La grande école…


 Articles
Le 3 septembre 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Les cheveux coupés de frais, le cartable au dos, Théo est entré en première primaire. Dans son cartable, des crayons soigneusement taillés, des cahiers joliment étiquetés, une boîte à tartines, une grosse envie d’apprendre à écrire, un peu de peur… et les dernières recommandations de papa maman…

Ce lundi trois septembre, la fin des vacances a sonné pour 400 000 écoliers en Communauté française de Belgique. Les rangs se sont reformés devant les classes de maternelles et de primaires Primaires processus qui consiste à désigner le candidat d’un parti à une élection . Pour les écoles maternelles et primaires, c’est la rentrée scolaire. Les écoles secondaires et supérieures rentreront un peu plus tard... Depuis cette année, 320 enseignants et 300 puéricultrices de plus ont été engagés dans le maternel. Et 700 enseignants de plus ont été engagés dans les deux premières années du primaire. Le but est de mieux encadrer les enfants dès le début de leur scolarité. Une rentrée, c’est toujours le moment des nouveautés. Petit tour de celles qui attendent nos têtes blondes à la rentrée 2007.

Quatre changements, quatre priorités


Photo : Belga

Le premier changement touche le premier degré du secondaire. Ces changements ont pour but de renforcer l’apprentissage du français et des maths. Et de lutter contre l’échec. Une nouvelle grille sera appliquée : 28 heures de formation commune et quatre heures d’activités complémentaires. Les élèves auront ainsi une heure de français en plus en 1ère année (6 heures au lieu de 5) et une heure de mathématiques en plus en 2e année (5 heures au lieu de 4). Les heures d’activités complémentaires sont des heures de soutien aux cours de la formation commune. Les élèves qui en ont besoin pourront être aidés en français, mathématiques ou langues modernes. A la rentrée prochaine, on reverra l’organisation des premières années du secondaire différencié, pour les élèves qui n’ont pas obtenu leur certificat d’études de base (CEB).

Le deuxième changement concerne le coût de l’école. En principe, l’école est gratuite. Dans les faits, c’est autre chose. Pour changer cela, dès cette rentrée, les écoles ne peuvent plus faire payer les photocopies en primaire ni le journal de classe dans le secondaire.

Le troisième changement vise à lutter contre la violence dans les écoles. Plusieurs initiatives sont prévues. Des formations à la gestion de la violence seront organisées pour le personnel des écoles. On continuera les mesures de première ligne (médiateurs, service d’accrochage scolaire, …). On renforcera aussi l’éducation à la citoyenneté citoyenneté Façon de défendre ses droits tout en respectant ses devoirs et en se souciant de l’intérêt de tous. Manière de participer à la vie sociale et démocratique, de participer aux décisions de la vie publique. active et responsable...

Le quatrième changement vise à ouvrir l’école sur le monde. C’est le plan "cyberclasses". Les écoles wallonnes recevront 40 000 ordinateurs dans les trois ans, grâce à une enveloppe de 85 millions d’euros de la Région wallonne.
L’école veut aussi sensibiliser les jeunes à l’esprit d’entreprise. Un prix sera créé pour récompenser les meilleurs projets de collaboration entre une classe du 3e degré du secondaire et une entreprise.

Enfin, une commission "Publicité" examinera les infractions à la loi de 1959. Cette loi interdit toute propagande politique et toute activité commerciale dans les établissements scolaires.

Et des questions

Une rentrée, c’est aussi des angoisses et des questions. Celle qui revient le plus souvent est le manque d’enseignants. L’Onem ONEm abréviation de l’Office national de l’Emploi publie chaque année une liste de professions pour lesquelles il y a un manque, une pénurie. Cette année encore, il manquait des instituteurs primaires et maternels, des professeurs de langues, des professeurs de cours techniques…

En ce début d’année scolaire, on ne sent pas encore vraiment le manque d’enseignants. Mais pour le syndicat chrétien, cela ne veut pas dire pas qu’il n’y aura pas pénurie. Beaucoup de jeunes enseignants quittent en effet l’école pour un job dans le privé, mieux payé. Beaucoup d’enseignants plus âgés quittent avant l’âge de la retraite. Il faut donc absolument motiver les jeunes profs à rester dans l’enseignement. Il faut aussi retenir les aînés qui veulent partir en retraite. La Communauté germanophone a pris des mesures pour augmenter le salaire des jeunes enseignants. Elle a aussi pris des mesures pour aménager les fins de carrière des profs. Les syndicats d’enseignants espèrent que la Communauté française prendra elle aussi ce genre de mesures.

Nicolas Simon


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Le 14 octobre, ce sont les élections communales. Pour vous, les élections, c’est :

Clôture du précédent sondage "Vous pensez que Mai 68", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de