le congo ,ils font du business ,ils soignent bien les vieux en bonne santé les handicapés cela fait tache dans leur entreprise qui sent bon !!
    Et puis mon père ,il est qui !!un ouvrier ,bof ,un enfant d une handicapée et d un ancien combattant ,bof
    faut bien en sacrifier quelques uns pour faire bien vivre les autres
    Ils vont recevoir la croix du mérite pour avoir rendu service à la patrie ,pour avoir bien fait tourner le commerce ,on utilise l argent des pauvres pour mieux faire mourrir les riches ,c est glorifiant et puis mon père aurait du être mort depuis longtemps ,c est un miraculé ,il en a de la chance cet homme là ,
    bon ,on égratine un peu sa fierté ,on l humilie un peu juste pour rire,on met à plat sa dignité dignité Respect pour un être humain , c est une pratique courante qu utilisaient les nazis en camp de concentration sinon tout va bien
    Tiens ,papa a été éjecter comme un paquet ,il est à présent dans un home et tout va très bien ,c est étonnant ,un home tout simple et gentil beaucoup moins équipé que l autre home et même pas MRS ,ces gens là travaille avec leur coeur et non avec leur porte feuille ,ce sont des gens comme cela qu il faut honorer !

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de