Document sans ..." />

Benazir Bhutto entre l’armée et les islamistes


 Articles
Le 22 octobre 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd">

Document sans titre

Après 8 ans d’exil, Benazir Bhutto, chef de l’opposition pakistanaise, est rentrée au pays. Elle a été accueillie par des centaines de milliers de sympathisants et par un attentat-suicide!

Jeudi 18 octobre, Benazir Bhutto a débarqué à l’aéroport de Karachi, grande ville du Pakistan. Benazir Bhutto est le symbole du retour possible de la démocratie au Pakistan. Au Pakistan, pays musulman, voisin de l’Iran, de l’Inde, de l’Afghanistan, l’armée est tout puissante. Le Pakistan est l’allié des Etats-Unis et a la bombe atomique. Le président du pays, Pervez Musharraf est isolé et est devenu très impopulaire. Bien que le gouvernement soit l’allié avec les Etats-Unis, il est souvent trop tolérant avec les extrémistes islamistes et n’intervient pas assez contre les talibans d’Afghanistan.

Pour empêcher trop de désordres au Pakistan, les Etats-Unis ont forcé la main du président Musharraf pour qu’il accepte le retour en politique de Benazir Bhutto. Benazir Bhutto était accusée de corruption. Elle avait dû fuir le pays en 1999. Début octobre, Musharraf a déclaré que les poursuites judiciaires contre Mme Bhutto étaient abandonnées.

Jeudi 18 octobre, Benazir Bhutto est donc rentrée dans son pays pour participer aux élections parlementaires, avec son parti, le Parti du peuple pakistanais. Des centaines de milliers de sympathisants l’attendaient. Mme Bhutto est très populaire dans son pays. Mais c’est aussi l’ennemie des extrémistes islamistes qui l’ont plusieurs fois menacée de mort. Dans la nuit de jeudi à vendredi, Benazir Bhutto a été visée par un attentat-suicide. Elle est saine et sauve. Mais 133 personnes sont mortes et plus de 400 ont été blessées dans l’attentat. Dans les 3 derniers mois, les attentats-suicide ont fait plus de 350 morts au Pakistan. On ne savait pas encore dimanche qui avait fait l’attentat contre Benazir Bhutto. Ce sont peut-être des islamistes. Ce sont peut-être aussi des proches du pouvoir pakistanais (certains militaires, par exemple) qui ne veulent pas un retour à la démocratie. Pour les extrémistes islamistes, le président Musharraf et surtout Benazir Bhutto sont considérés comme les valets de l’impérialisme américain. Pour certains militaires, le retour à la démocratie est une menace. Mme Benazir Bhutto dit qu’elle rentre au Pakistan pour « sauver la démocratie ». Elle a du boulot.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Vous pensez que Mai 68

Clôture du précédent sondage "Sondage du cahier Le pouvoir des mots", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de