Sans domicile fixe


 Cahiers  Une brique dans le ventre
Le 1er novembre 2008 | |  2 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Selon l’Observatoire européen sur le sans abrisme (Feantsa), on pense qu’il y a 17 000 personnes sans abri et sans domicile en Belgique. Et il y en aurait environ 3 millions en Europe. Mais ce ne sont pas des chiffres officiels. Il est bien difficile de savoir combien il y a de personnes sans abri et sans domicile. On ne les recense pas en Belgique. Ni dans le reste de l’Europe.

Pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il est difficile de définir le fait d’être sans domicile. Et puis, il est difficile de rencontrer les personnes sans domicile et sans abri. Donc, les chiffres que l’on a ne sont que des estimations. On se base sur les personnes sans domicile qui fréquentent les structures d’accueil. Ces chiffres donnent une idée du nombre de personnes sans abri, mais le nombre réel est plus élevé.

D’après une enquête, en Flandre, 12 000 personnes sans domicile passent par des centres d’accueil chaque année. Selon l’Observatoire européen sur le sans abrisme, Bruxelles compterait 1 200 personnes sans abri. Ces chiffres ne tiennent pas compte des sans papiers. Ceux-ci seraient plusieurs milliers. Il y a 950 places d’accueil à Bruxelles et elles sont toutes occupées tout le temps. En Wallonie, on compte 5 000 personnes sans domicile.

Une personne sans abri qui trouve un logement a droit à une prime d’installation unique. 2 174 personnes sans abri ont bénéficié de cette mesure. Un peu moins de la moitié (47%) en Région wallonne. 36% des primes ont été accordées en Flandre et 18% à Bruxelles.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Neil

    Le 12 février 2010 à 06:01

    Honte a toue la classe politique & Les Nantis   !
    Plus spécialement ;
    Aux Socialistes et à la classe patronales.
    Aux socialistes qui nous ont promis monts et merveilles.
    Aux Patrons qui sont devenus des Esclavagistes.
    Et a tous ceux qui laissent faire...ou qui s’enfouttent.
    Neil 4800Verviers
    neilaki@hotmail.com

    Répondre à ce message

  • Eric

    Le 20 août 2009 à 14:13

    En mauvaise santé, mais ayant la chance de bénéficier de tous mes droits et de vivre de façon confortable, j’ai décidé de donner un sens à ma vie en venant en aide à des jeunes.
    Deux jeunes de 20 ans déficients légers mentaux en formation dans un centre.
    Et récemment un jeune sans domicile fixe de 20 ans.
    A 20 ans, ce jeune bénéficie d’un revenu du CPAS  . Il est très volontaire et recherche un emploi, un contrat devrait être signé dans une entreprise de peinture dans...quelques mois, je l’espère.

    A 20 ans, ...notre jeune ami, parti de chez lui à 15 ans, n’a pas de formation juridique, ne connaît rien des jargons employés par l’administration...il me confie un dossier de factures impayées impressionnant.

    Comment avec la meilleure volonté du monde, après avoir été saisi...n’ayant déjà que très peu faire face à ce problème.
    Deux solutions se présentent à lui maintenant et un peu de confusion dans mon esprit.
    La première...qui me fait très peur, le jeune surchargé de dettes ne réagit pas, en rien, et restera SDF...et déjà à 20 ans entre dans une spirale de marginalité. Il se dit et moi aussi que dès qu’il sera solvable, avec un boulot...jamais certain dans la crise actuelle...les créanciers commenceront à lui réclamer des sommes impayables durant pas mal d’années....via une personne médiatrice de biens.

    La deuxième solution, entrer dans le circuit du travail, se faire aider par un avocat pro deo pour démêler les problème, se remettre en ordre de mutuelle, et ...faire face à toutes les dettes, ...une normalité .
    Normalité ,oui, mais qui est et sera décourageante pour notre ami.

    Que faire ??? A 20 ans, quand on a pas eu accès à la culture, quand on a mal commmencé sa vie, comment peut-on aux yeux de la société redevenir dans la norme.
    Je crois foncièrement en la possibilité de l’amélioration de l’âme humain.
    Je crois aussi que parfois je me fais des illusions sur les jeunes qui frappent à ma porte, mais je découvre aussi dans les administrations beaucoup de personnes généreuses et compréhensives.
    Combien de temps (puisqu’un sdf n’a pas de domicile), mon protégé peut-il garder une adresse de référence dans un CPAS.
    Merci pour la lecture de ce courrier,
    eric.champalle@live.fr

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, un adulte sur dix ne maitrise pas ou mal la langue :

Clôture du précédent sondage "Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de