Calculer la pauvreté


 Cahiers  Pauvre de nous !
Le 1er mars 2009 | |  14 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

En Belgique, le seuil de pauvreté est fixé à 860 euros pour un isolé. Mais mesurer la pauvreté, ce n’est pas un calcul exact. Ainsi, par exemple, un isolé qui touche 1 200 € est au-dessus du seuil de pauvreté. Mais il peut quand même avoir de grosses difficultés à joindre les deux bouts. Par exemple, s’il doit payer un loyer de 650 €, loyer courant à Bruxelles.

Dans notre pays, comme dans la plupart des pays développés, on utilise une mesure relative pour fixer le seuil de pauvreté. Pour calculer ce seuil de 860 euros, on prend 60% du revenu médian. Cette mesure est relative parce qu’elle dépend du revenu des autres habitants du pays. Si le revenu médian diminue, le seuil de pauvreté diminue aussi. Et cela n’améliore pourtant pas la situation de la personne pauvre.

Il existe dans le monde d’autres conventions pour mesurer la pauvreté. Le PNUD, le Programme des Nations Unies pour le Développement, utilise par exemple, une valeur absolue de 2$ par jour (en 2002). Le PNUD utilise aussi d’autres indicateurs pour mesurer la pauvreté : l’espérance de vie, le niveau d’instruction, les conditions de vie. Les indicateurs de la pauvreté sont différents dans les pays développés et dans les pays en développement pays en développement pays du Sud de la planète plus pauvres que les pays du Nord. .

1. Le revenu médian et le seuil de pauvreté : définitions

Lorsque tous les revenus sont classés du plus petit au plus grand, le revenu médian est la valeur qui se trouve au milieu. Par définition, 50% des observations sont inférieures à la valeur moyenne et 50% supérieures. Le revenu médian n’est pas la même chose que le revenu moyen. Le revenu médian est beaucoup moins influencé par les extrêmes dans les réponses que le revenu moyen. Le seuil de pauvreté est fixé à 60% du revenu médian. C’est une convention commune à tous les pays de l’Union européenne.

2. En Belgique

Pour une personne isolée
Le revenu médian est de 17 194 € par an soit 1 433 € par mois. Le seuil de pauvreté est de 60% de 17 194 € par an soit 10 316,44 € par an, soit 860 € par mois

Pour un ménage
Pour calculer le seuil de pauvreté des ménages, on ne va pas multiplier ce chiffre de 860 € par le nombre de membres du ménage. On part du principe que les membres d’un ménage partagent les charges et les dépenses. On va donc attribuer à chaque membre un facteur qui représente le « poids » à l’intérieur du ménage. Ce poids sera de 1 pour le chef de famille, de 0,5 pour le deuxième adulte du ménage et de 0,3 pour chacun des enfants (<14 ans). Le seuil de pauvreté d’un ménage composé de deux adultes et de deux enfants de moins de 14 ans se calcule donc en multipliant le seuil des personnes isolées par la somme des facteurs de chacun des membres du ménage : 1 +05+03+0,3= 2,1 (10 316,44 € X 2,1=21 664,52 € soit 1 805 € par mois). En Belgique, environ 1 470 000 personnes sont sous le seuil de pauvreté soit 14,7% de la population totale.

3. Union européenne

La Belgique obtient de moins bons résultats que les pays voisins avec lesquels elle a une frontière. Le risque de pauvreté s’élève à 10% aux Pays-Bas, 13% en Allemagne et en France et 14% au Luxembourg. En tête du peloton des pays européens, la Tchéquie (10%) devant le Danemark, la Slovénie, la Slovaquie et la Suède (12%). En bas du classement, la Lettonie (23%), la Grèce (21%), la Lituanie, l’Espagne et l’Italie (20% dans ces trois pays).


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Jacques DELOBELLE

    Le 15 mars 2010 à 20:17

    C’est vrai que les données variables comme le loyer, les taxes locales, l’usage d’un véhicule, jouent un rôle dans l’évaluation des revenus minimums nécessaires. Mais vouloir quantifier au plus juste est le défaut majeur de la politique actuelle, qui laisse plus que simplement l’impression que le Citoyen doit profiter du strict minimum , un peu coimme si les gouvernants lui sussuraient à l’oreille : "De l’argent ? mais vous n’en avez rien à faire, ce n’est pas pour des rufiants !L’argent est pour les gens sérieux, pas pour la populace !"... Vous pensez que j’exagère ? Le résultat est là, même en chiffres ! d’après une enquête simple que j’ai effectuée, le revenu minimum hors taxes est d’un minimum de 24650 € par an, en ne comptant même pas les fournitures scolaires et les loisirs. Ce chiffre est obtenu en calculant les MOYENNES dans tous les postes inévitables de la vie courante pour une famille de 2 adultes et 2 enfants, en achetant un maximum dans les magasins "hard discount" très connus. Et les Indépendants, qui sont paraît-il pour 3/4 sous le seuil de pauvreté ? parce quelques-uns s’enrichissent en faisant du noir ou des méthodes commerciales "limite", on les met tous dans le même sac.Pourtant, si on instaurait les "micro-entreprises" comme en France, quelques-uns des malheureux salariés rejetés par les grandes entreprises sans beaucoup d’espoir de retrouver un emploi pourraient repartir dans la vie avec l’"auto-emploi". Mais travailler, gagner sa pitance n’est pas bien vu par les politiques si il n’y a pas de gros prélèvements à la clé....

    Répondre à ce message

  • G.A.

    Le 22 janvier 2010 à 17:15

    Comment tient-on compte des différences induites par les propriétés ? Est-ce qu’elles sont ajoutées aux revenus du ménage ?
    p.ex :
    couple 1 : habite en ville dans un appartement et paye un loyé ; revenu 1000/mois

    couple 2 : habite à la campagne dans une maison avec jardin potagé et ne paye pas de loyé ; même revenu de 1000/mois (tient-on compte du revenu cadastral ? de la production propre de fruits et légumes)

    Répondre à ce message

  • destryker samantha

    Le 29 novembre 2009 à 19:46

    on calcule le seuil de pauvreté mais que fait-on pour pour changer les choses, à part augmenter les taxes, augmenter les salaires des ministres qui, il me semble,sont cher payer pour nous pondre des lois qui ne servent à rien.
    ON cherche des locaux pour les sans papiers, mais que fait-on pour les belges qui n’ont plus de domiciles causes de toutes ces taxes et toutes ces sociétés qui ne savent plus garder leurs personnels. Que nos chers ministres reflechissent un peut à tout ça et qu’ils prennent la place de qlq’un qui n’a que 860 euros pour vivre juste pour voir comment ils vont réussir à vivre décemment

    Répondre à ce message

  • Anonyme

    Le 17 mars 2009 à 19:30

    J’ai apprécié dans le "1. Le revenu médian et le seuil de pauvreté : définitions" le schéma qui expliquait bien clairement le calcul en France. Très utiles pour les personnes non adeptes de maths !!!

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de