samedi 24 février 2024

L’ESSENTIEL L’information simple comme bonjour

#salepute

En 2015, selon un rapport d’ONU, 73 % de femmes ont déclaré avoir été victimes de violences sur internet, et 18 % de ces femmes de violence grave sur internet. Quelles sont ces violences ? Ces violences sur les réseaux sociaux vont des discours sexistes jusqu’aux insultes et même aux menaces de mort. Une insulte qui revient souvent est « sale pute ». Les journalistes Florence Hainaut et Myriam Leroy ont d’ailleurs appelé leur documentaire #salepute. On y voit des femmes raconter comment elles ont été victimes de discours de haine sur les réseaux sociaux.

Qui harcèle?

Derrière ces discours de haine, il y a le plus souvent un homme qui profite de l’anonymat des réseaux sociaux. Et même souvent plusieurs hommes qui s’en prennent, ensemble à la même femme. C’est ce que l’on appelle le harcèlement en meute. Ce harcèlement peut détruire la femme psychologiquement. Certaines femmes vont même jusqu’à craindre pour leur vie ou celle de leur famille. Contrairement à ce que l’on croit, les harceleurs ne sont pas des paumés, des exclus de la société. La plupart de ces hommes viennent d’un milieu social et économique plutôt favorisé.

Impuissance

Face à ces violences, les femmes sont souvent désarmées. On sait que les entreprises des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter ont bien du mal à contrôler tous les messages et ainsi éviter les violences qui règnent parfois sur leur réseau. Et on voit aussi dans le documentaire comment la police et la justice sont, elles aussi, souvent impuissantes.

Porter plainte

Pourtant les choses commencent à bouger. On voit dans le documentaire des femmes qui ont porté plainte malgré toutes les difficultés. Aujourd’hui, les plaintes aboutissent rarement à une condamnation. Mais il est nécessaire de porter plainte car plus il y aura de plaintes, plus on prendra le harcèlement au sérieux. On pourra alors règlementer et faire des lois pour protéger les femmes de cette haine en ligne.

Question de démocratie

Pour certains, la solution est simple : que ces femmes se retirent des réseaux sociaux. Cela veut dire : priver ces femmes d’une liberté. Cela veut dire : laisser les réseaux sociaux à ceux qui sont les plus violents, les plus haineux. Cela veut dire : renoncer au débat démocratique sur les réseaux sociaux et donc renoncer en partie au moins à vivre dans une démocratie. Une démocratie qui nous concerne tous et toutes.

Le documentaire à voir gratuitement sur Arte, suivi d’un débat

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Par son existence même, le site de l’Essentiel mène des actions pour encourager la lisibilité des textes écrits. Les articles du site www. journal-essentiel.be sont écrits dans un langage accessible à tous, quelque soit son niveau de lecture de départ. Et les mots incontournables sont expliqués dans un glossaire qui accompagne l’article. Mais le site s’inscrit aussi dans un combat plus large.

Articles récents
Affiche_rouge
Une affiche rouge contre les Nazis
essenart
Missak, Mélinée et Olga
palestineespoir
Palestine, l'espoir malgré tout
Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c’est gratuit et utile !

Nous suivre