mercredi 22 mai 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Accueillir tous ceux qui fuient la guerre

Faites notre quiz en bas d’article

Des hommes, des femmes, des enfants fuient l’Ukraine et se réfugient d’abord dans des pays qui ont une frontière avec l’Ukraine : en Pologne, en Hongrie mais aussi en Slovaquie, en Moldavie. Ils se réfugient dans ces pays frontaliers, « de premier accueil » en espérant pouvoir rentrer chez eux, quand la guerre sera finie.

Dans toutes les guerres, ce sont les pays frontaliers qui accueillent le plus de réfugiés. Le HCR vient d’ailleurs en aide aux populations qui fuient la guerre en Ukraine et dans ces pays voisins de premier accueil. Mais pour l’Ukraine, beaucoup de ces pays de premier accueil font partie de l’Union européenne. On voit ainsi que la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie accueillent beaucoup de réfugiés ukrainiens. Les pays de l’Union européenne sont donc immédiatement concernés par l’arrivée des réfugiés ukrainiens.

Quelle est la position de l’UE pour l’accueil des réfugiés?

L’Union européenne se mobilise donc pour accueillir celles et ceux qui fuient l’invasion russe.
La commissaire européenne aux Affaires intérieures l’affirme : « Nous devons accueillir tous ces réfugiés. » Et avec la directrice générale de l’Unicef et le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, elle insiste sur l’accueil des enfants réfugiés : « Les enfants privés de la présence de leurs parents courent un risque accru de violence, d’abus et d’exploitation.»
Début mars, l’UE a activé la directive de protection temporaire des réfugiés ukrainiens. Cette directive existait depuis 2001 mais elle n’avait jamais été appliquée.
Ce statut de protection temporaire prévoit que les Ukrainiens et ceux qui résident depuis longtemps en Ukraine sont les bienvenus dans l’Union européenne. L’UE octroie automatiquement, pendant 3 ans maximum, un statut temporaire et une série de droits aux Ukrainiens ayant quitté le pays. Cette décision sans précédent prise par l’Union européenne et la solidarité des pays européens ont été salués par tout le monde.

Pourquoi l’UE a-t-elle pris cette décision pour les Ukrainiens ?

Deux millions de réfugiés en 12 jours, c’est quelque chose que l’on n’avait pas vu depuis très longtemps en Europe. On n’avait plus vu ça en Europe depuis la Seconde guerre mondiale. Pourquoi les accueille-t-on si facilement et sans examiner longuement leur situation personnelle? Sans doute parce que la guerre est presque en Europe. L’Ukraine est très proche de l’Europe. On se rend bien compte des réalités de cette guerre. Il n’y a pas besoin de débat pour savoir pourquoi les Ukrainiens qui arrivent ont besoin de protection.

Les guerres loin de l’Europe

Quand les guerres sont plus loin de l’Europe, ce n’est pas la même chose. Quand des réfugiés fuient la guerre en Syrie ou en Afghanistan, ils traversent beaucoup de pays avant d’arriver en Europe. Tous ces pays peuvent être des pays de premier accueil. Mais les réfugiés qui quittent l’Ukraine, eux, arrivent tout de suite en Europe : il n’y a pas de pays « de premier accueil » à traverser.
Matthieu Tardis, un responsable du Centre migrations et citoyennetés de l’Institut français des relations internationales explique : « On parle des conséquences migratoires des guerres lorsqu’elles sont susceptibles de nous concerner en Europe. Qui a parlé de la guerre civile au Soudan du Sud, alors que ça a provoqué un mouvement de population de pratiquement 2 millions de personnes, principalement vers le Burundi ? Parce que les Sud-soudanais n’arrivent pas jusqu’en Europe.»

Protéger tous les réfugiés de la même façon

En effet, pourquoi a-t-on offert un statut automatique aux Ukrainiens alors que d’autres réfugiés, les Érythréens, Syriens et Afghans doivent subir une procédure d’asile longue et difficile? Pourquoi n’a-t-on pas mis en œuvre cette directive de protection, alors qu’elle existait depuis 2001 ?
Depuis 2001, il y a eu des déplacements de populations provoqués lors des printemps arabes en Tunisie, en Libye. Et en 2015, il y a eu la guerre en Syrie. Autant d’occasions où cette directive aurait pu être activée. Meltem Ineli Ciger, une chercheuse universitaire spécialiste de la question dit: « Les évènements de ces deux dernières semaines montrent une chose : (…) la directive protection temporaire n’a pas été activée avant 2022 parce que la Commission européenne et le Conseil européen n’avaient simplement pas la volonté politique de le faire. »

Bons ou mauvais réfugiés

Pourquoi ? Y aurait-il des bons et des mauvais réfugiés ? Dans les débats ou à la télévision, plusieurs personnalités ont opposé les réfugiés ukrainiens et les réfugiés de Syrie ou d’Afghanistan. Pour Fanélie Carrey-Conte de la Cimade, une association qui aide les réfugiés: «Ces débats entre bons et mauvais réfugiés sont inacceptables. On ne peut pas affirmer qu’on va aider les Ukrainiens tout en déchirant les tentes des migrants de Calais.»

L'armée russe a envahi l'Ukraine

Le 8 mars,2022, la guerre en Ukraine avait déjà fait

La majorité des réfugiés ukrainiens sont

La majorité des réfugiés ukrainiens fuient

L'Union européenne

L'Union européenne a décidé d'appliquer

La directive de protection temporaire pour les réfugiés a été votée

L'UE n'a pas activé cette directive avant parce que

La directive de protection temporaire

Parmi les deux millions de réfugiés ukrainiens

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
image-1-4
La FWB nous donne quelques clés
image-1-1
Cessez-le-feu à Gaza
Students Block Sciences Po - Paris
De Columbia à Paris : pour Gaza !
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre