La rente d’Electrabel


 Articles
Le 30 juin 2009 | |  3 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

La semaine dernière, un groupe d’étude a remis au ministre de l’énergie Paul Magnette, un rapport sur le futur de notre pays en matière d’énergie.Entre autres choses très intéressantes, ce rapport rappelle la rente nucléaire qui profite à Electrabel, le principal fournisseur d’électricité en Belgique.


Photo : Belga

On nous l’avait dit et redit : l’ouverture du marché de l’électricité allait nous simplifier la vie et nous faire gagner de l’argent. Si le marché est libre, le consommateur est gagnant, disait-on.

Pour ce qui est de nous simplifier la vie, ce n’est pas évident. Beaucoup d’entre nous en ont fait les frais. Quand on déménage, quand on veut changer de fournisseur, on a l’impression que l’on dépend du bon vouloir des sociétés qui nous vendent l’énergie.
Et pour ce qui est de gagner de l’argent ? Quand on reçoit la facture non plus, on n’est pas illuminé de joie : le kilowatt d’électricité, le m3 de gaz ne sont pas si bon marché que cela.

L’association de consommateurs Test Achats dénonce régulièrement les prix trop élevés et les pratiques peu transparentes des vendeurs d’énergie. Et cela ne se passe pas qu’en Belgique. C’est en 2001 que l’on a commencé à ouvrir le marché de l’électricité dans les pays de l’Union européenne. Et dans beaucoup de pays, les consommateurs n’y trouvent pas leur compte. Par contre, selon beaucoup de spécialistes, Electrabel, filiale du groupe GDF-Suez, profite de cette ouverture du marché.

La « rente »

Il y a quelques mois, le ministre de l’énergie Paul Magnette a commandé un rapport sur le futur énergétique de la Belgique à 8 experts. La semaine dernière, le rapport a été remis au ministre. Entre autres, le rapport souligne, la « rente » qui profite à Electrabel. Cette « rente » est d’environ 500 millions d’euros par an ! Electrabel domine le marché de l’électricité en Belgique. Et Electrabel produit beaucoup d’électricité avec des centrales nucléaires. Ces centrales ne sont pas nouvelles. Elles sont donc amorties. Elles ne coûtent plus grand-chose à Electrabel. Electrabel peut donc produire de l’électricité à un prix très bas. Et, comme le marché de l’électricité est libéralisé, les prix aussi sont libres. Et Electrabel vend son électricité au prix du marché. Ce prix est beaucoup plus élevé que ce que cela lui coûte en réalité.

La « rente » d’Electrabel n’est pas nouvelle. Ceux qui s’intéressent un peu à l’électricité en Belgique connaissent cela depuis longtemps. D’ailleurs, le ministre belge de l’énergie, Paul Magnette, a déjà taxé Electrabel de 250 millions d’euros. Mais d’où vient cette rente d’Electrabel ?
Electrabel est ce que l’on appelle l’ « opérateur historique de référence ».

Un opérateur historique de référence, c’est une entreprise qui avait le monopole (ou presque le monopole) d’un marché avant que le secteur ne soit ouvert à d’autres sociétés. Elle était la seule à vendre son produit. Elle n’était pas soumise à la concurrence concurrence compétition entre entreprises pour être le plus rentable et gagner des marchés .

Dans l’histoire de l’électricité, le nucléaire est très important. Autrefois, avant que l’on ne parle des énergies « vertes », on misait tout ou presque sur le nucléaire. Les centrales nucléaires de Doel et de Tihange, ont été installées entre 1975 et 1980. On estimait que leur durée de vie serait entre 30 et 40 ans. On aurait donc pu étaler le coût de leur construction sur cette période. Mais on a étalé le coût sur 20 ans. Et pour payer ces centrales en 20 ans, les ménages de Belgique ont alors payé plus cher leur électricité à Electrabel. Une fois l’amortissement fait, le prix aurait dû baisser. Cela n’a pas été le cas. En 2007, le marché de l’électricité est totalement libéralisé. Electrabel n’a plus le monopole. Mais Electrabel profite de sa rente. Electrabel a donc un avantage énorme sur les autres sociétés qui vendent l’électricité. Electrabel domine le marché.

Dans le passé, nous avons payé cher l’électricité. Et en 2009, nous payons toujours cher l’électricité. Alors à quoi sert la libéralisation du marché de l’électricité ? Au moins à une chose. Depuis la libéralisation du marché, il y a des débats, des informations sur les pratiques du secteur de l’électricité qui, avant, restaient dans l’ombre.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Eric

    Le 3 septembre 2009 à 12:12

    Tout ce que peux dire sur cette situation c’est que cela ne s’arrètera pas.Le groupe Suez a la dent longue et tant que nous pouvons payer il augmenterons leurs prix.

    Répondre à ce message

  • Ronald

    Le 25 août 2009 à 14:19

    La question fondamentale est de savoir si libéralisation des marchés et concurrence concurrence compétition entre entreprises pour être le plus rentable et gagner des marchés sont vraiment les leviers les plus efficaces pour organiser tous les secteurs d’activité.

    Dans le cas d’un secteur comme celui de l’energie qui exige des investissements importants sur le long terme, j’ai des doutes.

    La régulation des prix par les Autorités publiques, comme par le passé, n’était elle pas mieux adaptée à la situation.

    Répondre à ce message

  • van hellemont françoise

    Le 2 juillet 2009 à 13:27

    mon avis est assez partagé,a l’heure actuel on ne sait plus quoi faire pour payer moin cher l’électricité j’espère qu’on nous donnera des solution qui sera à la porter de tous le monde meme au petit revenus

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Le 14 octobre, ce sont les élections communales. Pour vous, les élections, c’est :

Clôture du précédent sondage "Vous pensez que Mai 68", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de