Document sans ..." />

Une journée contre la misère


 Articles
Le 22 octobre 2007 |


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd">

Document sans titre

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Les êtres humains sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns avec les autres dans un esprit de fraternité. » C’est ce que dit l’article 1er de la Déclaration Universelle des droits de l’homme. Le 17 octobre 1987, il y a tout juste 20 ans, 100 000 personnes s’étaient rassemblées sur le Parvis des Droits de l'Homme et des Libertés, à Paris, au Trocadéro. Juste à l’endroit où la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme a été signée, en 1948. Ce mercredi 17 octobre 2007, on célébrait pour la vingtième fois cette journée de lutte contre la misère. Car il y a toujours de la misère.


Photo: Belga

En 2007, une partie importante de la population du monde vit toujours dans une grande misère. Dans le monde, 980 millions de personnes vivent avec moins d'un dollar par jour. Plus de 800 millions de personnes vont se coucher tous les soirs en ayant faim. Chaque jour, 50 000 personnes meurent à cause de la misère. Selon le Rapport Mondial sur le Développement Humain, en 2007, six millions d’enfants mourront avant l’âge de 5 ans à cause de malnutrition.

Et cette situation existe aussi dans des pays développés. Ainsi, en Belgique, la pauvreté touche une personne sur sept. Cela veut dire que plus de 15% de la population connaît un risque de pauvreté. Autrement dit, 1 500 000 personnes ont du mal à nouer les deux bouts. 1 500 000 de personnes risquent de ne pas pouvoir payer leur loyer, la facture du médecin ou les livres scolaires des enfants.
Les familles les plus exposées sont les parents seuls avec leurs enfants. Dans leur immense majorité, ce sont des femmes. 31,2% de ces familles vivent dans la pauvreté. Et 22,5% des personnes seules vivent dans la pauvreté.

Généralement, les femmes sont plus souvent pauvres que les hommes (16,2% de femmes pour 14,2% d’hommes). 32 % des chômeurs et 23,1% des inactifs sont touchés par la pauvreté. Et si avoir un emploi protège contre la pauvreté, 6,4 % des travailleurs vivent quand même sous le seuil de pauvreté. Enfin, les plus âgés sont aussi plus exposés que les plus jeunes. 22,6% des plus de 65 ans risquent de vivre dans la pauvreté. Pour les personnes de moins de 65 ans, le risque d’être pauvre est de 13,8%. En 2007, les chiffres de la pauvreté restent donc alarmants.

Et le 17 octobre de chaque année, les plus pauvres et tous ceux qui refusent la misère et l’exclusion se rassemblent dans le monde entier pour montrer leur solidarité et leur engagement. Et pour que la dignité et la liberté de tous soient respectées.

Nicolas Simon


*On considère en Belgique qu’une personne est pauvre si son revenu ne dépasse pas 60% du revenu moyen national. 822 euros par mois (pour un isolé ou une famille monoparentale) ou 1 726 euros par mois (pour une famille de 2 adultes et 2 enfants).


Les débuts

En 1987, 100 000 personnes étaient au Trocadéro pour rappeler que tous les jours, les droits de millions d’êtres humains sont violés. A cause de la misère dans laquelle ils vivent. Ces 100 000 personnes étaient là à l’appel du Père Joseph Wresinski. Le père Joseph Wresinski menait depuis longtemps un combat avec des familles très pauvres. Il a créé en 1957 une association « Aide à toute détresse » qui est devenue aujourd’hui le Mouvement ATD Quart Monde. Il a milité pour que les familles les plus pauvres soient reconnues et existent dans la conscience de l’humanité. Pour faire entendre leur voix dans tous les lieux où on décide de l’avenir des hommes : l’Élysée, le Vatican, les Nations Unies…

Première journée

Le 17 octobre 1987, le Père Joseph Wresinski avait invité tous les hommes à s'unir « contre la faim, l'ignorance et la violence ». A dire leur refus de la misère et appeler l’humanité à s’unir pour faire respecter les Droits de l’Homme. Les 100 000 personnes présentes au Trocadéro étaient des citoyens de toutes origines, de tous milieux, et de toutes croyances. Il y avait des représentants de hautes autorités publiques, internationales, nationales ou locales. Il y avait là aussi des personnes et des familles qui vivaient dans la grande pauvreté.
Le 17 octobre 1987, ces personnes ont inauguré, sur le Parvis des Droits de l’Homme et des Libertés, une dalle en l’honneur des victimes de la faim, de la violence et de l’ignorance. Cinq ans plus tard, le 22 décembre 1992, l’ONU a proclamé le 17 octobre comme la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Depuis 20 ans, une trentaine de dalles ont été inaugurées dans le monde.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Tableau noir et vie en rose
Tableau noir et vie en rose
Le 12 septembre 2016
On dit d’une personne qu’elle est analphabète quand elle ne peut ni lire ni écrire en le comprenant...
Visages, villages et beau langage
Visages, villages et beau langage
Le 13 juillet 2017
Une vieille cinéaste punk qui perd la vue et un jeune photographe aux lunettes noires vont à la...
Un feu d’artifice pour un nouveau site
Un feu d’artifice pour un nouveau site
Le 21 juillet 2017
Ce feu d’artifice pour fêter le nouveau site de L’Essentiel, en ligne depuis le 21 juillet. Un...
Questions de temps
Questions de temps
Le 15 septembre 2017
« A votre avis, combien de temps nous faudra-t-il pour apprendre à lire et à écrire ? ». Formatrice...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de