Etrange bienvenue

Lydia Magnoni

 Cahiers  Un endroit pour vivre
Le 17 octobre 2013 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
|  6 messages

Welcome est un petit mot tout simple pour accueillir ceux qui arrivent chez vous. Un mot que l’on retrouve sur les paillassons, à l’entrée des maisons. Welcome, en anglais, cela veut dire « Bienvenue ». Welcome, c’est aussi le titre d’un film que Philippe Lioret a réalisé en mars 2009. Ce film parle de la façon dont l’Union européenne et particulièrement la France dit « Welcome, bienvenue » aux réfugiés qui arrivent sur son territoire.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Welcome, c’est l’histoire d’une rencontre, d’une amitié entre Simon, un Français, ancien champion en natation et Bilal, un jeune réfugié kurde en situation irrégulière. Simon travaille comme maître nageur à la piscine municipale de Calais. Dans le passé, il a été champion de natation. Il était aussi marié à Marion qui vient de le quitter. Et il vit très mal cette rupture. Marion est bénévole dans une association qui donne à manger aux nombreux réfugiés en situation illégale qui essaient de rejoindre l’Angleterre.
Au moment où l’histoire commence, Bilal vient juste d’arriver à Calais, en France. Il est parti de Mossoul, une ville du Kurdistan, en Irak. Il a parcouru plus de 4000 kilomètres pour arriver en France. Il veut rejoindre Mina, la jeune fille qu’il aime et qui a quitté le Kurdistan pour vivre en Angleterre avec sa famille. Bilal est kurde. Il a 17 ans et des rêves plein la tête. Bilal veut retrouver Mina, vivre avec elle en Angleterre et devenir footballer professionnel à Manchester United.
Et entre Calais en France et Douvres en Angleterre, il n’y a un bras de mer : le « Pas de Calais ». Seulement 25 km. Quand il se promène sur les plages de calais, Bilal voit les falaises de Douvres. Pourtant, ces quelques kilomètres qui le séparent de ses rêves ne seront pas si faciles à franchir.

Des risques insensés

Pour passer en Angleterre, il faut traverser la Manche en bateau ou par le tunnel. Et pour cela, Bilal, avec d’autres réfugiés n’hésite pas à se cacher dans des camions qui embarquent. Il faut pour cela payer les passeurs. Il faut aussi risquer de mourir étouffé, la tête dans un sac plastique pour échapper aux contrôles CO2. Et mettre sa tête dans un sac plastique, Bilal ne peut plus le faire. Dans son voyage vers la France, la police turque lui a mis un sac sur la tête pendant de longues heures. Au moment du passage, il y a un contrôle, Bilal craque : il enlève la tête du sac. A cause de cela, lui et ceux qui essayaient de passer se font arrêter par la police.
Mais Bilal ne renonce pas malgré cela. L’Angleterre est si proche. Pourquoi ne pas traverser le Pas de Calais à la nage ? Bilal va prendre des cours de natation pour y arriver. C’est ainsi qu’il va rencontrer Simon.
Simon va l’entraîner et en même temps, essayer de le faire abandonner son projet fou.
Car c’est une folie de vouloir traverser à la nage : l’eau du Pas de Calais est à 10 degrés. Il faut nager dix heures au minimum pour le traverser. Et ce bras de mer est une des zones maritimes les plus dangereuses du monde : les courants sont forts. Il y a des dunes sous marines en mouvement. De plus, beaucoup de bateaux passent sur cette voie maritime : soit pour la traverser, soit pour aller au Nord de l’Europe. Mais rien ne pourra empêcher Bilal de partir…

Des réfugiés dans le Nord

Le film « Welcome »a été tourné à Calais dans le nord de la France. Et on peut dire que ce film colle à la réalité. Comme Bilal, beaucoup de réfugiés fuient leur pays d’origine pour rejoindre l’Angleterre. L’Angleterre, c’est l’Union européenne en dehors de l’espace Schengen. C’est aussi un pays où l’on parle anglais, et l’anglais est une langue que l’on parle dans beaucoup d’autres pays du monde. Pour rejoindre l ‘Angleterre, certains de ces réfugiés passent par la France et se retrouvent coincés à Calais.
En 1999, le gouvernement Jospin et les autorités avaient créé à Sangatte un centre d’hébergement et d’accueil d’urgence organisé par la Croix-Rouge. Le centre de Sangatte était installé dans une ancienne usine d’Eurotunnel. Il pouvait accueillir environ 200 personnes. Mais jusqu’à 1 600 personnes y ont été hébergées surtout des Afghans, des Iraniens, des Irakiens, des Kurdes et des Kosovars. En novembre 2002, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur ministre de l'Intérieur responsable de la police, de la sécurité des personnes et des biens. , a fait fermer le centre de Sangatte. Mais le problème n’a pas disparu : de nouveaux immigrés illégaux ont continué d’arriver. Ils vivent maintenant dans des abris de fortune tout au long de la côte.

Un film qui colle à la réalité

Pour réaliser son film, Philippe Lioret, a voulu tourner dans les « vrais endroits » : les rues de Calais, le port trans-Manche, Blériot plage. Il a aussi a rencontré des bénévoles qui travaillent dans des associations qui à Calais, aident ces réfugiés.
A leur arrivée à Calais, Lioret et Lindon, (l’acteur qui joue Simon) se sont rendus au "quai de la soupe". C’est l’endroit où les bénévoles donnent de la nourriture aux réfugiés. Lindon raconte :« Le premier soir, Lioret vient me chercher à la gare, on prend des migrants en stop dans un tournant. On est dans l’illégalité. On est dans le film. Lioret me raccompagne à l’hôtel : on parle du personnage ? Pas la peine, on s’est tout dit »
Et le film Welcome sonne juste. Il dépeint avec vérité la situation des réfugiés et aussi le risque que prennent ceux qui les aident. On voit les bénévoles qui offrent les repas, inquiétés par la police. Des policiers n’hésitent pas à fouiller chez Simon, que son voisin a dénoncé parce qu’il a hébergé des réfugiés pour quelques nuits.
Car en France, on peut prendre cinq ans de prison ferme parce que l’on a aidé une personne en situation irrégulière. C’est ce que les associations appellent : « délit délit action contraire à la loi. de solidarité ». Alors que la France est le "pays des droits de l’homme". Une honte pour l’Union européenne. « J’espère, disait Vincent Lindon à la sortie du film, qu’on va faire bouger les choses. Avec un film de fiction, on retient. Car on est avec des gens. A hauteur d’homme. »
Quelques années plus tard, les choses malheureusement, ne semblent pas vraiment s’arranger…

[


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Faicel

    Le 29 octobre 2013 à 12:04

    C’est très très triste. Surtout il n’a pas de chance, mais je le trouve très courageux .
    C’est un grand homme
    Sinon pour moi j’ai vécu pire que cette histoire. 18 fois, j’ai traversé la mer de Tunisie jusqu’en Italie.
    Je suis arrivé à lampedusa puis à Pentalaria ; à Mazara et Trapani.
    J’ai de la chance d’être encore vivant car une fois le bateau a coulé.

    Répondre à ce message

  • Salimatou

    Le 29 octobre 2013 à 11:51

    Je le trouve très courageux.
    Même s’il n’y arrive pas , il essaie quand même .
    Il veut retrouver sa copine et se marier.
    c’est triste un jeune de 17 ans qui n’arrive pas à ce qu’ il voulait

    Répondre à ce message

  • Marie-angéle

    Le 29 octobre 2013 à 11:49

    Pas mal mais dans le film il ne parle pas souvent français

    sinon l’histoire est bien mais triste par ce que il veut retrouvé sa copine mais elle va se marier un restaurateur

    choisi par son père .

    Répondre à ce message

  • Clémentine

    Le 29 octobre 2013 à 11:48

    C’est une histoire très triste de quitter toute sa famille

    Répondre à ce message

  • Frédéric

    Le 29 octobre 2013 à 11:48

    je n’ai pas aime le film parce que il ne parle pas souvent français pendant dans le film

    Répondre à ce message

  • Sammy Joe

    Le 29 octobre 2013 à 11:47

    C’est trés triste mais dans le film il parle pas français C’est une histoire très triste

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, les femmes subissent plus de violences que les hommes

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de