jeudi 25 juillet 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

Le GPS du cahier « Des droits toujours à défendre »

Dans ce cahier, nous parlons surtout des droits économiques et sociaux.
La sécurité sociale, une des bases des droits sociaux, la défense du salaire et le droit de grève.
.

  • La sécurité sociale

La « sécu », une longue histoire belge
Tous les pays industrialisés ont un système de sécurité sociale. La Belgique a créé un système assez particulier. La sécurité sociale belge ne date pas d’hier. Dans l’histoire, elle est même une des premières au monde et d’ailleurs, on l’abrège souvent en un mot familier : la sécu.

La sécu belge, un système particulier
En Belgique, la sécurité sociale, la sécu en abrégé, est un système particulier. Quelques mots d’explication.

Femmes et Sécu
Je connais des gens qui parlent de la naissance de la Sécurité sociale en 1945 comme des catholiques parlent de Noël et du petit Jésus. La sécurité sociale est divine, elle est sainte, elle est sacrosainte même. On ne peut pas y toucher, pas la critiquer. Je connais des femmes qui leur répondent : « La Sécurité sociale, c’est bien, mais il y a un problème : elle a été faite par et pour des gros machos ! » À y regarder de plus près, ces femmes n’ont pas tout à fait tort.

  • La défense du salaire et du droit de grève

0,4%, une norme normale ?

En Belgique, il y a des discussions entre syndicats et patrons pour augmenter les salaires. Les syndicats refusent les 0,4% maximum d’augmentation prévus pour 2021 et 2022. 0,4%, un petit nombre qui est le résultat d’une loi très sérieuse et de calculs très compliqués.

Droit de grève, droit humain
En novembre 2020, la justice vient de condamner 17 syndicalistes pour avoir participé à des actions lors d’une journée de grève. Cette condamnation inquiète les syndicats et aussi la Ligue des droits humains. A l’occasion de la journée internationale des droits humains du 10 décembre, la Ligue rappelle que le droit de grève et de manifester est un droit fondamental.

Fini de rire, c’est la grève !
Tous les 2 ans en Belgique, les représentants des patrons et les représentants des travailleurs discutent d’un accord interprofessionnel (AIP en abrégé). L’accord interprofessionnel fixe l’augmentation maximum possible des salaires, mais pas seulement. Pour l’instant, il n’y a pas d’accord et les syndicats sont très mécontents. Ils appellent à la grève générale ce lundi 29 mars.

Grève et fraternité par temps de COVID
Les syndicats CSC et FGTB appelaient à la grève ce 29 mars contre les propositions patronales sur l’accord interprofessionnel. On s’apprêtait à aller d’un piquet de grève à l’autre pour voir comment la grève se passait, mais COVID oblige, il n’y avait pas l’agitation et l’excitation habituelles des jours de grève. Pourtant, il y avait le gout de la fraternité.

On parle aussi de redistribution de la richesse et de la pauvreté car comment défendre ses droits quand on est pauvre ou qu’on risque de le devenir.

  • Le risque de pauvreté

Le bien-être ou le moins de mal-être

Les patrons étaient contre. Les syndicats tout à fait pour. Finalement, le gouvernement a fait une proposition. Patrons et syndicats l’ont accepté. Les pensions, les allocations sociales comme le chômage et le revenu du CPAS vont augmenter. Il y a 700 millions en tout. On appelle cela « l’enveloppe bien-être ». Pour beaucoup de gens, ça permet juste d’avoir moins de « mal-être », d’être un peu moins pauvres, mais c’est mieux que rien.

Risque de pauvreté

En dessous d’un certain revenu, on est pauvre ou on risque de l’être. En Belgique, le seuil de pauvreté est de 1.187 euros pour un isolé et 2.493 euros pour un ménage. La pauvreté en Belgique touche 1 personne sur 5 !

On présente aussi une alternative pour sortir du chômage et exercer son droit au travail : « les territoires zéro chômeur de longue durée ».

  • Zéro chômeur?

60 territoires et zéro chômeur
En France depuis 2017, il y a 10 territoires zéro chômeur de longue durée. Sur ces territoires des entreprises à but d’emploi engagent des personnes au chômage depuis plus d’un an. Et ça marche. Presque tous les députés français viennent d’ailleurs de voter une nouvelle loi pour étendre l’expérience. Il y aura bientôt 50 territoires zéro chômeur de longue durée en plus.

Un film qui raconte une expérience d’un territoire zéro chômeur. Des témoignages, du vécu, de chômeurs et chômeuses ordinaires qui se lancent dans une aventure extraordinaire.

Nouvelle cordée !
Le 15 octobre 2017 sur TF1, le président Emmanuel Macron justifiait sa politique en faveur des riches par ces mots : « Je crois à la cordée, il y a des hommes et des femmes qui réussissent parce qu’ils ont des talents, je veux qu’on les célèbre. Si l’on commence à jeter des cailloux sur les premiers de cordée, c’est toute la cordée qui dégringole. » Une vision de la société où les gens d’en bas n’ont d’autre choix que de suivre les gens d’en haut. Et bien, en montrant l’expérience d’une entreprise à but d’emploi, le film « Nouvelle cordée » donne une leçon au président Macron.

Mais cette crise ne menace pas seulement les droits économiques et sociaux. Elle réduit aussi nos libertés individuelles.

  • Droits et nos libertés individuelles.

Nos libertés en temps de COVID, où est le débat démocratique? On en parle dans cet article
Covid et débat démocratique
La justice a donné raison à la Ligue des droits humains contre le gouvernement belge. La Ligue demandait un vrai débat démocratique sur les mesures de lutte contre la maladie du Covid-19. Le gouvernement doit maintenant créer un cadre de lois sur les mesures sanitaires et le parlement doit pouvoir en débattre et faire des propositions.

On présente enfin le numéro d’une revue qui fait un peu le tour de la question
Droits humains, attention danger !
Les droits humains sont en danger. Ils risquent de disparaitre ! Autrement dit, les droits humains sont en sursis. « Les droits humains en sursis », c’est justement le titre du 200e numéro de la revue « Contrastes » publiée par Les Equipes populaires. En lisant ce numéro, on fait un peu le tour de la question, on réfléchit pour agir mieux demain ensemble pour défendre les droits humains.

On évoque le combat d’une chorale pas comme les autres pour défendre le droit à la culture.
Pas de culture pas de futur
« No culture no future ». Pas de culture pas de futur. C’est le titre du clip de la chorale Les Motivés, une chorale citoyenne de Charleroi . Ce clip soutient les artistes et la culture, sur l’air d’une belle chanson de Bernard Lavilliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
gpsdesign
Voyagez dans le cahier "Elections, piège à cons ?"
GPSillu
Parcourez le cahier "La Belgique en mosaïque"
image
Voyager dans le cahier "De Palestine"
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre