Benazir Bhutto assassinée


 Articles
Le 7 janvier 2008 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le 27 décembre, Mme Bhutto a été tuée dans un attentat-suicide au Pakistan, près d’Islamabad. Mme Bhutto avait fait un meeting meeting grande réunion pour discuter d’un sujet politique ou social pour les prochaines élections. Elle sortait du parc dans une voiture blindée. Mais elle s’est levée pour saluer la foule. Un homme a tiré sur elle avant de se faire exploser. L’attentat a fait au moins 16 morts.

L’enquête sur l’assassinat de Mme Bhutto est toujours en cours. Mais on est pense bien que c’est un extrémiste islamiste islamiste qui veut appliquer les lois religieuses de l’islam au fonctionnement de l’Etat et à toute la société. qui a tiré. Mme Bhutto avait fait des déclarations contre les extrémistes extrémistes personnes qui ont des positions extrêmes, très dures, sans tolérance islamistes. Elle reprochait au gouvernement de ne pas être assez dur avec les islamistes pakistanais. Elle avait même déclaré qu’elle était prête à laisser agir directement les Etats-Unis sur le territoire pakistanais pour pourchasser les extrémistes. Elle était donc la cible parfaite.

Après la mort de Mme Bhutto, ses partisans étaient en colère. Il y a eu des troubles dans le pays. Les élections prévues le 8 janvier ont été reportées. Elles devraient avoir lieu le 18 février. Le président pakistanais, le général Pervez Musharraf essaie d’apaiser les tensions. Il a notamment déclaré : "La mission de Benazir Bhutto était la promotion de la démocratie et l’élimination du terrorisme. J’ai la même mission." 

Avec Pervez Musharraf, Benazir Bhutto était sans doute la personnalité du Pakistan la plus connue dans son pays et à l’étranger. Elle était le chef du principal parti d’opposition au général Musharraf. Benazir Bhutto dirigeait le Parti du peuple pakistanais (PPP). Ce parti avait été créé par son père, Ali Bhutto. Aujourd’hui, c’est le fils de Benazir Bhutto qui va prendre la tête du parti. Le fils de Mme Bhutto a 19 ans. Il étudie dans la célèbre université d’Oxford en Grande-Bretagne. C’est d’ailleurs aussi à Oxford que sa mère a étudié. Le mari de Mme Bhutto a lui été nommé coprésident du parti. Car le Parti du peuple pakistanais est une affaire de famille. Mme Bhutto avait d’ailleurs été nommée présidente à vie. Et c’est ce que l’on reprochait à Benazir Bhutto. Elle était autoritaire, hautaine. Elle était aussi trop imprudente alors que tout le monde savait que sa vie était menacée. Née dans une famille de grands propriétaires terriens, elle avait gardé des habitudes « féodales » de seigneur.

Benazir Bhutto était rentrée dans son pays en octobre 2007 pour faire la campagne des élections législatives de 2008. Le jour de son arrivée, le 18 octobre, elle avait déjà échappé à un attentat-suicide. Cet attentat avait fait 139 morts et 400 blessés.

Mais Mme Bhutto avait aussi été la 1ère femme Premier ministre d’un pays musulman. Elle portait un foulard mais un foulard très large posé sur la tête. Ce foulard laissait voir ses cheveux noirs. Mme Benazir Bhutto était un personnage controversé. Olympe de Gouges, femme de la Révolution française qui défendait déjà en 1789 les droits des femmes disait : « Si la femme a le droit de monter sur l’échafaud, elle doit avoir également le droit de monter à la Tribune. » Mme Benazir Bhutto n’hésitait pas à monter à la tribune électorale et politique. Mme Benazir Bhutto était « une femme politique jusqu’au bout des ongles. »

Thierry Verhoeven


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Vous pensez que Mai 68

Clôture du précédent sondage "Sondage du cahier Le pouvoir des mots", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de