Débats sans fin


 Cahiers  Tant de violences contre les femmes...
Le 15 juin 2018 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : Lydia Magnoni

La tribune des 100 femmes a créé beaucoup de débats. Certains sont d’accord avec ce qui y est écrit. D’autres trouvent cette tribune très choquante. Elles disent que les femmes qui ont écrit et signé ce texte ne comprennent pas ce qu’est le harcèlement. Et que ces femmes refusent aux victimes le droit de dénoncer des violences laissées cachées jusqu’ici.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Face aux réactions, Catherine Deneuve a expliqué pourquoi elle avait signé cette tribune. Elle précise d’abord « Rien dans le texte ne prétend que le harcèlement a du bon, sinon, je ne l’aurais pas signée. »
Et elle ajoute : «  Oui, j’aime la liberté. Je n’aime pas cette caractéristique de notre époque où chacun se sent le droit de juger, d’arbitrer, de condamner. Une époque où de simples dénonciations sur réseaux sociaux engendrent punition, démission, et parfois et souvent lynchage médiatique. Un acteur peut être effacé numériquement d’un film, le directeur d’une grande institution new-yorkaise peut être amené à démissionner pour des mains aux fesses mises il y a trente ans sans autre forme de procès. Je n’excuse rien. Je ne tranche pas sur la culpabilité de ces hommes car je ne suis pas qualifiée pour. Et peu le sont.
Non, je n’aime pas ces effets de meute, trop communs aujourd’hui. D’où mes réserves, dès le mois d’octobre sur ce hashtag hashtag « mot-dièse », en français. Un mot (ou une suite de mots) précédé du signe dièse (#). Utilisé sur les réseaux sociaux, le hashtag est cliquable et permet donc de voir apparaître les autres messages postés sur le même thème. "Balance ton porc".

« Il y a, je ne suis pas candide, bien plus d’hommes qui sont sujets à ces comportements que de femmes. Mais en quoi ce hashtag n’est-il pas une invitation à la délation  délation  Le fait de dénoncer publiquement ? Qui peut m’assurer qu’il n’y aura pas de manipulation ou de coup bas ? Qu’il n’y aura pas de suicides d’innocents ? Nous devons vivre ensemble, sans "porcs", ni "salopes", et j’ai, je le confesse, trouvé ce texte "Nous défendons une liberté…" vigoureux, à défaut de le trouver parfaitement juste. »

Une affaire française

Beaucoup de commentateurs ont souligné que cette tribune ne pouvait être que française. En effet, la culture et la littérature française sont marquées par le libertinage, la galanterie et la liberté sexuelle.
La chroniqueuse québécoise Sophie Durocher dans son blog du Journal de Montréal, confirme, elle aussi qu’une telle tribune ne pourrait pas être publiée à Montréal. Elle s’oppose aussi au mouvement #MeToo :
« Moi aussi, je suis tannée que l’on traite les femmes d’éternelles victimes, de pauvres petites choses sous l’emprise de phallocrates démons.
Moi aussi, j’en ai marre que l’on démonise le désir masculin.
Moi aussi, j’en ai marre qu’on mette une main sur le genou sur le même plan qu’un viol avec pénétration.
Moi aussi, je m’affole que l’on fasse sur la place publique le procès d’hommes qui n’ont pas de droit de réplique ni de présomption d’innocence.
Moi non plus, je ne me reconnais pas dans ce féminisme qui perçoit tous les hommes comme des agresseurs potentiels.”

Le débat sur le sujet est animé, et même parfois violent. Puisqu’il faut bien conclure, laissons le mot de la fin à l’actrice Hilde Van Mieghem du mouvement #MeToo en Belgique : « Il faut effectivement faire attention à ce que le débat ne dérape pas, on ne peut pas tout mettre dans le même sac.  » Et elle ajoute : « Aux USA, la réaction a été très prude, constate-t-elle. Séduire y est devenu inadmissible. » Les cent femmes signataires de la tribune ont sans doute peur de cette dérive vers un puritanisme à l’américaine.


Auteur : Lydia Magnoni
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Après le viol, un espace de parole
Après le viol, un espace de parole
Le 5 juin 2018
Victimes de violences sexuelles ? Faites le numéro gratuit 0800 98 100. Au bout du fil, vous...
Cent femmes libèrent une autre parole
Cent femmes libèrent une autre parole
Le 15 juin 2018
En réaction au lancement des hashtags MeToo et BalanceTonPorc sur les réseaux sociaux, cent...
IVG, un droit
IVG, un droit
Le 5 juin 2018
Le débat sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ne semble jamais fini. En Irlande, la...
L’IVG en Belgique en quelques chiffres
L’IVG en Belgique en quelques chiffres
Le 5 juin 2018
Chaque année en Belgique, entre 20 000 et 30 000 femmes ont recours à une IVG. Selon un récent...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de