L’embauche et l’embûche


 Articles
Le 1er mars 2006 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

et l’embûche

Le 7 mars, dans toute la France, il y aura des manifestations.
Les syndicats et surtout les étudiants protesteront contre le « Contrat première
embauche ». Avec ce contrat, le Premier ministre français, Dominique
de Villepin, veut lutter contre le chômage des jeunes. Mais cela provoque
la colère. Le Premier ministre réussira-t-il ?

Pour le gouvernement français, le CPE est un moyen de lutter contre
le chômage des jeunes. Pour les syndicats et beaucoup de jeunes, le CPE
va rendre plus fragile le statut du travailleur. Qu’est ce que cefameux
CPE ? Il permet aux entreprises d’embaucher des jeunes de moins de 26
ans, à un salaire normal, mais avec une période d’essai
de 2 ans. Pendant toute cette période de deux ans, le jeune travailleur
peut donc être licencié n’importe quand, très facilement
et avec un minimum d’indemnités. En plus, le Premier ministre,
Dominique de Villepin, a imposé cette loi sans débat au Parlement
et en pleine période de vacances scolaires en France.

La méthode pour faire passer cette loi a choqué. C’est
comme si le Premier ministre et son gouvernement avaient peur du débat
et des critiques. Comme ils étaient en vacances à ce moment,
les étudiants ne pouvaient pas réagir. Depuis que ce projet était
connu, les syndicats et les mouvements d’étudiants s’étaient
mobilisés pour exprimer leur refus. Ils voulaient que ce projet soit
retiré. Ou, au moins, très modifié. Dominique de Villepin
ne les a pas écoutés. Le Premier ministre sera en effet à coup
sûr candidat à l’élection présidentielle,
en France, l’année prochaine. S’il réussit à faire
baisser le chômage, ce sera une chance de plus pour lui dans cette élection.
Alors, il fonce.

Un avenir sans avenir

Le principal reproche des opposants est que le CPE donne aux jeunes un avenir
sans avenir. Un avenir car il va sans doute y avoir plus d’engagements
pendant la période de deux ans. Mais un avenir sans avenir car le CPE
ne permet pas aux jeunes de se construire un vrai futur.

Ainsi, Dominique de Villepin affirme que tous les jeunes sous CPE auront
les mêmes possibilités que n’importe quel salarié pour
obtenir des prêts bancaires, les prêts spéciaux au logement,
etc. Dominique de Villepin et ses services ont dû oublier de consulter
les banques et les organismes concernés. Des journaux, eux, l’ont
fait. Et les réponses ont été les mêmes partout
 : « on ne va pas faire des prêts et permettre des aides à des
personnes qui peuvent être licenciées à tout moment pendant
deux ans, avec le strict minimum d’indemnités. Car ces personnes,
une fois licenciées, ne pourraient plus faire face au remboursement
du prêt. »

Donc, pour les syndicats, les mouvements d’étudiants et l’opposition,
le CPE organise la précarité des jeunes travailleurs et les empêche
de se construire un avenir. Le CPE ne serait qu’un cadeau aux patrons.
Il leur permet d’engager des jeunes puis de les jeter comme des mouchoirs
en papier. Et rien n’empêche non plus de licencier un jeune en
CPE, puis d’engager un autre jeune, encore sous CPE. Les manifestations
contre cette loi vont-elles faire reculer le Premier ministre ? Et l’obliger à retirer
sa loi ou à la modifier ? Cela est déjà arrivé à d’autres
premiers ministres français. Et, si la loi reste, il faudra voir si
elle profite, oui ou non, à l’emploi des jeunes. Cela reste encore à voir.
Et l’élection présidentielle, c’est dans treize mois...

Marc Vandermeir


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de