Invisible menace


 Articles
Le 1er mars 2006 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le virus de la grippe aviaire ou grippe du poulet venu
d’Asie progresse
maintenant en Europe. Il y a des cas en Turquie, en Allemagne. Et maintenant,
c’est la France qui est touchée. La Belgique tient ses volailles à l’œil.
On guette le premier canard, le premier cygne mort...


Photo : Belga

La grippe aviaire est une infection des oiseaux par un virus : le H5N1. Cette
infection touche les oiseaux sauvages et domestiques. Elle est très
contagieuse, surtout chez les poulets et les dindes. Dans les élevages
atteints, elle peut tuer entre 90% et 100 % des volailles en 48 heures. On
pense que les oiseaux migrateurs peuvent propager ce virus. La grippe aviaire
peut toucher rapidement beaucoup d’oiseaux dans une région donnée.
Dans le monde, depuis 2004, elle a causé la mort de plus de 140 millions
de volailles. Le premier foyer du virus H5N1 est apparu en janvier 2004, au
Vietnam. Puis, il y en a eu d’autres dans plusieurs pays d’Asie.
En automne 2005, le continent européen était touché. Depuis
le début de l’année 2006, on a découvert dans plusieurs
pays de l’Union européenne, des oiseaux sauvages morts à cause
du virus H5N1.

Mesures de protection

Récemment, le 18 février, on a découvert en France, un
premier oiseau mort du virus H5N1. Puis le lendemain, un deuxième, dans
l’Ain, à Bouvent. Et le virus était présent dans
un élevage de dindes de la même région. Par mesure de précaution,
les 11 000 volailles de l’exploitation ont été abattues
avant même que l’on connaisse les résultats des analyses.
On a isolé l’exploitation. Une zone de protection de 3 km et une
zone de surveillance de 7 km ont été établies autour de
l’élevage. Toutes les entrées et sorties de personnes dans
l’élevage sont interdites. Les voitures qui sortent de la zone
sont désinfectées. Les agents qui interviennent dans la zone
et l’éleveur reçoivent des équipements de protection.
Mais une question reste sans réponse : comment des volailles enfermées
dans un élevage industriel ont-elles pu être infectées
par le virus ?

Et les hommes ?

Le virus de la grippe aviaire n’est transmis que dans des circonstances
exceptionnelles. En fait, il ne peut se transmettre à l’homme
que par des contacts fréquents avec des sécrétions respiratoires
et des déjections d’animaux infectés. Toutes les personnes
infectées ont été en contact étroit avec des oiseaux
malades. Aucune n’a attrapé la maladie en consommant de la viande
de volaille. En effet, le virus H5N1 ne résiste pas à des températures élevées.
Une température de 70°C pendant quelques minutes (soit une viande
bien cuite) suffit pour le détruire.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS OMS Organisation mondiale de la santé ), depuis la déclaration
du début de l’épizootie de grippe aviaire en Asie du sud-est
en janvier 2004, 169 cas humains de grippe due au virus H5N1 ont été déclarés.
Dans les 7 pays suivants ; Cambodge, Chine, Indonésie, Irak, Thaïlande,
Turquie et Vietnam. Les personnes touchées par le virus H5N1 développent
une grave infection respiratoire. 91 de ces personnes en sont mortes

On n’a relevé aucun cas de transmission entre humains du virus
H5N1. Et inutile de se ruer sur le vaccin contre la grippe humaine. Il ne protège
pas contre le virus de la grippe aviaire.

Marie Thomas

 



Photo : Belga


Peut-on manger du poulet et des œufs sans risque ?
Il n’y a pas de risque d’être infecté en consommant
de la viande de volaille ou des œufs cuits. Le virus ne résiste
pas à une température de 70°. De plus, les viandes de volailles
en vente chez nous viennent d’élevages strictement contrôlés.


Puis-je me faire vacciner contre la grippe aviaire ? On vaccine bien les oiseaux...
Dans l’Union européenne, on vaccine les oiseaux que l’on
ne peut pas enfermer. Les hommes ne sont que très rarement touchés.
Pendant la même période, la maladie a touché 140 000 oiseaux...
et 169 personnes. De plus, le vaccin contre la grippe humaine ne protège
pas contre la grippe aviaire.


Comment reconnaître la maladie dans un élevage de volailles ?
Après une période d’incubation de 3 à 5 jours, les
volailles perdent l’appétit. Elles ne pondent presque plus. Certaines
meurent subitement.

Que doivent faire les éleveurs de volailles professionnels si leurs
bêtes tombent malades ?

Les éleveurs doivent appeler les services vétérinaires
s’ils soupçonnent la maladie. Si la maladie est présente,
on pourra abattre les bêtes. Dans ce cas, les éleveurs recevront
une aide financière.


Pourquoi doit-on enfermer les volailles ?
Si les animaux sont élevés en plein air, le fait de les nourrir
peut attirer des oiseaux sauvages. Or, il faut empêcher le contact avec
des oiseaux sauvages.


Et si on trouve un oiseau mort ?
Soyez prudent. Ne le touchez pas. En cas de contact, lavez-vous les mains très
soigneusement.

 


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Le 14 octobre, ce sont les élections communales. Pour vous, les élections, c’est :

Clôture du précédent sondage "Vous pensez que Mai 68", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de